Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 18Paru le dimanche 1 juin 2008 à 00h00

Maisons France Confort, de solides fondations


32 %

Petite scierie fondée à Alençon en 1874, Maisons France Confort (MFC) est aujourd'hui le numéro deux français des maisons individuelles, derrière Geoxia (Maisons Phénix). Et la poursuite de ce brillant parcours est assurée : les Caisses d'épargne et le Crédit foncier ont pris fin mars 49 % du capital du holding de contrôle, permettant un relèvement du nombre de chantiers dont il est possible de garantir l'achèvement. En même temps, le caractère familial est préservé, et avec lui l'intérêt patrimonial des petits actionnaires. D'ailleurs, le président, Patrick Vandromme, dont la famille dirige le groupe depuis sa création, a transmis l'esprit d'entreprise à la cinquième génération : ses deux fils, Eric et Loïc, l'ont rejoint en 2006 pour faire leurs classes.

Le partenariat avec l'Ecureuil apportera un surcroît de croissance. Une fois fixé le niveau de ses commissions, ses 4 500 agences pourront orienter les clients vers MFC et leur procurer le prêt qui concrétisera leur rêve d'une maison familiale. Banquier des collectivités locales, les Caisses d'épargne seront aussi très utiles pour obtenir terrains et permis de construire. Les deux associés sont d'ailleurs partenaires fondateurs de la charte pour une « maison à 15 euros par jour ». Ce puissant soutien de l'Ecureuil est le bienvenu. Cette année, Patrick Vandromme espère, malgré une baisse de 8 % du marché, une stabilité ou une légère hausse de ses commandes, indicateur avancé des facturations 2009, avec un taux de désistement maintenu à 17 %. Cela passe par le renforcement du maillage géographique. Fin 2007, les premières agences ont ouvert dans le Nord, fief de Geoxia.

Vers une marge d'exploitation stable

La marge d'exploitation, de 7,2 % en 2007, devrait se maintenir cette année à ce niveau. Enrayée, l'inflation du coût des matériaux se limiterait en 2008 à 3 %, tandis que les coûts de main-d'oeuvre seront stables. Car les entreprises sous-traitantes auxquelles sont délégués 95 % des travaux ont désormais des plans de charge allégés, alors qu'elles dictaient leurs conditions pendant le boom jusqu'à mi-2007.

En 2009, la croissance viendra des acquisitions de 2008, dans un secteur en pleine concentration où MFC joue un rôle de fédérateur : treize petits constructeurs ont été rachetés à bon compte depuis sept ans. En février, la reprise de CTIM a permis au groupe normand de mettre un pied en Alsace. L'entreprise a les moyens d'accélérer cette politique : son endettement est nul. En effet, contrairement aux promoteurs, MFC n'achète pas de terrains et ne court aucun risque de stock : seules les maisons commandées sont construites


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...