Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 6Paru le dimanche 1 avril 2007 à 00h00

Les SCPI en forme


Les sociétés civiles de placement immobilier de rendement séduisent toujours les épargnants. Les bureaux et les murs de magasins restent à des niveaux de rentabilité élevés.

L'attrait pour la détention indirecte de biens immobiliers se confirme et s'affine. La collecte nette des sociétés civiles de placement immobilier, sociétés qui investissent dans la pierre et dont on peut acheter des parts, a dépassé en 2006, pour la deuxième année consécutive, le milliard d'euros, pour atteindre 15 milliards de capitalisation, selon l'Institut de l'épargne immobilière et foncière (IEIF), organisme de référence pour les SCPI qui a publié une synthèse de ce marché en février. « Ces montants prouvent que ces sociétés ont aujourd'hui leur place auprès des épargnants français, notamment ceux à la recherche d'une rentabilité élevée », estime Guy Marty, son directeur général. Les SCPI de rendement, dont les souscripteurs reçoivent trimestriellement les revenus issus de la gestion locative du patrimoine, forment l'essentiel de l'activité.

Leur performance globale (le rendement ajouté à l'évolution du prix de la part) a atteint en moyenne 13,41 % en 2006. La palme revient aux SCPI murs de magasins (+ 17,39 %), suivies des classiques diversifiées (+ 12,95 %), qui investissent dans les bureaux, les entrepôts et les commerces et qui regroupent 80 % de la collecte de la catégorie rendement. Les internationalement diversifiées et les régionales, également appelées géographiques, grimpent respectivement de 11,02 et de 8,43 %, mais elles restent des micromarchés. Dans leur ensemble, sur le dernier exercice, 70 % des titres ont gagné plus de 10 %. Certes, on observe quelques grands écarts : - 5,7 % pour Lion SCPI - le prix acquéreur, 1 160 euros au 31 décembre 2006, reste toutefois l'un des plus élevés du marché -, + 60,82 % pour Euro Investipierre 1. Paradoxalement, cette société risque d'être dissoute. Après une importante décrue du prix de sa part, elle peine à retrouver son plus haut, malgré la revente en 2006 d'un immeuble inoccupé qui pesait fortement sur les résultats. Une assemblée générale est prévue le 12 avril pour décider de l'avenir de ce produit.

Sur les sept dernières années, les SCPI de rendement ont gagné en moyenne 11,65 % par an. « Globalement, tous ceux qui ont investi dans ces titres à cette période ont fait une excellente affaire », estime Didier Degraeve, responsable de l'information du groupe Ciloger, filiale du Crédit foncier.

Des SCPI aux OPCI

De leur côté, les SCPI fiscales, dont les titres permettent aux souscripteurs de défiscaliser une partie de leurs revenus en investissant dans la pierre, connaissent un trou d'air dans l'attente de la mise en place des SCPI Borloo. Les SCPI Robien ne représentent plus, en 2006, que 6 % de la collecte, toutes catégories confondues, contre 24 % en 2005.

Dans une autre catégorie, le doublement de la collecte des SCPI de plus-value (+ 111 %), sociétés dont l'objectif est de permettre une valorisation du capital investi au moment de la liquidation du patrimoine, est à mettre à l'actif de la création d'un nouveau titre, UFG Pixel 1. Mais cette SCPI dite institutionnelle n'est pas accessible aux particuliers.

Certaines SCPI devraient se transformer prochainement en organismes de placement collectif immobilier (OPCI), inspirés des sicav et des fonds communs de placement. Au moins 60 % de leurs actifs seraient investis dans l'immobilier, contre 100 % aujourd'hui. Mais ce changement de statut est devenu facultatif. « Nous attendons la publication des derniers textes. Il est fort probable que les premiers OPCI seront donc créés ex nihilo », explique Arnaud Dewachter, secrétaire général de l'Association française de sociétés de placement immobilier

Jorge Carasso

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...