Placement
LaVieImmo.com
PlacementPlacementlundi 21 novembre 2016 à 10h54

Airbnb, Homeway, holidaylettings : comment rentabiliser au mieux son logement


Mettre son logement en location est un moyen efficace de réduire son budget
Mettre son logement en location est un moyen efficace de réduire son budget
Mettre son logement en location est un moyen efficace de réduire son budget (©Philippe Huguen - AFP)

Mettre son logement en location est un moyen efficace de réduire son budget. Un système d’autant plus intéressant pour les ménages que plusieurs plateformes permettent de faire de substantielles économies.

(LaVieImmo.com) - Gagner des centaines, voire des milliers d’euros par an en louant son logement seulement quelques jours ou quelques semaines ? C’est possible grâce aux différents acteurs de l’économie collaborative, "Aribnb", "Homeway" et "Holidaylettings" en tête, qui permettent aux particuliers de mettre leur logement en location sur internet.

En 2015, les Français ont consacré 14,5 % de leurs revenus pour se loger. C’est le poste de dépenses le plus important des ménages, devant la santé (10 %) et l’éducation (6,2 %) notamment, comme le révèle la dernière note de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). "Le coût du logement est important pour les ménages", explique Daniel Foundoulis, président de ConsoFrance. "Tout n’est pas parfait avec les plateformes, mais le complément de salaire offert est intéressant pour de nombreux particuliers".

Louer son logement sur "Airbnb"

"Airbnb" est l’un des acteurs les plus prisés par les particuliers. En seulement quelques clics, un propriétaire ou un locataire peut mettre son logement, appartement ou maison, à disposition des clients sur internet. Les prix sont librement fixés par l’hôte, à charge pour le client de noter la qualité de l’accueil et l’appartement. "Airbnb" facture à l’hôte une commission de 10 % par réservation sur le montant total de la réservation. Cette simplicité a convaincu des dizaines de milliers de particuliers. Rien qu’à Paris, plus de 40 000 annonces de location sont recensées, ce qui place la capitale devant Londres et New York.

"HomeAway", le principal concurrent d’"Airbnb"

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

La location de sa maison ou de son appartement a le vent en poupe. Grand concurrent de "Airbnb", "HomeAway" (Expedia) propose aux propriétaires de mettre leur logement à disposition des particuliers. Tous les biens immobiliers sont visés, de l’appartement dans les montagnes à la villa sur le bord de mer, en passant par l'appartement en centre-ville. L’avantage pour les particuliers, c’est qu’ils peuvent rentabiliser leur logement quand ils ne l’occupent pas. Seule contrainte pour eux : payer un abonnement annuel de 259 euros pour que leurs annonces soient publiées ou alors accepter un système de commission équivalente à 10 % de la transaction.

Optimiser ses vacances avec "Holidaylettings"

"Holidaylettings" (TripAdvisor) est devenue l’une des références pour les locations vacancières. La plateforme permet aux propriétaires de référencer leurs biens immobiliers. Finies les vacances au cours desquelles la maison reste inoccupée, alors qu'elle pourrait rapporter plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d'euros. "L'année dernière, j'ai loué ma maison dans l'Ardèche pendant une semaine. J'ai gagné plus de 400 euros sur l'opération", explique Pierre, jeune trentenaire.

L’arrivée des plateformes de location a bouleversé les habitudes des particuliers. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’année dernière, la France était l’un des pays où le nombre d’appartements et de maisons en location était le plus important. À tel point que les pouvoirs publics ont souhaité encadrer le système. Les députés ont voté fin octobre en faveur de la taxation des utilisateurs des plateformes comme "Airbnb".

Désormais, tous les particuliers qui gagnent plus de 23 000 euros par an grâce à la location de leur logement, seront considérés comme des professionnels et devront s’affilier au Régime social des indépendants (RSI). Un changement normal, selon Philippe Moati, Professeur d'économie à l'Université Paris-Diderot et co-fondateur de l'Observatoire Société et Consommation. "Les seuils choisis par le gouvernement ne sont pas excessifs. Quand on dépasse ces seuils, on devient professionnels". Avis aux amateurs !

Par R.B.

LaVieImmo.com - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...