Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habitermardi 27 mai 2008 à 15h40

l'UFC-Que Choisir épingle les diagnostiqueurs immobiliers


(LaVieImmo.com) - Pas assez compétents, négligents, manquant d’indépendance… L’UFC-Que Choisir dresse un constat sévère des diagnostiqueurs immobiliers dans une enquête parue le 27 mai « Les diagnostics doivent éclairer la transaction et la sécuriser, aujourd’hui c’est tout le contraire. Il y a un coût pour le vendeur, mais aucune assurance quant à la fiabilité de l’étude pour l’acheteur », dénonce Alain Bazot, son Président.

L’enquête réalisée sur trois pavillons tests, situés respectivement à La Rochelle, à Besançon et à Clermont-Ferrand, révèle de fortes disparités dans les mesures et les estimations. Les tarifs peuvent ainsi varier de 50 % d’un professionnel à l’autre comme à Besançon, où le prix d’une même prestation oscille entre 271 euros à 410 euros. À La Rochelle, sur six professionnels contactés, un seul a réalisé un sondage correct pour révéler la présence de termites. Certains se contentant d’un sondage à l’œil nu. À Clermont-Ferrand, aucun diagnostiqueur n’a décelé la présence d’amiante alors que l’expertise de l’Afaq-Afnor, organisme certificateur pris comme référence dans l’ensemble de l’étude, avait révélé des traces suspectes.

Alors que les agences et les sites d’annonces immobilières viennent de signer une convention avec le gouvernement pour afficher le diagnostique de performance énergétique (DPE) des biens mis en vente, celui-ci n’échappe pas à la règle. A Besançon, six DPE sur sept sont erronés. Selon les professionnels testés, la note du logement oscille entre D et F. L’estimation de la consommation électrique annuelle varie quant à elle du simple au double, de 1 202 à 2 576 euros, alors que le prix réel payé est de 2 300 euros par an.

L’UFC-Que Choisir pointe également du doigt les liens juridiques ou financiers existants entre les diagnostiqueurs et les agents immobiliers. L’association de consommateurs cite ainsi le cas du groupe Foncia, administrateur de bien, et de sa filiale la Compagnie Nationale d’Expertise et de Mesurage (CNEM). « Ce type de liens est contraire à l’obligation d’indépendance inscrite dans les textes » juge Alain Bazot. Enfin l’enquête dénonce de graves problèmes de commissionnement entre agences et diagnostiqueurs. Ces commissions représenteraient entre 15 et 30 % du chiffre d’affaires de certains professionnels, selon une enquête réalisée au premier trimestre 2006 par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF).

J.C.

LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...