Mieux Habiter
LaVieImmo.com
Mieux HabiterMieux Habiterjeudi 28 août 2014 à 13h01

Tribune : "La rentrée d'un enfant étudiant, C'est souvent, d'abord, la course au logement ! "


Anthony Perrat, fondateur d'UneMaisonBleue
Anthony Perrat, fondateur d'UneMaisonBleue
Anthony Perrat, fondateur d'UneMaisonBleue (©dr)

Une tribune de Anthony Perrat, fondateur d’UneMaisonBleue

(LaVieImmo.com) - Chaque année, en période de rentrée scolaire, les étudiants se livrent à l'habituelle guerre des logements. Dans les grandes villes de France, où le marché est le plus tendu, le bien le plus recherché correspond à une surface réduite, entre 9 m² et 18 m², avec un loyer allant de 450 € à 800 €.

Dans un marché difficile, où les offres de location restent parfois seulement une demi-journée sur les sites d'annonces immobilières, les parents qui accompagnent leur enfant dans sa démarche de recherche d’un toit n'ont pas toujours les bons réflexes…

Les armes pour optimiser ses recherches

La rentrée scolaire des étudiants rime, pour de nombreux parents, avec recherche d'appartement. Une démarche qui s'avère, comme chaque année, plus compliquée pour les candidats qui s'installent dans des grandes villes comme Paris.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

« Nous sommes en présence d'un marché de logement étudiant extrêmement concurrentiel dans les grandes villes, surtout à Paris, indique Anthony Perrat. Prenons l'exemple d'une studette de 9 m² dans le 9e arrondissement de Paris, avec un prix à la location de 495 euros. Avec une annonce publiée pendant 4 heures, nous sommes déjà à plus de 50 appels. Avec une telle demande, ce bien ne reste sur le marché que quelques jours! »

En de telles circonstances, les parents qui s'aventurent dans ces démarches doivent affûter leurs armes ! Mon premier conseil serait de mettre en place des alertes mails sur les différents sites d'annonces immobilières. Il est même conseillé de résider quelques jours, dans la ville où l'on souhaite louer, pour deux raisons : découvrir le quartier et se faire une idée de l'environnement et être le plus réactif possible à d'éventuelles offres de location. Puis, il est important de préparer un dossier de candidature complet. La plupart des agences demandent les documents suivants : photocopie d’une pièce d’identité ou passeport et de la « La rentrée d’un enfant étudiant,C’est souvent, d’abord, la course au logement ! » carte d'étudiant, les quatre derniers bulletins de salaire, la photocopie de l'avis d'imposition, un relevé d’identité bancaire, une attestation de l'employeur et un justificatif de domicile. Ces documents doivent être ceux du locataire potentiel, mais aussi des personnes se portant caution, le cas échéant. Certaines agences rajoutent des documents à cette liste, mais il faut bien veiller à ce que la demande reste dans le cadre légal. Il est également essentiel d'être accompagné de son enfant lors des visites. Ce type de bien bénéficie rarement de la possibilité de faire une contre-visite. Dans certains cas, les candidats à la location sont même disposés à louer le bien sans même visiter ! Une pratique qui comporte cependant des risques et que certaines agences, par déontologie, comme la notre refuse de pratiquer"

La colocation mise en danger par la loi Alur

L'annonce des dernières mesures de la loi Alur en lien avec la colocation n'arrange pas le cas des étudiants. Elaborés dans le but de protéger les colocataires, ces décrets mettent en danger le parc du logement destiné à la colocation. En effet, ces mesures désolidarisent les colocataires. Une situation qui ne rassure pas les propriétaires bailleurs, les poussant ainsi à ne pas signer avec les étudiants candidats à une colocation, de peur de se retrouver avec une part de loyer en moins si l'un des locataires était amené à partir. En croyant aider la colocation, le gouvernement risque donc de tuer ce concept de vie. Car, en effet, au-delà des étudiants, certains jeunes actifs continuent d'habiter en colocation. Privé de ce mode de logement, la demande pour les petites surfaces n'en sera que plus importante.

Avec une possible baisse du nombre de biens disponibles sur le marché, les répercussions encore inconnues de l'encadrement des frais d'agence (à partir du 15 septembre 2014) rajouté à un marché déjà complexe, il est parfois utile de faire appel à des professionnels de l'immobilier et signer un mandat de recherche d'appartement pour être sûr de loger son enfant à la rentrée.

©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 29/08/2014 à 15:07 par jérome

    Je conseille, a tous les parents, s'ils en ont les moyens, d'acheter un studio pour leurs enfants. Ils économiseront trois à 5 ans de loyers, d'une, et , de deux, ils pourront le relouer , le transmettre à leur enfant, me revendre, etc.. C'est un bel investissement pour la retraite!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...