Magazine immobilier
LaVieImmo.com
Les archives du magazine La Vie Immobilière
La Vie immobilière N° 13Paru le samedi 1 décembre 2007 à 00h00

Polémique sur les subprimes à la française


Avec la remontée des taux courts, sur lesquels sont adossés les crédits à taux variables, plusieurs milliers d'emprunteurs ont vu le coût de leur crédit bondir. Et la polémique fait rage.

L'Association française des usagers des banques (Afub) a recueilli sept cents plaintes de clients ayant vu leurs mensualités et la durée de leur remboursement exploser alors qu'ils pensaient avoir signé un crédit à taux capé, c'est-à-dire dont l'augmentation était plafonnée. « Il y a un défaut de conseil évident de la part des banques. Des commerciaux ont vendu des contrats dits "sécurisés" en omettant de dire que la banque répercuterait les hausses sur la durée de remboursement, voire sur le capital restant dû », tempête Marie-Anne Jacquot, de l'Afub. Et de citer le cas d'un emprunteur ayant souscrit un crédit en 2006 au taux de 3,4 % sur vingt-cinq ans : récemment, son taux d'intérêt est monté à 6,2 % et la durée de son prêt a été allongée de cinq ans. Ses mensualités ont grimpé de 30 euros, soit une augmentation théorique du coût total du crédit de 8 000 euros. Une facture salée, d'autant que ces crédits sont souvent octroyés à des personnes qui n'ont pas accès aux autres types d'emprunt.

Plusieurs établissements sont pointés du doigt : le Crédit foncier, qui représente, selon l'Afub, huit plaintes sur dix, mais aussi le CIC, le Crédit mutuel ou encore UCB, filiale de BNP Paribas. « La configuration actuelle, avec des taux variables plus chers que les taux fixes, est exceptionnelle et temporaire. Nous étudions les dossiers au cas par cas pour un passage à taux fixe, même si ce n'est pas toujours la solution », explique Anne Baslez, directrice de la communication du Crédit foncier, qui réfute l'expression de subprime à la française. Selon le courtier Meilleurtaux, près de 100 000 ménages subiraient une hausse des mensualités de 20 %

Jorge Carasso

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...