Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habitervendredi 22 mars 2013 à 11h58

Du plomb dans 10 à 15 % des logements


Du plomb dans 10 à 15 % des logements
Du plomb dans 10 à 15 % des logements
Du plomb dans 10 à 15 % des logements (©dr)

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’UFC-Que Choisir tire la sonnette d’alarme : selon les estimations de l’association de consommateurs, 2 à 3 millions d’appartements seraient actuellement concernés par le plomb.

(LaVieImmo.com) - Triste constat. Alors que l'eau est célébrée ce jour partout dans le monde, l'UFC fait une douloureuse piqûre de rappel aux copropriétaires : le plomb, massivement utilisé dans les immeubles collectifs jusqu’en 1950 avant d’être prohibé en 1960, est un peu partout en France.

Si aucun recensement précis n’existe à l’heure actuelle, il toucherait selon les experts entre 10 et 15 % des logements en France, soit entre 2 et 3 millions de logements, alarme l’UFC. « Quant à la localisation géographique, il s’agit avant tout des grandes agglomérations de plus de 200 000 habitants, l’Ile de France concentrant un tiers des logements anciens ».

1 000€ de travaux par logement en moyenne

Des chiffres particulièrement inquiétants, alors qu’une directive européenne impose « la division par plus de 2 de la teneur en plomb de l’eau potable d’ici le 25 décembre 2013 : de 25µg/l à 10µg/l », souligne l’association. Pour rappel, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déterminé que le plomb pouvait causer des retards intellectuels chez l’enfant en bas âge.

Le coût des travaux, qui dépend de cinq variables (nombre de colonnes montantes, complexité de l’immeuble, taille de l’immeuble, matériaux utilisés), est lui aussi peu aisé à définir. « Mais l’analyse de l’UFC-Que Choisir converge vers le chiffre moyen de 1 000 euros par logement donné par l’Agence nationale de l’Habitat (ANAH), seul acteur de l’aide publique, bien modeste, aux travaux réalisés par les particuliers ».

L’UFC Que Choisir demande en conséquence un audit au gouvernement pour vérifier l’état des lieux publics accueillant des enfants, et annonce saisir l’Autorité nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), « pour déterminer les risques précis liés à la consommation à long terme d’une eau contaminée au-delà du seuil de 10µg/litre, notamment dans le cas des enfants ».


Obtenez un devis gratuit pour votre diagnostic immobilier : cliquez ici.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/03/2013 à 23:06 par kadakil

    Tout le monde le sait, et ça ne bouge pas. C'est comme l'intoxication au mercure à cause des plombages dentaires... Mieux vaux laisser l'intoxication générale aux métaux lourds, car ça coute trop cher de procéder aux méthodes sans risque ! La preuve, on nous en rajoute une couche avec les ampoules basse consommation ! Merci les lobbyes financiers !
    Certains tombent malades, souffrent, meurent, pendant que d'autres s'en mettent plein les fouilles.
    Pitoyable...

  • 0 Reco 25/03/2013 à 11:25 par papi_jm

    Depuis le temps que ces canalisations existent, le calcaire déposé sépare l'eau du plomb !

  • 0 Reco 24/03/2013 à 20:59 par pilote2539

    j'espère qu'a Matignon, il vont remettre les anciennes canalisations pour que nos ministres aient un peu plus de plomb dans la cervelle !!

  • 1 Reco 24/03/2013 à 09:49 par Trouduc

    "L'OMS a déterminé que le plomb pouvait causer des retards intellectuels chez l’enfant en bas âge."
    Et les vaccins, et l'aluminium, et les trainées chimiques des avions, et les OGM , et ....
    ils en font quoi ! C'est moins dangereux ?

  • 0 Reco 22/03/2013 à 12:44 par antoine

    Bah.. un peu de plomb, un peu d'amiante n'a jamais fait de mal à une mouche hein? Ils disent bien que pour la croissance, un enfant doit manger de tout hein?

    lol

    diviser par deux le prix de ces bicoques pourries, ca sera un bon début!

    lol


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...