Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 10Paru le samedi 1 septembre 2007 à 00h00

Misez sur le renouveau de Nice Est (06)


Dans ce quartier en rénovation, l'immobilier est encore relativement abordable car la clientèle est essentiellement française.

Rue de la République, les rails du tramway sont enfin posés et les premières rames devraient circuler à la fin de l'année. En retrait du port de plaisance et jusqu'à la place Saint-Roch, le marché de l'immobilier fonctionne à 90 % avec une clientèle d'actifs locaux qui peut encore trouver ici des logements à un prix plutôt accessible : entre 2 500 et 3 000 euros le mètre carré dans les immeubles anciens de style niçois et de 2 500 à 4 000 euros dans les immeubles récents. Dans un contexte de hausse des taux, les prix ne devraient pas se valoriser beaucoup malgré l'arrivée du tramway car la clientèle est essentiellement française. Les stocks sont importants et les délais de vente se sont allongés, deux mois en moyenne pour les logements au prix du marché et jusqu'à quatre, voire six pour les biens un peu surévalués. Les acheteurs ne sont pas prêts à surpayer plus de 5 % et un bien proposé à 10 % au-dessus de sa valeur ne se vend pas.

Outre la desserte du tramway, les travaux d'extension de l'université de Saint-Jean-d'Angély devraient se terminer fin 2008. Sur l'autre rive du Paillon, dont les berges viennent d'être réaménagées, la réhabilitation du quartier Pasteur a démarré. Plusieurs centaines de logements devraient bénéficier de la mise en place d'une Opah (opération publique d'amélioration de l'habitat), qui permet aux propriétaires occupants ou bailleurs d'obtenir des subventions majorées de l'Anah (Agence nationale de l'amélioration de l'habitat) pour rénover leurs logements.

35 % moins cher dans le bas Pasteur

A Nice Est, les prix baissent au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la mer. Mis à part les environs immédiats du port investis par les acheteurs étrangers et où l'on ne trouve rien à moins de 4 000 euros le mètre carré, les appartements anciens situés entre le port et la gare Riquier s'échangent entre 2 500 et 3 000 euros le mètre carré. Ainsi ce trois-pièces de 52 m2 du boulevard Riquier, au troisième étage sans ascenseur, avec quelques travaux de copropriété à prévoir, qui vient de se vendre 147 000 euros. Un logement des années 1970-1990 s'échange entre 3 000 et 4 000 euros le mètre carré, alors que les prix du récent entre la gare Riquier et la place Saint-Roch descendent de 2 800 à 3 500 euros. Dans le bas du quartier Pasteur, entre la rue de la Gendarmerie et la voie Romaine, les tarifs des logements récents plafonnent à 3 000 euros le mètre carré. Ils peuvent descendre au-dessous de 2 500 euros au fur et à mesure que l'on se rapproche des quartiers sensibles de Saint-Charles et de la rue Maccario. Les jeunes ménages sont de plus en plus nombreux à se reporter sur le bas Pasteur, où les appartements se vendent jusqu'à 35 % moins cher que dans le quartier de la République. Rue Montolivo, un quatre-pièces de 90 m2 avec garage et balcon vient de changer de mains à 250 000 euros.

Dans le neuf, Nice Est est un des secteurs de la ville où la promotion est la plus active. Route de Turin, une petite centaine d'appartements sont commercialisés à partir de 120 000 euros pour les deux-pièces et jusqu'à 240 000 euros pour les trois et quatre-pièces. Le nouveau PLU (plan local d'urbanisme) de Nice, qui doit être adopté d'ici à la fin de l'année, prévoit d'augmenter le COS (coefficient d'occupation des sols) dans le secteur et l'offre neuve devrait suivre à moyen terme

Sophie Bonis

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...