Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habitervendredi 29 juillet 2011 à 18h12

France: L'impasse photovoltaïque


Les professionnels du photovoltaïque peinent à voir le bout du tunnel
Les professionnels du photovoltaïque peinent à voir le bout du tunnel
Les professionnels du photovoltaïque peinent à voir le bout du tunnel (©dr)

Si les énergies propres étaient il y a quelques années considérées comme les seules viables pour l’avenir de la planète, elles souffrent aujourd’hui d’une panne sèche en France. Entre 1997 et 2010, l’électricité obtenue grâce aux énergies renouvelables a stagné autour de 15 %, selon le bilan énergétique de la France publié début juillet.

(LaVieImmo.com) - Quel avenir pour le solaire et le photovoltaïque français ? Une douloureuse question à laquelle le gouvernement semble incapable d’apporter de réponse, pris en étau entre les objectifs du Grenelle de l’environnement et la crainte d’une bulle spéculative. Au premier trimestre, la puissance installée du parc photovoltaïque « a encore grimpé de 25 % pour atteindre 1 337 MW, près de 1 000 MW de plus qu’un an auparavant », souligne Libération. Mais, dans le contexte de besoins en électricité sans cesse croissants, ce rythme « ne suffit pas à compenser la baisse tendancielle de la production hydroélectrique », rappelle le quotidien.

Une filière qui détruit plus d'emplois qu'elle n'en crée

Pis, c’est toute une filière qui ne croit plus en l’avenir. Après le moratoire de trois mois décrété par le gouvernement fin 2010 sur les grosses installations, les professionnels du secteur se préparent au pire pour le deuxième trimestre, sur le plan de l’emploi. En effet, « en mars, les énergies vertes ont pour la première fois depuis 2009 détruit plus d’emplois qu’elles n’en ont créés », explique Libération. Les professionnels déplorent en filigrane un problème d’image : d'après Richard Loyen, délégué général de l’association professionnelle Enerplan cité par le quotidien, les professionnels sont considérés comme des « spéculateurs qui font monter le prix de l’électricité des Français au bénéfice d’industriels chinois ».

En guise de réponse, le gouvernement prévoit dans les secteurs éoliens et solaires des appels d’offres cet été, destinés à « donner de la visibilité à l’industrie et se donner les moyens d’installer une filière en France et d’y développer l’emploi », déclarait il y a quelques jours la ministre de l’Ecologie. Ce qui, loin d’apaiser, ne fait pour l’heure qu’agacer les concernés. A suivre…

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 01/08/2011 à 11:24 par outré

    il n'y a qu'en france que le photovoltaique est traité avec desinvolture par le gvt.
    Les grands projets? un moyen de favoriser les grand groupes et les amis, employeurs de smicards au mieux. Il n'est quand même pas question que d'autres puissent d'enrichir...!

  • 0 Reco 30/07/2011 à 23:26 par apprenzalire-douds

    c'est bien le problème : ce n'est qu'un problème qu'en france... tssss

  • 0 Reco 30/07/2011 à 23:20 par douds

    cet article n'est peut être vrai qu'en France.dans l'ensemble des pays du globe il est faux.désolé de le rappeler.

  • 0 Reco 29/07/2011 à 20:34 par midève

    A force de faire les girouettes, le gouvernement a presque détruit la filière, préférant subventionné Areva. Et voilà où cela nous mène. Vive l'énergie solaire, à bas le nucléaire.

  • 0 Reco 29/07/2011 à 20:09 par calvin

    Ouais. Behn ouè.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...