Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 18Paru le dimanche 1 juin 2008 à 00h00

Le logement au coeur du défi écologique


C'est le « principal gisement d'économies d'énergie exploitable immédiatement ». Le projet de loi issu des réflexions formulées par les intervenants du Grenelle de l'environnement place clairement le bâtiment au coeur du défi écologique français. Et pour cause : ce secteur consomme à lui seul plus de 40 % de l'énergie finale et contribue pour près d'un quart aux émissions de gaz à effet de serre. Des objectifs ambitieux ont été fixés en matière de logements neufs, en deux temps. Tous les bâtiments faisant l'objet d'un permis de construire déposé à compter de fin 2012 devront répondre à la norme de « basse consommation » (soit une consommation maximale de 50 kWh/m2/an en moyenne). Et à compter de fin 2020, la nouvelle norme sera celle de l'« énergie positive » : les constructions neuves devront donc produire, à partir de sources renouvelables, davantage d'énergie qu'elles n'en consommeront.

Les promoteurs se préparent activement à ces bouleversements. Nexity vient même de créer une direction process et développement durable. « Nos logements consomment actuellement de l'ordre de 120 kWh/m2/an, chiffre Sabine Desnault, à la tête de ce nouveau pôle. En satisfaisant ces nouvelles contraintes, le risque est d'engendrer des surcoûts importants. Nous cherchons donc à améliorer nos modes de production pour les résorber, car notre offre doit rester accessible. » De son côté, Fabrice Tréguer, directeur commercial de Trecobat, table sur les économies d'échelle puisque toutes les constructions seront soumises aux mêmes impératifs. « Et le particulier verra ses dépenses de chauffage chuter considérablement », ajoute-t-il.

Le parc existant constitue aussi un chantier d'envergure. Le gouvernement vise une réduction des consommations énergétiques d'au moins 38 % d'ici à 2020. Selon l'Institut français de l'environnement, les résidences consomment en moyenne 230 kWh/m²/an. Ce chiffre tomberait donc autour de 140 kWh/m²/an.

Pour accélérer cette « rénovation énergétique », l'Etat souhaite encourager le financement des investissements nécessaires par les banques et assurances, avec des prêts aux particuliers remboursables grâce aux économies d'énergie réalisées. Par ailleurs, le crédit d'impôt accordé pour la réalisation de travaux ou l'acquisition d'équipements améliorant les performances de la résidence principale pourrait être étendu aux logements mis en location

Muriel Breiman

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...