Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 16Paru le mardi 1 avril 2008 à 00h00

Les ventes se ralentissent


Oubliée la période dorée de l'immobilier bling-bling. La conjoncture se dégrade et les investisseurs doivent composer avec les aspérités de la pierre.

Après l'optimisme et l'exubérance l'an passé, c'est dans un climat de doute et de prudence que s'est déroulée à Cannes la 19e édition du Marché international des professionnels de l'immobilier. Frappés de plein fouet par la crise des subprimes, les professionnels ont du mal à se faire à la fin des plus-values mirifiques. « L'année 2007 restera probablement dans les mémoires comme celle de la fin de l'essor des prix immobiliers en Europe ; commencée en fanfare dans l'optimisme mais se terminant sur une note morose dans quasiment tous les pays », résume la Royal Institution of Chartered Surveyors. D'après ces spécialistes, le mouvement de correction ne devrait pas être trop sévère. « Le risque de récession brutale, quoique toujours réel, est faible, pronostiquent-ils. Le relèvement marqué des taux d'intérêt, associé à une récession brutale et soudaine qui a provoqué l'effondrement des marchés européens au début des années 1990, n'est pas encore d'actualité. »

L'atmosphère, en tout cas, est de moins en moins rose. Les derniers chiffres des notaires parisiens font déjà état d'un ralentissement sensible en Ile-de-France. Les prix de l'ancien n'ont progressé que de 7 % entre novembre 2006 et novembre 2007 (contre 11,1 % un an auparavant), et de 5,2 % seulement en grande couronne (contre 11,2 %). Paris se distingue toutefois avec une hausse de 10,1 %, soit 0,6 point de plus que l'année précédente (+ 9,5 %).

De son côté, le baromètre mensuel de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim), s'appuyant sur les promesses de ventes (et non sur les actes), indique un recul de prix des maisons de 1,4 % en février et une légère augmentation des appartements de 0,5 %. Sur le trimestre, les prix restent stables (- 0,1 %) et progressent désormais à un rythme inférieur à 3 % sur un an. « Ces évolutions, alternant hausses et baisses tantôt sur le marché des appartements, tantôt sur celui des maisons, semblent traduire, plus qu'un dessin de retournement imminent, un marché en voie de stabilisation », explique-t-on à la fédération. A en croire la dernière édition du baromètre Se loger, la baisse des prix pointe néanmoins son nez à Paris. Pour l'instant, le phénomène touche essentiellement des arrondissements populaires tels le 18e (- 1,1 % sur trois mois) et le 20e (- 1 %), ainsi que les micromarchés constitués par les 1er (- 3,5 %) et 3e arrondissements (- 1,6 %).

« Dans toute la France, l'heure est au ralentissement, analysent les experts du Crédit foncier. En 2007, les prix ont le plus souvent augmenté modérément et au mieux atteint la barre des 7 %. Quelques marchés, comme celui de Grenoble, ont enregistré un recul des prix. » Une fois de plus, les observateurs s'appuient sur l'insuffisance de l'offre par rapport à la demande pour exclure tout scénario de krach. Découragés par des prix au zénith et des banquiers épluchant les dossiers de financement dans les moindres détails, les candidats à l'acquisition prennent de plus en plus de temps à passer à l'acte. Dans ce contexte fragile, la légère détente observée sur les taux de crédit pourrait éviter que le marché ne se grippe irrémédiablement. Après une baisse de 0,8 % en février, les taux d'intérêts des crédits d'une durée inférieure à trente ans ont encore diminué d'autant. Concrètement, cela se traduit par une réduction des mensualités de 11 euros en deux mois (soit 638 euros contre 649 euros pour un prêt sur vingt ans d'un montant de 100 000 euros). Un rabais symbolique, mais un signal positif auquel certains s'accrochent

Ariane Artinian

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...