Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habitermercredi 16 mars 2011 à 15h20

La Fnaim veut faire "évoluer" le DPE


Le DPE actuel en manque de fiabilité
Le DPE actuel en manque de fiabilité
Le DPE actuel en manque de fiabilité (©dr)

Après les critiques sur la fiabilité du diagnostic de performance énergétique (DPE), obligatoire dans toute annonce depuis le 1er janvier, la Fnaim propose une série de mesures en vue de fiabiliser davantage ce dispositif et qu’il retrouve sa place d’ « outil de mesure ».

(LaVieImmo.com) - Le DPE a eu des débuts difficiles, mais la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) entend corriger le tir. « Le diagnostic de performance énergétique ne peut plus se résumer à un simple outil de sensibilisation, tel qu'il était appliqué jusqu'à présent. Il doit désormais évoluer pour devenir un outil de mesure », indique mercredi la Fnaim dans un communiqué. Le DPE, dont l’affichage est obligatoire depuis le 1er janvier dans l’ensemble des annonces immobilières (Internet, agences, particuliers…), a essuyé les critiques au début de l’année.

Plus particulièrement, son manque de fiabilité, dénoncé le mois dernier par l’association de consommateurs UFC-Que choisir. Cette dernière avait en effet soumis divers biens à expertise, lesquelles ont abouti à des classements énergétiques forts différents pour ces mêmes biens. L’association déclarait que l’affichage de l’étiquette, utile en outre pour la détermination du montant auquel un emprunteur peut prétendre dans le cadre d’un prêt à taux zéro, « l’absence de fiabilité des diagnostics a donc des conséquences financières plus lourdes encore que celles relatives à la mésestimation de la consommation énergétique ».

« Des mesures concrètes »

Le gouvernement a par la suite reconnu les lacunes du dispositif, et promis une réforme, ou au moins un cadre plus sûr : il est « indispensable de prendre des mesures concrètes afin d’améliorer [le DPE], amené à jouer un rôle de plus en plus important dans les décisions d’acquisition et de location », a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet dans la foulée de ces révélations.

La Fnaim fait part aujourd’hui de ses propositions, destinées à rendre sa pertinence à ce diagnostic. Ainsi, la fédération propose « la validation d'une seule méthode conventionnelle, basée sur les propriétés du bâtiment plutôt que la méthode par factures, trop tributaire du comportement des occupants ». Egalement, les agents immobiliers plébiscitent « l'application d'une méthode de mesure et de calcul plus exhaustive, prenant en compte plus de critères de construction pour obtenir un résultat lié aux caractéristiques techniques du bâti uniquement », de même qu’un seul DPE pour tous types d’immeubles : habitations, commerce, tertiaire ou usage mixte.

Homologation

En ce qui concerne les divergences dans les résultats d'expertise évoqués par l’UFC, la Fnaim prône « une homologation obligatoire des logiciels de calcul », qui participe d’ « un dispositif de certification plus homogène ». Celui-ci pourrait enfin être renforcé par « des audits inopinés sur le terrain ».

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/03/2011 à 17:57 par copleboss

    Par "évoluer" je suppose que ca veut dire "plus cher"...

  • 0 Reco 21/03/2011 à 11:50 par S COOPMAN

    En préambule, il est important de préciser que la FNAIM n'est pas la Fédération Nationale des Agents Immobiliers mais la Fédération Nationale de l'Immobilier qui représente 15 métiers dont les diagnostiqueurs rassemblés dans une Chambre nationale.
    Cette remarque faite, le communiqué prend tout son sens.

    La mission première du DPE, entré en vigueur en 2006 pour la vente et en 2007 pour la location, était de sensibiliser les ménages aux performances énergétiques des bâtiments.
    Cette mission-là est bel et bien une réussite.

    Mais les temps ont changé : le couplage de ce diagnostic à différents dispositifs d'incitation à la rénovation énergétique, dont le PTZ+, modifie le rôle du DPE, l'amenant à évoluer d'un outil de simple estimation à un outil de mesure plus précis.

    Évidemment, l'impact de la "note énergétique" sera différente, comme le souligne justement l'un des précédents commentaires, selon que le candidat acquéreur ou locataire est dans une zone lui laissant le choix entre plusieurs biens ou non, mais l'intention et la dynamique sont bien là !

    Le rapport du diagnostic, tel qu'il est actuellement présenté aux consommateurs, ne permet pas non plus une compréhension optimisée du travail effectué par le diagnostiqueur.

    C'est dans ce cadre que la FNAIM fait une série de propositions pour la mutation du DPE.

    En espérant que ces quelques précisions permettront une meilleure lecture du communiqué,

    Sylvain COOPMAN
    Délégué Général
    Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM

  • 4 Reco 17/03/2011 à 10:50 par Papy Jean

    Pour évaluer correctemement le montant total et annuelt des dépenses de chauffage d'un pavillon j'ai constaté

  • 1 Reco 17/03/2011 à 00:04 par Agent_I

    Foutez nous la paix avec ça.

  • 0 Reco 16/03/2011 à 17:24 par corben

    Le DPE à Paris me fais bien rigoler. Comme si les acquéreurs se mettaient devant l'agence en se disant "tiens je vais pas acheter celui-la il est pas cher mais il a une mauvaise étiquette..." Mwaaaahahaha..


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...