Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 4Paru le jeudi 1 février 2007 à 00h00

Misez sur les bureaux


Les sociétés civiles de placement immobilier spécialisées dans la gestion locative d'immobilier d'entreprise séduisent de plus en plus de particuliers en quête de revenus réguliers.

Alors que la rentabilité de l'immobilier d'habitation donne de sérieux signes d'essoufflement, les SCPI classiques diversifiées, spécialisées dans la gestion locative d'immeubles de bureaux, d'entrepôts et de commerces, continuent d'attirer les particuliers. Le rendement devrait encore une fois dépasser 6 % en 2006, selon les estimations des professionnels, les chiffres officiels étant attendus fin janvier. Il est, certes, un peu inférieur à celui atteint en 2005, 6,72 %. Dans le même temps, le prix de la part a progressé de 6,17 %.

L'engouement pour ces produits est réel : la collecte a en effet bondi de plus de 408 % en cinq ans, pour atteindre 676,5 millions d'euros en 2005, les premières estimations de l'Institut de l'épargne immobilière et foncière (IEIF) pour 2006 confirmant cette tendance. Pourtant, l'offre ne comble pas toujours la demande, même avec une cinquantaine de ces sociétés. « Les collectes s'arrêtent souvent trop vite, ces titres ayant réuni les sommes escomptées avant la date butoir. Il n'est pas rare que nos clients se fassent prendre de vitesse », regrette Bernard Paran, de la société de gestion Thesaurus. Certains de ces titres pourraient se transformer en organismes de placements collectifs immobiliers (OPCI) au premier semestre 2007 et gagner ainsi en liquidité. Encore faut-il que les souscripteurs en décident ainsi, puisque la décision est soumise au vote des associés réunis en assemblée générale extraordinaire.

Une correction à la baisse est toutefois envisagée. « Les performances globales de ces placements sont bonnes, mais la concurrence est rude entre les banques, les compagnies d'assurance, les foncières cotées ou les fonds étrangers qui bataillent ferme pour obtenir les emplacements de choix. Les prix d'achat grimpent donc fortement, ce qui influe forcément sur le rendement final », explique Eric Cosserat, de la société Perial. Cette tendance pèse d'ailleurs directement sur la politique actuelle des sociétés. « Les SCPI sont prudentes et rééquilibrent leurs portefeuilles en se recentrant sur ce qu'elles estiment le plus rentable à terme. Mais ce n'est pas qu'une mauvaise nouvelle puisque ce resserrement assainit leur patrimoine », poursuit-il.

Reste que la conjoncture est porteuse, que la demande des entreprises françaises et étrangères est réelle et que les loyers augmentent alors qu'ils avaient tendanciellement baissé de 2002 à 2005. Le marché parisien, principale locomotive de l'investissement d'entreprise, est en plein boom, et on continue à construire, notamment à la Défense et sur toute la première couronne. Les coûts d'implantation pour les entreprises y sont moins élevés qu'à Londres ou à Francfort, autres cibles des grandes firmes désirant s'implanter sur le marché continental

Jorge Carasso

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...