Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermardi 3 avril 2012 à 10h38

Immobilier : La France, 2ème pays le plus surévalué d'Europe


Les prix de l'immobilier surévalués de 47 % en France
Les prix de l'immobilier surévalués de 47 % en France
Les prix de l'immobilier surévalués de 47 % en France (©dr)

Une récente étude publiée par The Economist montre que la France est le cinquième pays où les prix sont les plus surévalués au monde, et le deuxième d'Europe. L’immobilier dans l’hexagone est surcoté de 47 %, selon l’étude, mais reste derrière la Belgique où les tarifs sont jugés trop chers de 56 %.

(LaVieImmo.com) - Depuis le boom immobilier du début des années 2000, qui a épargné l’Allemagne, l’immobilier du vieux continent continue d’être largement surévalué. Observant une évolution du marché immobilier fort différente selon les Etats, l’étude de The Economist montre que la France est le deuxième pays d’Europe où les prix sont le plus déconnectés de la réalité, de 47 %.

Un niveau qui reste cependant derrière la Belgique, où la pierre est trop chère de 56 %. Dans ces deux pays, « les tarifs sont bien au-dessus de leur juste valeur* et continuent d’augmenter », souligne l’étude. L’immobilier espagnol, bien qu’arrivant à la dixième place du classement au niveau mondial, reste trop cher de plus d’un quart par rapport au juste niveau de prix.

Les Etats-Unis dévalorisés de 19 %

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Mais on est loin des zones d’Asie réputées pour leur forte spéculation immobilière, qui tiennent le haut du pavé : ainsi, Singapour se hisse en tête du classement, avec une surévaluation de 60 %, suivie de Hong Kong à 58 %. Toutefois, si les prix continuent aujourd’hui leur progression à Singapour, c’est « dans une moindre mesure que durant le troisième trimestre 2011 ». Quant aux Etats-Unis, l’après-crise a laissé place à une sous-évaluation de l’ordre de 19 % : « les conditions économiques s’améliorent, et le niveau de chômage est en léger recul par rapport à l’année précédente », précise The Economist. Le Japon clôt enfin le tableau, avec des prix de 35 % inférieurs à la « normale ».

Enfin, la Grande-Bretagne ne subit qu’une surévaluation de 22 %. Le journal explique ce relativement faible niveau par le fait que, malgré les prix très élevés de sa capitale, cette dernière est devenue un havre pour les capitaux étrangers, qui n’ont aucune difficulté à y investir. En particulier du fait de la dévaluation de la livre sterling, qui a conduit à ce que les prix des logements leur apparaissent « moins chers de 15 % par rapport à ce qu’ils étaient il y a cinq ans ».

Les 10 pays les plus surévalués au monde

  • 1 - Singapour : 60 %
  • 2 - Hong Kong : 58 %
  • 3 - Belgique : 56 %
  • 4 - Canada : 54 %
  • 5 - France : 47 %
  • 6 - Nouvelle Zélande : 44 %
  • 7 - Australie : 38 %
  • 8 - Pays-Bas : 32 %
  • 9 - Suède : 29 %
  • 10 - Espagne : 27 %

*La juste valeur est calculée en fonction du double rapport prix/revenus et prix/loyers par le magazine économique.

Retrouvez les prix immobiliers au m² en France

André Figeard - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 14/04/2012 à 14:23 par Pandy

    La bulle de l'immobilier en France (vidéo) :
    -->
    http://www.youtube.com/wa tch?v=dtbFGWi83J0

  • 0 Reco 07/04/2012 à 12:21 par Pas tout à fait d'accord

    @pertinax
    "Les acquéreurs ne sont pas des spéculateurs mais des acquéreurs utilisateurs"
    1) Il n'y a plus d'acquéreurs (chute de 49% des crédits accordés)
    2) A Paris, votre constat est faux. Plus de la moitié des acquéreurs sont (ou plutôt étaient) des investisseurs qui voulaient faire du locatif (le fameux effet valeur refuge).

  • 0 Reco 06/04/2012 à 17:19 par Manu

    Il y a clairement une bulle immobilière, regardez sa définition et notamment l'écart entre les fondamentaux économiques du pays (revenus, prix des loyers...) et les prix à la vente : on est dans une situation de bulle. Après, les raisons des précédentes bulles, c'est bullshit, on s'en fout. Une bulle peut se former pour des tas d'explications, mais les indicateurs économiques ne mentent jamais sur sa caractérisation.

