Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 14Paru le vendredi 1 février 2008 à 00h00

Opportunités à Villiers-le-Bel (95)


Malgré l'image négative de cette commune, le marché immobilier reste actif. Avec un mètre carré à 2 000 euros, les affaires ne manquent pas.

Lors des émeutes de novembre, le quartier du vieux village de Villiers-le-Bel a été épargné. La place du Marché vient d'être réaménagée avec un parcours piéton et le chantier du nouveau commissariat de police sera achevé courant 2008. Pour autant, le mal est fait. Les incidents ont bel et bien freiné les décisions d'achat : « J'ai eu un appel de client le lendemain même de l'émeute. Il disait qu'il avait peur. Il a finalement signé son acte d'achat, mais c'était moins une qu'il décroche ! Des annulations de rendez-vous, j'en ai eu, c'est normal dans un contexte pareil », témoigne un agent immobilier de la région. « Certains de mes clients se sont décommandés. Ils ont carrément annulé les visites de maisons qu'ils avaient prévues », confirme un autre.

Les deux programmes de logements neufs qui viennent d'être achevés peinent parfois à attirer les acheteurs. Ainsi, Promogim vient tout juste de mettre en vente soixante-trois appartements, dont quinze ont trouvé preneurs, mais deux clients se seraient désistés. En revanche, les trente-deux lots livrés par Safir il y a deux mois sur le quartier des Carreaux ont tous été vendus, « la moitié à des bailleurs sociaux et l'autre à titre privé », indique la mairie.

Prudent, Sylvain Gigante, responsable de l'agence Guy Hoquet, veut d'abord rassurer : « Nous n'avons pas de recul suffisant sur les derniers événements. Certains clients ont des a priori, d'autres moins. C'est une petite commune. Rien à voir avec Argenteuil, La Courneuve ou Epinay. L'immobilier se porte plutôt bien chez nous. »

La clientèle comprend beaucoup de jeunes couples qui réalisent leur première acquisition et des salariés qui veulent se rapprocher du bassin d'emplois de l'aéroport de Roissy (3 000 postes à pourvoir). Pour Sylvain Gigante, « c'est un marché relativement actif, car nous offrons des prix encore raisonnables ». A moins de 100 000 euros, les offres d'appartements en bon état de moins de 40 m2 ne manquent pas : un studio avec balcon de 32 m2 est proposé à 89 000 euros, un F1 de 33 m2 au deuxième étage d'un immeuble des années 1980 à 94 000 euros, un autre de 30 m2 avec parquet vitrifié et chauffage au gaz pour 93 000 euros. Egalement en vente, en viager, une maison de 107 m2 construite dans les années 1970, avec un bouquet de 90 000 euros.

Un bon rendement locatif

M. Barthélemy, consultant pour l'agence Visa Espace Immobilier, la soixantaine passée, se souvient d'un autre Villiers-le-Bel, celui d'après-guerre : « C'était un gros village prospère de 5 000 habitants, avec son maréchal-ferrant, les propriétés bourgeoises des riches agriculteurs de la plaine de France et quantité de petites maisons en pierre. Et puis on a construit des ZAC, des ensembles collectifs. Aujourd'hui, quatre-vingt-douze ethnies différentes coexistent ici tant bien que mal. Il y a des heurts, forcément. » Néanmoins, les opportunités d'investissement ne manquent pas. Ce qui part le plus vite, selon Sylvain Gigante, « ce sont les studios de 30 m2. Je viens d'en vendre un, situé dans une belle résidence, pour 88 000 euros. L'acheteur veut faire un investissement locatif. Il va louer son bien autour de 600 euros par mois, charges comprises. Chez nous, aucun F2 ne se loue moins de 700 euros ». Les maisons non plus ne sont pas à dédaigner, particulièrement en bordure de la forêt d'Ecouen : « Les prix sont restés raisonnables, inférieurs à 2 000 euros le mètre carré. Et nous avons même des clients qui viennent du 18e arrondissement de Paris », assure M. Barthélemy. Autre signe positif, Bouygues s'intéresse à la ville pour construire un lotissement sur une parcelle privée

Gilles Naudy

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...