Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habitermardi 6 juillet 2010 à 15h18

L'Etat rend sa copie sur les économies d'énergie


N.Borloo et B.Apparu présentent la Réglementation thermique du Grenelle 2012
N.Borloo et B.Apparu présentent la Réglementation thermique du Grenelle 2012
N.Borloo et B.Apparu présentent la Réglementation thermique du Grenelle 2012 (©dr)

Jean-Louis Borloo et Benoist Apparu ont présenté ce mardi 6 juillet, après deux ans de travaux, la Réglementation thermique du « Grenelle Environnement 2012 ». Celle-ci a pour objet la généralisation des bâtiments basse consommation (BBC) en 2012.

(LaVieImmo.com) - Le texte met en exergue trois objectifs majeurs : limiter la consommation d’énergie primaire à 50 kilowatts-heure par mètre carré et par an à partir de 2012; privilégier la qualité de la conception du bâti ; équilibrer le bouquet énergétique. Concrètement, ces efforts se traduiraient par une consommation globale d’énergie réduite d’un facteur 2 à 4, des besoins de chauffage divisés par 2 ou 3 grâce à une meilleure conception des bâtiments, et une généralisation des techniques les plus performantes.

Tout se joue au niveau de la construction des bâtiments, « mieux pensés et moins standardisés » grâce à une véritable « analyse bioclimatique », ont expliqué les deux ministres. Le but étant de parvenir à une efficacité énergétique minimale du bâti, autrement dit le « besoin bioclimatique » ou « Bbiomax ». Il s’agira de limiter les besoins d’énergie pour les composantes liées à la conception du bâti, notamment en termes de chauffage, de refroidissement et d’éclairage. Le niveau d’isolation, la mitoyenneté et la conception bioclimatique seront valorisés. Ceci passant par l’accès à l’éclairage naturel, aux apports solaires, et grâce à un maximum de surfaces vitrées, orientées au sud, etc.

Une économie de 5 000 à 15 000 euros sur 20 ans

Cette nouvelle Réglementation thermique s’inscrit dans la logique de la « Feuille de route énergétique et climatique » du Grenelle de l’Environnement, dont le but est d’économiser 150 milliards de kilowatts-heure et de produire 35 millions de tonnes de CO2 en moins d’ici 2020. Grâce à la maîtrise des coûts de construction et au panel des solutions techniques utilisées, les Français gagnent en pouvoir d’achat. Par solutions techniques nous retiendrons notamment l’effet joule (convecteur), la pompe à chaleur, la chaudière à condensation de gaz, la chaudière en bois granulé ou encore les réseaux de chaleur urbains. Si un investissement est certes nécessaire lors de la construction d’un logement labellisé BBC, celui-ci est vite rentabilisé.

Sur vingt ans, le gain de pouvoir d’achat est compris entre 5 000 euros pour un logement dans un immeuble collectif, et 15 000 euros pour une maison individuelle. Les mensualités d’emprunt sont largement couvertes par les économies d’énergie, et à l’issue du remboursement, le gain de pouvoir d’achat généré par les économies d’énergie est très important. D’un point de vue économique, un ménage souhaitant acquérir un logement a intérêt à porter son choix, soit sur un logement neuf BBC, soit sur un logement ancien qu’il rénove grâce à l’éco-prêt à taux zéro créé par le Grenelle Environnement.

Lorna Oumow - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...