Placement
LaVieImmo.com
PlacementPlacementlundi 6 décembre 2010 à 12h47

Collecte du Livret A : La colère des banques


Le Livret A, des fonds importants pour le logement social
Le Livret A, des fonds importants pour le logement social
Le Livret A, des fonds importants pour le logement social (©dr)

Deux décrets fixant les règles de partage de la collecte du Livret A suscitent l’incompréhension des banques. En cause, la rémunération des distributeurs, qui se fera en fonction du niveau de centralisation de chaque établissement, et l’obligation de progression de 2 % des encours centralisés.

(LaVieImmo.com) - La généralisation de la collecte du Livret A aux établissements bancaires est-elle un cadeau empoisonné ? Le premier décret pris jeudi dernier, a ravivé les tensions chez les banques, qui dénoncent leur mode de rémunération, en fonction de la centralisation : « Lier la rémunération des établissements au niveau de centralisation est une vue de l'esprit. Ce n'est pas parce qu'un acteur centralise plus d'argent qu'il en collecte plus. Au contraire », déclare aux Echos le porte-parole d’un grand établissement bancaire. « Par conséquent, les nouveaux distributeurs devraient voir leur commission passer de 0,6 % à 0,33 % à partir du 1 er mai 2011. De leur côté, les réseaux historiques bénéficieront d'une rémunération supérieure, pouvant même atteindre 0,54 %, contre 0,5 % prévu à l'origine », précise le quotidien.

Le logement social prioritaire

Le second décret prévoit de garantir une progression annuelle de 2 % des encours centralisés, afin de garantir le financement du logement social. Et « si le montant de collecte annuelle globale des banques affiche une croissance inférieure à 2 %, ces dernières devront donc compenser le manque à gagner par une plus grande centralisation de leurs dépôts », indique le journal économique. Le gouvernement rappelle ainsi que la construction de logements sociaux est sa « priorité », nécessitant l’objectif d’un taux de centralisation de 70 %. Du côté des distributeurs historiques, ce besoin se justifie : « Les besoins de financement sont considérables, d’où un minimum de 70 % de centralisation pour l’horizon 2016, et de 75 % pour 2020 », selon un observateur averti interrogé par LaVieImmo.com.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...