Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 9Paru le dimanche 1 juillet 2007 à 00h00

Le prix du luxe à Deauville (14)


Sur le haut de gamme, l'offre souffre d'une pénurie constante alors que la demande reste très présente. D'où la vigueur des prix.

Sa renommée internationale, Deauville la doit à sa plage de sable qui s'étire à l'infini, à ses fameuses planches, mais aussi à ses équipements et à ses manifestations culturelles de premier plan : deux hippodromes, des palaces, un casino, un golf, un centre de thalassothérapie, des boutiques et enseignes de luxe, les festivals du film américain, de jazz, les courses, le jumping international... Autant d'atouts qui attirent depuis la création de la station le tout-Paris et une clientèle étrangère en quête de luxe et de raffinement. Son marché immobilier est à l'avenant. Selon la chambre des notaires du Calvados, en 2006, les prix ont encore grimpé de 20 % sur l'ensemble de la Côte fleurie et de 16 % à Deauville, faisant bondir le prix du mètre carré à 4 201 euros pour un appartement ancien de 53 m2. Mais des disparités importantes existent entre petites et grandes surfaces. Si, en moyenne, un studio de 25 m2 se négocie 3 494 euros le mètre carré, celui-ci atteint 4 339 euros pour un quatre-pièces de 101 m2.

Cet écart reflète une tendance générale. D'abord parce que les grandes surfaces sont très recherchées, le temps d'occupation de la résidence secondaire comme le nombre de préretraités et de retraités augmentant. Ensuite parce que, ces dernières décennies, beaucoup de petites surfaces ont été construites et qu'on trouve plus facilement des trois-pièces de 50 m2 que de 80 m2. De fait, sur ce créneau, la pénurie est chronique. « La demande reste importante et nous avons des difficultés à la satisfaire, note Luc Seffray, de l'agence Emile Garcin. Le turnover est très faible car, lorsque les acquéreurs ont trouvé un bien à leur convenance, ils le conservent. » Résultat, les prix peuvent grimper largement au-delà des moyennes relevées par les notaires. « Pour un 100 m2, il faut compter de 700 000 à 800 000 euros », affirme Luc Seffrey.

Accès direct à la mer

Autour des hôtels Normandy et Royal, dans le triangle d'or de la station, les valeurs s'affichent entre 5 000 et 7 000 euros le mètre carré selon que les appartements disposent ou non d'une terrasse ou d'une vue sur la mer. Elles peuvent même grimper plus haut. C'est le cas d'un immeuble, très bien rénové récemment, dont certains des appartements ont été négociés à 8 800 euros le mètre carré. Il est vrai qu'ils ont un accès direct à la mer et qu'à Deauville les programmes neufs se font rares. Trois sont actuellement recensés (Icade, Sefri Cime et Vinci). A titre d'exemple, quai de la Marine, Icade Capri propose des appartements entre 89 et 156 m2, les plus grands s'affichant à 790 000 euros.

Côté individuel, pour une « deauvillaise » de caractère avec un petit jardin, les prix oscillent de 1 à 1,2 million d'euros à proximité du centre, notamment avenue du Général-Leclerc ou rue Victor-Hugo, et de 700 000 à 800 000 euros dans les quartiers excentrés. Mais pour des biens de grand standing, il faut au moins doubler la mise. Pour une propriété de 400 m2 habitables, sur 1 000 m2 de terrain avec tennis et piscine, comptez plutôt 2 millions d'euros. Et pour un manoir ou un petit château dans la campagne deauvillaise, les prix peuvent s'envoler à 4, 5, voire 10 millions d'euros

Colette Sabarly

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...