Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 7Paru le mardi 1 mai 2007 à 00h00

Le Monolithe, immeuble Thermos


Cinq architectes se sont pliés à un concept de mixité pour construire le Monolithe, une petite cité à lui tout seul, où coexistent logements, bureaux et commerces.

C'est un bloc. Un monolithe, c'est d'ailleurs le nom de cet immeuble conçu comme une petite cité, une ensemble urbain, un lieu de vie et de croisements. A l'intérieur de ces 28 000 mètres carrés situés dans le nouveau quartier de la Confluence, à Lyon, on trouvera sur six niveaux des bureaux, des commerces et 147 logements. Toutes sortes de logements... Car, dès 2008, dans les mêmes cages d'escalier, des appartements accueilleront des propriétaires capables de débourser 4 200 euros du mètre carré et des locataires aussi aisés ; d'autres sont réservés à des locataires d'HLM, à des occupants d'un foyer de réinsertion et à des handicapés. Une mixité voulue par le promoteur ING et servie par cinq agences d'architectes (Erick von Egeraat, Emmanuel Combarel et Dominique Marrec, Manuelle Gautrand, Pierre Gautier et Winy Maas de l'agence MVRVD), cinq architectures et cinq matériaux.

Cette variété finit par rendre insoupçonnables les différences de statut dissimulées derrière les cinq façades. Bardé de pavés de verre, de béton lissé, de bois, d'Inox et de béton lazuré, l'immeuble se décline également en cinq couleurs, du transparent au teint bois naturel en passant par le gris du béton et l'argent de l'acier. Il se présente comme un parallélépipède fermé autour d'un square privatif mais accessible aux résidents, ouvert par trois portes à l'est, au nord et à l'ouest. Au-dessus des jardins, deux bâtiments-ponts orientés nord-sud abritent des logements en duplex ou en triplex dotés de grandes terrasses de 80 m2.

« Nous avons pensé ce programme comme une seule entité, malgré sa taille et les différentes fonctions qui s'y trouvent rassemblées, d'abord pour favoriser la mixité que nous défendons, ensuite pour diminuer au maximum ses consommations d'énergie, comme le règlement du quartier l'impose », explique Frédérique Montjanel, elle-même architecte et responsable du programme pour le promoteur ING. Du fait de sa structure simple mais très compacte, basée sur une trame de 5,40 m, de ses bâtiments de 16 m de large éclairés de part et d'autre et jusqu'en leur coeur, de la taille des fenêtres dont la forme diffère selon chaque architecte et de l'isolation extérieure des façades, l'immeuble est doté d'une forte inertie et fonctionne comme une bouteille Thermos. Chauffé, il conserve ses calories à l'intérieur ; une fois ventilé naturellement (la climatisation, trop vorace en énergie, est bannie des bureaux), il demeure frais. Le Monolithe devrait permettre à ses occupants de diminuer de 40 % leur consommation énergétique. Mieux, 80 % de leurs besoins devraient être satisfaits par des énergies renouvelables grâce à une chaufferie en bois et des panneaux solaires installés sur certains des toits

Catherine Sabbah

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...