Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermardi 5 octobre 2010 à 15h23

Du développement de la pratique de la surenchère sur le mandat


L'immobilier parisien souffre de nombreuses singularités...
L'immobilier parisien souffre de nombreuses singularités...
L'immobilier parisien souffre de nombreuses singularités... (©dr)

Les agents immobiliers parisiens assistent depuis quelques temps à un phénomène de surenchérissement : des acquéreurs qui offrent un prix supérieur à celui du bien immobilier dans le mandat. Et ce, en dépit de prix qui semblent toujours prohibitifs dans la capitale - encore +0,6 % entre août et septembre selon la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim).

(LaVieImmo.com) - La réunion de la Fnaim sur la conjoncture trimestrielle de l’immobilier ancien aura - outre son caractère informatif sur les prix et leur perspective d’évolution – permis de révéler une pratique qui commence à se développer à Paris : lors d’une visite d’appartement, certains acquéreurs n’hésitent pas à surenchérir par rapport au prix de vente indiqué du bien. Selon la Fnaim, « ce seraient environ 5 % des transactions qui concernées par le phénomène ». Ainsi, pour « des biens qui ont une durée de mandat très courte, comprise entre 1 jour et 1 mois à Paris » selon la fédération, un acquéreur peut proposer la somme qu’il veut en plus du prix initial, pour être sûr de remporter la vente au plus vite.

Pas illégal

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Illégal ? Non, affirme la Fnaim qui reste toutefois réservée quant aux vertus de cette pratique. « Le prix du bien est évalué entre le professionnel et le vendeur sur une base d’éléments intrinsèques et extrinsèques », comme la qualité du bien, son éventuelle rénovation ou son emplacement. « Il n’est donc pas impossible de faire un avenant au mandat, afin d’en faire modifier le prix, la limite étant de respecter le caractère sérieux de ce prix », indique la Fnaim. En clair, en tenant compte du poids des mensualités des prêts sur le budget de l’acquéreur.

En tout cas, voilà une pratique non encore appréhendée par le droit qui promet de n'être pas très populaire pour de nombreuses personnes évincées de l'acquisition.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...