Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 17Paru le jeudi 1 mai 2008 à 00h00

Nîmes (30) Habiter sur une colline


Les propriétés avec piscine séduisent les quadras et les jeunes familles qui bénéficient du départ des seniors vers des surfaces plus petites.

Nîmes a un point commun avec Rome : ses sept collines. La plus recherchée est celle de la Tour Magne : elle est la plus haute, proche du centre-ville et du site universitaire Vauban. Egalement sur les hauteurs mais près de la garrigue, le quartier de la Cigale est aussi coté. Que trouve-t-on sur ces collines ? Pour 450 000 euros en moyenne, des villas avec 3 000 m2 de terrain, trois ou quatre chambres, une terrasse et souvent une piscine. Le tout entre les Cévennes et la Méditerranée, à 40 km.

« Je viens de vendre une villa de 140 m2 sur la colline de la Tour Magne à 450 000 euros. Même si ce type de produit est très recherché, on constate que les prix stagnent, ce qui n'est pas le cas des appartements en centre-ville. Ces cinq dernières années, certains propriétaires ont bien tenté de faire grimper les tarifs à 490 000 euros, mais les acquéreurs n'ont pas répondu », explique Gilles Gazeilles, président de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) du Gard. « S'il est vrai que pour les villas le budget tourne autour de 450 000 euros, on trouve quand même des biens à 300 000 euros, précise Geneviève Desimeur, gérante de Domos Immobilier, du groupement N'Immo. Mais dans ce cas des travaux sont à prévoir. Ces maisons qui ont déjà vingt ans n'ont souvent plus de salle de bains ni de cuisine au goût du jour. »

Stable, le marché de la villa nîmoise sur colline l'est pour une raison simple : passé la soixantaine, les acheteurs sont moins enthousiastes à l'idée de tondre 3 000 m2 ! Alors que les quadras travaillant à Montpellier n'hésitent pas à venir s'installer ici en raison du prix nettement plus élevé des propriétés montpelliéraines... Du coup, à Nîmes, ce sont les prix des appartements, recherchés notamment par les seniors, qui augmentent. Les quartiers de la préfecture et de l'avenue Carnot ont vu arriver une nouvelle clientèle. Si, dans l'ancien à rénover, on trouve encore des surfaces à 1 000 euros le mètre carré, dans le neuf, les programmes se multiplient et les prix s'envolent

Alexandra Da Rocha

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...