Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 6Paru le dimanche 1 avril 2007 à 00h00

Pied-à-terre à Trouville-sur-Mer (14)


La station normande attire essentiellement les Parisiens. La demande est forte, surtout pour les biens avec vue sur mer.

A deux heures de Paris, Trouville-sur-Mer est l'une des stations les plus courues de la Côte fleurie. Contrairement à certaines de ses voisines, elle offre l'avantage d'être animée tout au long de l'année. « Les Parisiens apprécient de venir le week-end et de trouver tous les commerces ouverts », reconnaît Me Yann Maymaud, notaire. Le fameux marché aux poissons, parti en fumée en septembre dernier, constituait une véritable attraction. Sa reconstruction à l'identique devrait démarrer d'ici à dix-huit mois, estime-t-on à la mairie.

Stabilisation des prix

Les raisons du succès de Trouville ? Son casino, sa plage, son port de pêche... Moins huppée que Deauville, ses adeptes lui préfèrent sa convivialité et son cachet. « La demande est très forte pour tous les types de bien », confirme Anne-Sophie Reix, de l'agence du même nom. A tel point qu'en cinq ans les prix de l'immobilier ont quasiment doublé. Certains y voient un rattrapage par rapport à d'autres régions comme le sud de la Bretagne et le Pays basque, où les tarifs restent toutefois plus élevés. Mais c'est avec soulagement que les professionnels trouvillais constatent une stabilisation depuis cet automne « sans que le volume de transactions faiblisse », note Karim Chaaba, de l'agence Bréville.

La proximité de la plage constitue bien sûr un attrait majeur. Un appartement proche de la rue des Bains se paie environ 3 500 euros le mètre carré, comme ce deux-pièces de 42 m2 vendu 150 000 euros. Dans les rares résidences avec ascenseur situées à quelques pas de la Manche, les appartements s'arrachent, même à plus de 175 000 euros pour une surface similaire, soit un mètre carré à plus de 4 000 euros ! Près des quais, le quartier de l'église Notre-Dame est un peu moins onéreux. Les prix y varient entre 3 000 et 3 500 euros, avec une prime pour ceux qui jouissent d'une vue sur le port.

4 000 euros le mètre carré pour du neuf

Sur les hauteurs, le confort des résidences se paie le prix fort. Elles offrent en effet des prestations de qualité (ascenseur, parking, gardien...). Un appartement de 54 m2 avec terrasse est parti pour 210 000 euros, malgré des travaux nécessaires. « Les acquéreurs y recherchent des espaces résidentiels, aérés, et surtout une belle vue », explique Eric Lehucher, de l'agence Normandy Castel. Pour les budgets plus modestes, on se contentera d'une perspective sur le parc, moyennant 3 200 euros le mètre carré.

Près du pont des Belges, à l'exception de certains immeubles du quai Kennedy, on trouve dans l'ancien des prix abordables, entre 2 500 et 3 000 euros le mètre carré. Côté neuf, les tarifs oscillent entre 3 500 et 4 500 euros. Il faut dire qu'à Trouville les terrains disponibles se font rares. Ainsi, pour s'offrir un deux-pièces parmi les 29 appartements commercialisés depuis le début de l'année par Vinci Immobilier rue du Manoir, il faudra débourser au bas mot 181 000 euros

Muriel Breiman

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...