Placement
LaVieImmo.com
PlacementPlacementvendredi 12 août 2011 à 11h42

Placement : Préserver son argent à l'abri des marchés volatils


L'or, cette valeur refuge...
L'or, cette valeur refuge...
L'or, cette valeur refuge... (©Wikimedia)

A l’heure où les places boursières fluctuent sans logique, les placements sûrs prennent toute leur importance en cas de scénario noir. Livret A, assurance-vie, et surtout l’or qui a enregistré un record historique en début de semaine, à plus de 1 800 dollars l’once, sont des alternatives à ne pas délaisser. Tour d’horizon.

(LaVieImmo.com) - Une simple rumeur venue d’un média britannique a fait chuter le titre de la Société générale de 14,74 %, hier à la clôture. Déjà la veille, l’agence de notation Fitch avait laissé entendre que la France aurait pu perdre son triple « AAA », avant de le maintenir, ce qui avait fait chuter les cours du CAC 40. Face une telle incertitude des marchés, les ménages songent à changer leur manière d’investir.

Et l'or apparaît pour beaucoup comme le plus sûr des placements. Car celui-ci a atteint son apogée avec l’envolée de son cours, dépassant la barre des 1 800 dollars l’once.

L'or, garantie contre la hausse et... la baisse !

Même si un léger repli a été enregistré hier à cause de l’augmentation de 22 % du montant des dépôts obligatoires, « le potentiel de progression de l'or est énorme. Il n'y en a pas pour tous et si tous ceux qui souhaitaient en acheter le faisaient, les cours monteraient encore plus haut », confiait au Figaro XTB France.

Ce que ce placement a de plus frappant, c’est que le cours de l’or reste haussier, et ce peu importe les résultats de la croissance mondiale. Si celle-ci repart, la crainte de l’inflation ferait de l’or une valeur stable et donc d’avenir. A contrario, si la croissance était en berne, le métal précieux ferait figure, une fois de plus, de valeur refuge.

L’immobilier, un investissement de longue haleine

Tout comme la pierre. En effet, même si les notaires de province avancent l’idée d’un « retournement du marché », l’immobilier s’est souvent avéré comme un placement fructifiant sur le long terme. Ajouté à cela, les prix au mètre carré qui s’envolent en région parisienne. Dans la capitale, la barre des 8 000 le mètre carré a été franchie au mois de juillet. Mais attention, le marché immobilier ne reste pas toujours insensible aux ondes de choc des revers de l’activité économique. Certains alertent même contre le risque de krach immobilier en cas de krach boursier. En revanche, sur le long terme, l’immobilier a souvent été perçu comme un bon investissement.

Les placements bancaires : peu rémunérés mais sûrs

Si cette option apparait comme un trop volatile à vos yeux, certains placements bancaires peuvent soulager vos craintes. Par exemple, le livret A a vu son taux de rémunération s’envoler à 2,25 %. Un réajustement qui fait suite à la progression de l’inflation. Cette indexation rassure les épargnants, et c’est l’une des raisons pour laquelle le livret A est le « chouchou » des placements des Français.

L'assurance-vie en perte de vitesse

Ce qui est aussi le cas de l’assurance-vie, rémunérée de l’ordre de 4 %, dont la collecte est en progression en juillet : 62 % des Français en détenaient une en 2010, selon l’Insee. Cependant, les cotisations étaient en recul de 11 % de juin par rapport à mai. Soit la septième baisse mensuelle consécutive, indique la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA). Quant aux recettes perçues par les détenteurs du placement, la hausse de 14 % des prestations versées les rassure. Mais elle influe directement sur la collecte nette, qui plonge de 46 % en juin.

Ces différents moyens de contrer la morosité des marchés peuvent permettre aux Français de partir en vacances, l’esprit tranquille…

Maxime Laurent - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 16/08/2011 à 12:04 par Badaboom

    Le pauvre mec endetté sur 25 ans qui se retrouve au chômage puis au RMI, la banque le dégage sans problème.

  • 0 Reco 15/08/2011 à 13:03 par antoine

    la notion de valeur refuge est stupide: si tout le monde achete la meme chose, cest le krach assure quand tout le monde revend

  • 0 Reco 13/08/2011 à 11:58 par nervien

    Bien sur que si badaboum, c'est ça qui t'empeche d'etre a la rue ! c'est donc bel et bien une valeur "refuge". et probablement la selue

  • 0 Reco 13/08/2011 à 08:00 par pongolo

    @Analyste
    Excellente analyse, rien à redire si ce n'est rajouter l'impact du chomage, des contrats précaires, etc etc ...

  • 0 Reco 12/08/2011 à 17:13 par Analyste

    Les prix de l'immobilier ne tiennent que parce qu'il y a des banques qui offrent des prêts à l'acquisition.
    La durée et le montant moyen des prêts ont plus que doublé (voire triplé sur Paris) en dix ans et il y a eu une grosse bulle de liquidité (cad trop d'argent déversé par les banques).
    Du coup, les prix sont en lévitation.
    Le marché immobilier est, aujourd'hui, entièrement dépendant de la capacité (ou de la volonté) des banques à prêter autant (maintien des prix) ou plus (hausse des prix).
    Or les banques sont coincées, trop de risques sur les prêts et marges trop faibles, plus d'argent pour prêter et risques de faillite.
    Dès lors, si une seule, ne serait-ce qu'une seule petite banque de rien du tout ferme le robinet, c'est tout le marché immobilier qui s'écroule, faute de crédit pour alimenter les prix.
    Au pire (ou au mieux, dépend de quel côté on se place), comme les gens ont un apport moyen de 20%, ca veut dire que les prix peuvent chuter de 80%.

  • 1 Reco 12/08/2011 à 14:45 par Badaboom

    En cas dde crise bancaire, l'immobilier n'est pas une valeur refuge.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...