Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 9Paru le dimanche 1 juillet 2007 à 00h00

Le compteur à eau individuel


Payer ses propres consommations incite l'occupant à faire attention. Résultat : des économies sur la facture et un geste pour l'environnement.

Tout immeuble est équipé - c'est obligatoire - d'un compteur d'eau général. Selon le relevé de consommation, le distributeur d'eau adresse sa facture au syndic, qui répartit ensuite la note entre les différents copropriétaires en fonction de leurs tantièmes. Une pratique qui ne tient pas compte des véritables consommations de chacun. Pour ne pas payer les fuites du voisin, la solution consiste donc à s'équiper de compteurs individuels. Selon une étude de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), l'installation de compteurs individuels, en responsabilisant les occupants, fait baisser la consommation de presque 20 % la première année. Après, cela dépend de la motivation de chacun. Vous êtes séduit ? Il vous reste à convaincre les autres copropriétaires.

En direct avec le distributeur

L'installation de compteurs individuels doit être faite pour l'ensemble d'une copropriété. « La décision doit être votée à la majorité des voix des personnes présentes lors d'une assemblée générale », précise Philippe Loiselet, de Loiselet et Daigremont. Une fois la décision prise, il faudra choisir entre deux méthodes. Avec la première, prévue par la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain), le copropriétaire passe directement un contrat avec le distributeur d'eau de l'immeuble (Suez, la Générale...). Chacun lui paiera alors sa facture (parties privatives). Celle-ci est composée d'une part variable (consommation) et d'une part fixe (abonnement), dont le coût est de 50 à 60 euros par an. Seule la consommation d'eau froide peut être surveillée. Le compteur général reste installé : il permet de suivre la consommation des parties communes.

La seconde option consiste à mandater le syndic pour qu'il fasse appel à un intermédiaire (comme Comptage immobilier services ou la Générale de maintenance et service) qui installe un compteur (dit divisionnaire) par appartement et se charge des relevés avant de les communiquer au syndic ; celui-ci répartit la facture proportionnellement aux consommations de chacun. L'abonnement au service coûte environ 15 euros par an. Le syndic facturera, lui, entre 1 et 2 euros par compteur pour frais administratifs. Le système s'adapte aussi bien pour l'eau froide que pour l'eau chaude, si celle-ci est fournie collectivement.

La dernière question à résoudre porte sur le modèle du compteur. Il en existe plusieurs types : ceux à vitesse, bon marché (moins de 10 euros, pose incluse) mais peu précis, et les volumétriques, plus exacts mais un peu plus chers (12 euros, pose incluse). Les fabricants ont même inventé des compteurs équipés d'une radio. Plus besoin d'être présent pour ouvrir la porte ! Compter environ 24 euros pour un de ces modèles high-tech, pose comprise

Jean-Marie Benoist

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...