Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 13Paru le samedi 1 décembre 2007 à 00h00

Les bons gestes du tri sélectif


Comment s'y retrouver face à ses quatre poubelles ? Les principes à suivre.

Vous vous déplacez à vélo, éteignez la lumière en sortant d'une pièce, préférez la douche au bain et avez troqué les sacs en plastique contre un élégant cabas... Mais triez-vous correctement vos déchets ? L'enjeu est important : en un an, les ménages français en génèrent 22 millions de tonnes et, en une journée, une famille de quatre personnes remplit un sac-poubelle de 24 litres ! La collecte sélective, proposée à 59 millions de Français, améliore ses performances d'année en année. Aujourd'hui, près de 20 % des déchets ménagers et 60 % des emballages sont recyclés.

Codes couleurs

Le tri sélectif suppose quatre poubelles, fournies par la collectivité locale, souvent gracieusement. Les sacs, bacs ou conteneurs jaunes sont dévolus aux bouteilles et flacons en plastique (avec leur bouchon) : boissons, huile, lait, lessive, liquide vaisselle, shampoing... Vous pouvez aussi y abandonner les briques alimentaires, bidons de sirop, boîtes de conserve, canettes, aérosols, barquettes en aluminium, ainsi que les boîtes et les emballages en carton. Inutile de les laver, mais il faut bien les vider. Sont proscrits : les sacs plastique, les pots de yaourt ou de crème fraîche, les barquettes en polystyrène, les couches-culottes, les papiers salis ou gras, les films plastique enveloppant les revues et les emballages... Les journaux, magazines, revues et prospectus (sans film plastique) sont à jeter dans la poubelle bleue (ou jaune). Le bac à couvercle blanc est destiné au verre (pas aux ampoules électriques). Le code couleur peut varier selon les communes. Tout le reste finit dans les poubelles classiques. En cas de doute, mieux vaut ne pas trier que mal trier.

Si dans les maisons individuelles le tri sélectif n'a pas eu de mal à s'imposer, les immeubles collectifs posent davantage de problèmes. Principal débat : le manque d'espace, en l'absence de local spécifique, en particulier dans les quartiers historiques. En outre, la copropriété verse au gardien une prime de tri sélectif, dont « le montant varie de 15 à 120 euros par mois », indique le syndic Sergic.

La gestion des ordures ménagères coûte cher : en moyenne 50 euros par an et par habitant en zone urbaine, selon une étude réalisée en 2004 et 2005 par Eco-emballages. Dans 90 % des cas, l'usager contribue au financement du service public d'élimination des déchets par le paiement de la TEOM (taxe d'enlèvement des ordures ménagères). Perçue avec la taxe foncière, elle dépend de la valeur du logement. Environ 10 % de la population est soumise à une redevance (REOM), liée, elle, au service rendu (mise à disposition des bacs, fréquence de ramassage...). Enfin, 0,63 % des Français s'acquittent d'une redevance « incitative », proportionnelle à la quantité réelle de déchets. Le but : responsabiliser les usagers et réduire les volumes produits

Renseignements : ecoemballages.fr ; ademe.fr ; le site Internet de votre commune.

Muriel Breiman

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...