Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habiterjeudi 11 octobre 2007 à 12h27

Stratégie de rupture pour améliorer la performance énergétique du parc ancien


(LaVieImmo.com) - Dans un rapport remis fin septembre à Jean-Louis Borloo dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, Philippe Pelletier, président de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), suggère au ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables d’adopter une « stratégie de rupture » visant à améliorer la performance énergétique du parc de logements anciens.   A l’origine de cette étude, le constat que les bâtiments représentent 23% des émissions de C02 (dont 70% pour le résidentiel et 30% pour le tertiaire) et 46% de la consommation d’énergie finale.   La stratégie proposée par Philippe Pelletier vise tout d’abord la disparition de la classe G, « la plus consommatrice », à l’horizon 2012. La classification des logements en fonction de leur performance énergétique comprend actuellement six catégories, de A à G, de la plus économe à la plus consommatrice. Les « épaves thermiques » appartiennent à la classe G. Plus globalement, le scénario proposé prévoit d’atteindre en 2020 une consommation énergétique moyenne de 150 kilowattheures par mètre carré et par an pour l’ensemble du parc, contre 250 à 260 kWhep/m².an actuellement. L’effort ne s’arrêterait pas là puisqu’il serait ensuite question de diminuer la consommation de tous les logements d’au moins 30% tous les dix ans. La consommation de l’ensemble du parc serait ainsi ramenée à 100 kwhep/m².an en 2030, 70 en 2040 et 50 kwhep/m².an à l’horizon 2050. a noter que si aucune mesure n’était prise, et en dépit de l’amélioration des performances énergétiques des constructions neuves, la consommation moyenne du parc serait de 160 à 180 kwhep/m².an en 2050….   Le rapport fait également la liste de 28 actions à prendre pour parvenir à ces objectifs, et enrichir autant que compléter les outils existants. « Il s’agit d’abord d’accompagner, d’impulser, de mobiliser et d’orienter plutôt que de diriger, et d’opérer les réajustements nécessaires », note Philippe Pelletier. Ces 28 actions sont classées en 4 grandes orientations : donner de la visibilité aux acteurs économiques, améliorer la connaissance du parc, réglementer, et mobiliser l’offre et la demande. Ce dernier point préconise notamment le développement de dispositifs financiers innovants afin de solvabiliser la demande, ainsi que des aides au profit des ménages les plus modestes.   A noter que deux autres rapports ont été commandés par Jean-Louis Borloo, un sur l'immobilier tertiaire, par Dorian Kelberg, délégué général de la FSIF, l’autre sur le logement neuf, par Bernard Coloos, directeur aux affaires économiques financières et internationales de la FFB.

LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...