Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 16Paru le mardi 1 avril 2008 à 00h00

Les investissements d'aujourd'hui sont les économies de demain


Après le Grenelle de l'environnement, le président de l'Anah défend, dans un rapport sur la rénovation des bâtiments existants, des mesures d'envergure pour le logement, dont un écoprêt à taux zéro.

Quelles sont les principales mesures que vous préconisez ?

P. P. La tonalité de nos propositions repose sur une stratégie qui consiste à d'abord aider, avant d'éventuellement contraindre. Il faut commencer par la stimulation qui permet à des pionniers de donner l'exemple. Compte tenu de l'ampleur du chantier - la rénovation des bâtiments existants sans compter le tertiaire (bureaux, commerces) concerne 30 millions de logements -, nous devons mettre en place des mécanismes incitatifs puissants. Nous proposons notamment une amélioration du crédit d'impôt avec une formule plus intelligente, plus efficace, ouverte à des catégories qui actuellement ne peuvent en bénéficier, ainsi qu'un nouveau dispositif pour les réhabilitations lourdes, l'écoprêt à taux zéro.

Comment fonctionnerait cet écoprêt ?

Il s'agit de permettre au particulier de mobiliser en une seule fois un montant significatif pour une vraie rénovation. Ce prêt ouvert à tous serait plafonné à 30 000 euros pour une durée de dix à quinze ans et concernerait des « bouquets » de travaux qui seront prédéfinis. Il serait adossé à la pierre (résidence principale, louée ou secondaire ) et non à la personne, et serait indépendant du prêt à taux zéro actuellement existant. Pour les économies d'énergie, nous nous sommes jusqu'à présent reposés sur la qualité des équipements, il faut maintenant mettre la performance du logement au centre du dispositif. Par exemple, poser des doubles fenêtres ne sert à rien si la chaleur s'échappe par les combles. Cet écoprêt serait appelé à monter en puissance au fil des ans, réduisant ainsi corrélativement l'importance du crédit d'impôt alloué aux travaux légers.

Votre rapport fait état d'un avis « défavorable de la direction de la législation fiscale compte tenu du montant de l'encours total que représenterait ce prêt ». Les mesures que vous défendez ont-elles une chance d'être adoptées ?

Les objectifs du Grenelle visent un dépôt du projet de loi à la mi-avril pour un vote avant l'été. Auparavant, un chiffrage précis va être étudié. Certaines de ces dispositions sont effectivement coûteuses, mais elles s'inscrivent dans l'évolution normale de la société. Elles ont une double utilité : la réduction de l'effet de serre et la diminution de la facture énergétique. Un baril à plus de 100 dollars, c'est un grand coup de pied qui pousse forcément à l'action. Parmi les quarante-sept mesures proposées, certaines ne sont d'ailleurs pas d'ordre réglementaire et ne pèseront pas sur le budget de l'Etat. Comme par exemple améliorer et généraliser le diagnostic de performance énergétique (DPE), dont les recommandations devront être claires, explicites et chiffrées en ordre de grandeur.

Comment faire alors que les professionnels du diagnostic ne sont pas suffisamment formés ?

La qualité des diagnostics est effectivement encore insuffisante. Mais je suis pragmatique. Il ne faut pas attendre d'être dans un monde idéal pour commencer à bouger. Si on renforce l'utilisation et la force juridique de ce diagnostic, les acteurs seront obligés de suivre. Pour tous les professionnels du bâtiment, la rénovation est d'ailleurs une grande opportunité avec probablement l'apparition de nouveaux métiers. Il faut entrer dans une nouvelle logique, une économie plus vertueuse, plus efficace, pour un coût moindre

Françoise Rey

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...