Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 7Paru le mardi 1 mai 2007 à 00h00

Petites surfaces à Saint-Ouen (93)


A un saut de puce de la capitale, le petit village de Saint-Ouen séduit de plus en plus de Parisiens à la recherche de prix abordables dans la petite couronne.

Autrefois, Saint-Ouen était un lieu de passage. Les allées et venues des salariés des usines rythmaient le quotidien. La fermeture des grandes manufactures historiques a très rapidement aiguisé les appétits des Parisiens en mal de surfaces atypiques et autres lofts d'exception, séduits par le cachet de cette petite commune du département de Seine-Saint-Denis. « Saint-Ouen, c'est en quelque sorte la petite soeur de Clichy-la-Garenne. Elle offre quasiment autant de prestations que son aînée et ne souffre pas du déficit de prestige des autres communes du département également limitrophes de la capitale », explique Walid Boussaha, de l'agence La Plaine Immobilier. Les quelques cités de la ville sont disséminées sur tout son territoire. La commune demeure globalement populaire, mais l'arrivée de ces nouveaux accédants a favorisé la mixité sociale. Parallèlement, l'installation de nombreux sièges sociaux de grandes entreprises a ravivé son dynamisme.

3 000 euros le mètre carré en centre-ville

Au-delà de la carte postale des Puces et de ses célèbres allées bordées d'antiquaires, c'est son centre-ville, le long de l'avenue Gabriel-Péri, son marché, ses entrelacs de lignes de bus et de métro, ses méandres de ruelles aux vieilles maisons adossées à des baraques d'inspiration moderne qui font succomber les exclus du marché parisien, attirés par les prix. Malgré sa proximité avec la capitale, le prix moyen au mètre carré reste aux alentours de 3 000 euros ! A ce tarif, la perle rare est à portée de bourse, notamment dans les petites surfaces à rénover. Et la commune regorge de biens de ce type, sur la quasi-totalité de sa superficie. Pour preuve, des kyrielles de grands studios ou de petits deux-pièces sont mis sur le marché quotidiennement et trouvent rapidement acquéreurs.

Des rendements locatifs plus élevés qu'à Paris

C'est le cas de ce deux-pièces de 27 m2 nécessitant quelques travaux de rafraîchissement, à une encablure du stade Bauer, qui a trouvé preneur en quelques jours à 95 000 euros. Ou de ce studio de 24 m2 qui est mis en vente à 80 000 euros, tout près de la porte de Clignancourt. Ces petites surfaces sont des pépites pour les investisseurs, qui peuvent y pratiquer des prix à la location quasiment équivalents à ceux en vigueur dans Paris, ce qui leur garantit un taux de rendement de 7 à 8 %, pratiquement le double de celui de la capitale. « C'est un gage de rendement locatif : où que vous soyez dans Saint-Ouen, vous ne vous trouvez jamais à plus de dix minutes d'une station de métro », acquiesce Walid Boussaha.

Si la ville n'a pas versé dans les extrêmes de la spéculation immobilière, la politique de préemption parfois sauvage de la municipalité y a été pour beaucoup. Si cette habitude tend à baisser, gare toutefois au vendeur trop gourmand qui tente de surévaluer son bien... La mairie risque bien de lui taper sur les doigts !

Nora Hamadi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...