Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 13Paru le samedi 1 décembre 2007 à 00h00

Petites surfaces à rénover dans le centre de Marseille


A moins de 2 000 euros le mètre carré dans l'ancien, des opportunités sont à saisir dans un secteur en pleine mutation.

De part et d'autre de la Canebière, dans ce secteur du 1er arrondissement, du cours Belsunce et de la rue de Rome à l'ouest au boulevard de la Libération à l'est, la politique de rénovation urbaine menée depuis dix ans commence à porter ses fruits. Aux nouveaux équipements publics - bibliothèque de l'Alcazar, à vocation régionale, faculté de droit et d'économie appliquée, ouverture du musée mémorial de la Marseillaise rue Thubaneau d'ici à fin 2008 -, s'est ajoutée l'implantation des sièges sociaux de grandes entreprises. Et le 30 juin, la ligne 2 du tramway reliant la Blancarde à Euroméditerranée descendait la Canebière pour la première fois. Elle révélait dans son sillage des immeubles aux façades en pierre de taille ravalées, dévoilant quelques-uns des plus beaux exemplaires de l'architecture marseillaise.

Les candidats à l'accession et les investisseurs qui s'intéressent de plus en plus à ce secteur du centre-ville longtemps déprécié ne s'y trompent pas. A quelques centaines de mètres du Vieux-Port, il est encore possible de dénicher des appartements à rénover pour un mètre carré inférieur à 2 000 euros, soit moins de 100 000 euros pour un deux-pièces d'une cinquantaine de mètres carrés. Les agents immobiliers conseillent de prospecter plutôt dans le quartier les Réformés-le Chapitre, de part et d'autre du cours Joseph-Thierry, desservi par le tramway, aux alentours de la jolie place Alexandre-Labadie ou le long des rues du Coq ou des Abeilles. Dans ce coin tranquille, la plupart des immeubles anciens sont organisés autour d'un jardin intérieur, si bien que les rez-de-chaussée disposant d'un coin de verdure cotent ici un peu plus que les appartements en étage. De l'autre côté de la Canebière, le quartier Thiers bénéficie de la proximité du très animé cours Julien tout en restant dans la tranche de prix des Réformés. On peut y trouver des appartements de 40 à 45 m2 pour 80 000 à 90 000 euros qui pourront offrir une rentabilité locative de 8 à 9 %.

Opah à Noailles-Belsunce-Chapitre

Vers le Vieux-Port, dans les secteurs de Belsunce et de Noailles, les prix des biens à restaurer peuvent descendre à 1 800 euros le mètre carré, comme ce 55 m2 situé dans un immeuble en pierre de taille de la rue des Capucins parti à 99 000 euros. Les professionnels pensent que ce quartier à fort potentiel mettra toutefois plus de temps à être réhabilité en raison de la présence de nombreux hôtels meublés. Attention, avant de signer, de bien vérifier que la copropriété n'est pas en cours de préemption par la mairie.

Depuis 1995, le secteur Noailles-Belsunce-Chapitre est en effet concerné par un PRI (périmètre de restauration immobilière) qui contraint certaines copropriétés à procéder à la réhabilitation de leur immeuble, soit 3 710 logements sur les 5 000 que compte le secteur. Objectif, réduire la vacance en remettant sur le marché des logements jusqu'alors insalubres et favoriser la mixité sociale en incitant une population plus aisée à venir s'installer dans le centre-ville. Le dispositif s'accompagne d'une Opah (opération programmée d'amélioration de l'habitat) qui, via l'Anah (Agence nationale d'amélioration de l'habitat), permet aux propriétaires bailleurs ou occupants de bénéficier jusqu'à 80 % de subventions publiques pour financer la rénovation de leur logement. Un système qui peut se révéler très intéressant pour les investisseurs, d'autant plus que l'Opah s'applique également au quartier Tiers, non concerné par le PRI

Sophie Bonis

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...