Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 16Paru le mardi 1 avril 2008 à 00h00

La Rochelle (17) Rabais de 10 %


L'offre augmente, des quartiers sont rénovés : c'est le moment d'acheter dans la préfecture de la Charente-Maritime.

La demande a beaucoup baissé depuis quelques mois », constate Caroline Amy, de l'agence Orpi Saint-Nicolas. Et dans le même temps, l'offre a augmenté : « Les vendeurs qui procédaient de particulier à particulier viennent nous proposer leurs biens, raconte Robert Gaillard, de Laforêt Immobilière rochelaise. L'agence a cinq cents mandats en stock... » Résultat : il n'est pas rare d'obtenir des rabais de 10 % sur le prix affiché. De plus, « après des années de hausse à un rythme de 15 à 20 % par an, les prix avaient amorcé une baisse lente depuis le début de 2007, mais on a atteint un palier, explique Sybille Cottar, de Dugué Immobilier. Ils ne descendront pas au-dessous ». Ils devraient même remonter : la demande est là. « Le marché immobilier a toujours été actif à La Rochelle, souligne Robert Gaillard. La ville est touristique, historique et étudiante à la fois. »

Dans les quartiers les plus prisés, les Genettes, Jéricho, la Trompette et le Mail, la mise de départ est de 300 000 euros. « Avec cette somme, on peut trouver un petit T2 avec une fenêtre donnant sur le port, précise Sybille Cottar. La vue se paie au prix fort : les biens sans vis-à-vis sont rares, car les rues sont étroites. » Le prix moyen avoisine les 4 000 euros du mètre carré. Une maison de 80 m2 de plain-pied, avec une cave, un garage et un jardin paysager, s'est vendue 320 000 euros. « Il existe des biens de 100 m2, de bon standing, qui partent à 400 000 euros, décrit Robert Gaillard. Mais ils sont relativement rares. » C'est près du bord de mer que les prix sont le plus élevés, atteignant 5 000 euros le mètre carré pour du neuf et 4 500 euros pour l'ancien. « Ce sont des produits dont la valeur ne peut qu'augmenter : ils sont en nombre limité, recherchés, et le foncier est très cher », explique Robert Gaillard. Un peu plus abordables, les quartiers de Saint-Eloi et de Bel-Air, en centre-ville, proposent des maisons de ville à rénover à partir de 250 000 euros. Une maison de cinq pièces, 130 m2, avec des combles aménagés, sur un terrain de 470 m2, a été achetée 350 000 euros.

Investissement locatif

Deux quartiers devraient séduire les investisseurs : la Pallice et les Minimes. Dans le premier, « il y a beaucoup de constructions, continue Caroline Amy. Cette zone, qui abrite le port de commerce, est en train de changer de réputation ». Le mètre carré s'y échange à 2 700 euros. Une maison rénovée de 110 m2 sur un terrain clos de 320 m2, avec une grande terrasse en bois, s'est vendue 295 000 euros.

Le secteur des Minimes regroupe les facultés : l'idéal pour louer à des étudiants. Beaucoup de bâtiments sont neufs. Le mètre carré vaut ici 4 000 euros. « Un bien de 60 m2 pour quatre étudiants, acheté 250 000 euros, se louera entre 320 et 390 euros par mois », précise Caroline Amy. Soit un rendement annuel faible, moins de 2 %. « Pour une meilleure rentabilité, une solution est d'acheter une grande surface pour ensuite y faire de la colocation, explique Robert Gaillard. On peut atteindre un taux allant de 4 à 6 %. » Ainsi, cet appartement de 125 m2, avec garage en sous-sol, a coûté à son propriétaire 340 000 euros à l'achat. Il le loue 1 200 euros par mois à quatre étudiants

Jean-Marie Benoist

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...