  • 2 Reco 05/04/2012 à 22:35 par Pertinax

    Comme travaillant ds l'immobilier depuis près de 40 ans:
    - il n'y a pas de bulle immobilière. Les acquéreurs ne sont pas des spéculateurs mais des acquéreurs utilisateurs. La bulle qui a éclaté au début des années 90 était la conséquence d'un marché qui ne se jouait qu'entre professionnels et dans la perspective de plus values à très court terme, d'où bulle et explosion de la bulle. Cela ne signifie pas qu'aucune baisse des prix n'aura lieu mais si c'est le cas, ce sera la conséquence de la dégringolade de l'économie française (élection de Hollande et ses suites) et de la désolvabilisation des acquéreurs.
    - tout à fait OK avec Mister Hadley, The Economist n'est pas sérieux et ses critères paraissent flous
    - la vrai détente du marché immobilier résulterait d'une libéralisation du marché locatif. En voulant surprotéger le locataire, le législateur a privé le propriétaire de la quasi totalité de ses instruments de gestions - notamment la maîtrise du congé et du loyer - et l'a conduit a s'entourer d'innombrable garanties de paiement. Si le locataire mauvais payeurs n'était pas en mesure de rester ds lieux jusqu'à 3 ans après sa défaillance, le propriétaire ne demanderait pas des revenus représentant plus de 3 mois de loyer, des cautions sans défauts etc. Et quant aux fous qui veulent fixer les loyers par la loi, ils achèveront de tuer le marché locatif, d'où baisse des ventes, des travaux, de la construction, augmentation du chômage etc.
    C'est la liberté économique qui est la clé de la prospérité.

  • 3 Reco 04/04/2012 à 08:07 par zanzibar

    la pénurie de logement à Paris ? Où ça ? Les immeubles sont vides.....Faites une petite balade dans les rues de la capitale le soir et levez les yeux. Merci les banques, les assureurs, etc, qui spéculent et après nous revendent des crédits sur 25 ans...

  • 1 Reco 03/04/2012 à 20:34 par Friand

    Pour une fois, j'approuve complètement le dernier post de MisterHadley.
    J'ai d'ailleurs failli poster ce genre de commentaire sur un autre sujet immobilier il y a quelques mois.
    Mais j'avais préféré garder cette triste vérité pour moi.

  • 0 Reco 03/04/2012 à 17:42 par jacques51

    the economist nous avait habitué à plus de sérieux. Tout le monde sait que la hausse des prix est dûe à la pénurie de logements, à Paris notamment, la demande ne peut être satisfaite, la France manque de logements.

  • 0 Reco 03/04/2012 à 14:15 par MisterHadley

    Sans compter que c'est les acquéreurs qui entretiennent eux-même le "problème" dont ils se plaignent depuis de loooooongues années...

    Autant miser sur le changement radicale de "l'homme" du jour au lendemain, ce qui, biensur, n'est pas demain la veille...

    Nous sommes dans une société de plus en plus égocentrique, où une écrasante majorité ne pense qu'à sa toute petite personne, peu importe si son prochain crève devant lui, l'égocentrique forcené ne se souciera que de savoir si le malheureux ne lui aura pas salopé ses godasses en crevant...

    Et tant qu'il en sera ainsi, il y aura toujours de la "spéculation", et pas que dans l'immobiler, mais sur absolument tout.

    Et que l'on ne se leurre pas : la génération actuelle est encore bien pire que celle, précédente, dont ils se plaignent eux-mêmes...

    ;)

    Sur ces bonnes paroles...

    Message édité 03/04/2012 à 14:17

  • 0 Reco 03/04/2012 à 14:01 par hé-hé

    le deuxième pays de fainéants d'Europe. Pour être tranquille jusqu'à la fin de ses jours il suffit d'avoir un appartement, le reste l'état va payer... c'est ça ! A quoi ça sert de travailler ? Aucune activité économique fiable dans le futur proche... aucune certitude de revenu stable... etc. etc.

    D'où la bataille pour acheter un appart

  • 2 Reco 03/04/2012 à 13:58 par UFFA92

    Et si l'immobilier redevenait ce à quoi il devrait être destiné, simplement à se loger et non à spéculer ? En france il y a certainement un manque de logements dans les zones les plus peuplées mais il y a eu aussi une fiscalité avantageuse et des aides à l'achat de toutes sortes (PTZ, Sceliier, etc.) qui ont contribué à l'augmentation des prix. Il faudra construire plus bien sur mais aussi veiller à ne plus "perfuser" le marché avec des dispositifs destinés à "solvabiliser" les acheteurs. Effet d'aubaine pour les vendeurs qui sont finalement les seuls gagnants...

  • 0 Reco 03/04/2012 à 13:31 par bubulle

    Une bulle immobilière en France?
    Eh bien il est temps. Vivement que ces infos soient répercutés dans les grands médias et que cette fichue bulle explose.

  • 1 Reco 03/04/2012 à 13:17 par un espoir

    Ratio prix/revenus et prix/loyers surévalués de 47% en France. Top 5 mondial... pour une fois qu'on est dans les meilleurs ce n'est pas pour la bonne raison... quand on aura finit de privilégier la rente en France on pourra peut être, enfin, avancer....

  • 0 Reco 03/04/2012 à 12:10 par chips

    mais non ...

  • 0 Reco 03/04/2012 à 12:08 par Zeusinoute

    Toujours pas de bulle en France ?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...