Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierjeudi 18 octobre 2012 à 10h40

Immobilier : Les prix résistent à la chute des ventes


Un ajustement oui, mais graduelUn ajustement oui, mais graduel (©Pixel Embargo - Fotolia.com)

Le Crédit agricole a mis à jour ses prévisions immobilières. Les ventes de logements devraient baisser plus fortement que prévu cette année. Les prix, eux, devraient connaître une baisse modérée.

(LaVieImmo.com) - La correction se met en place mais l’ajustement sera « graduel, et probablement assez long ». Un jour après la Fnaim, l’économiste Olivier Eluère, en charge des questions immobilières au Crédit agricole, confirme le retournement du marché, tout en continuant d’écarter l’hypothèse d’une « spirale baissière inquiétante ».

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Outre la dégradation du contexte économique, le marché immobilier résidentiel subit « depuis plusieurs mois » le contrecoup des diverses mesures de resserrement fiscal décidées par le précédent gouvernement - du rabotage du dispositif Scellier au recentrage du prêt à taux zéro (PTZ+) sur le neuf, en passant par la réduction de l’abattement sur les plus-values hors résidences principales. Attentisme post-électoral oblige, il pâtit également de l’incertitude qui entoure l’issue du vote du plan de loi de finances pour 2013, en cours d’examen au Parlement. Sans oublier que certaines mesures dudit PLF promettent, si elles sont effectivement mises en place, de peser un peu plus sur l’activité. C’est le cas notamment du plafonnement à 10 000 euros des niches fiscales (contre 18 000 euros actuellement) et de l’alourdissement de l’ISF, ainsi que, dans une certaine mesure, du projet de nouvelle réforme de la fiscalité sur les plus-values.

Le Duflot soutiendra les ventes dans le neuf

Dans ce contexte, Olivier Eluère a revu à la baisse ses prévisions de volumes de ventes de logements : 685 000 transactions devraient s’être nouée cette année dans l’ancien et 84 000 dans le neuf. Soit respectivement 15 et 20 % de moins qu’en 2011, et non -10 % et -15 % comme l’économiste l’anticipait l’été dernier. Pas de réelle amélioration en vue pour 2013, si ce n’est un arrêt de l’hémorragie, avec une « baisse modérée » des ventes dans l’ancien et une stabilisation des volumes dans le neuf, à la faveur de la mise en place du dispositif Duflot. Appelé à remplacé le Scellier au mois de janvier prochain, le futur régime d’aide à l’investissement locatif s’annonce en effet « relativement plus attractif fiscalement » que son successeur, en dépit des contraintes sociales plus importantes dont il devrait être assorti. « Il est encore un peu trop tôt pour présager des effets réels du Duflot sur l’investissement locatif, mais on peut raisonnablement estimer qu’il participera à une stabilisation des ventes dans le neuf », estime l’économiste.

Malgré cette forte baisse des volumes, les prix devraient faire preuve de résistance, soutenus par ce qu’Olivier Eluère appelle « des fondamentaux structurellement favorables ». A savoir l’absence de bulle du crédit, le bas niveau des créances douteuses et une offre de logements d’autant plus faible qu’« une partie des vendeurs potentiels hésiteront à vendre », freinés dans leur projet par « la fiscalité sur les plus-values et la volonté de conserver un actif jugé sûr et rentable ».

En 2012, les prix devraient donc reculer de 4 % en glissement annuel (de décembre 2011 à décembre 2012) dans l’ancien, et se stabiliser dans le neuf. Pour 2013, l’économiste table sur une baisse de 5 % supplémentaire dans l’ancien, soit tout de même « un repli cumulé d’environ 10 % entre fin 2011 et fin 2013 ». A ce stade, l’économiste ne fait pas de prévisions au-delà de 2013.

Emmanuel Salbayre - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 1 Reco 19/10/2012 à 09:54 par harmakhis

    les vendeurs sont coachés par des agents qui ne veulent surtout pas les froisser et perdre les mandats, c'est pas pour tout de suite qu'ils iront à l'affrontement

  • 0 Reco 18/10/2012 à 15:54 par lsga

    Le Crédit Agricole : Il possède un parc immobilier absolument gigantesque, et il utilise ce parc non pas pour faire de l'immobilier mais pour utiliser des mécanismes financiers abstraits d'assurance et de spéculation.... Votre métier est de vendre de l'immobilier ? Le métier du Crédit Agricole est de rechercher des effets de Levier. Nous sommes sur le même marché, mais nous ne faisons pas la même chose, et nos intérêts sont contradictoires.

    Ce sont à cause de ces grands groupes que les prix sont maintenus artificiellement très haut. C'est leur intérêt, mais pas du tout l'intérêt des petites agences, des commerciaux, ni des particuliers. Les Grands Groupes ont besoin d'un patrimoine élevé, les petites agences ont besoin d'un grand nombre de transactions.

    Le gouvernement précédent légiférait pour préserver le marché haussier et éviter l'éclatement de la bulle :
    http://goo.gl/VMtFM

    Or, pour que les agences survivent, il faut absolument relancer les transactions, il faut absolument baisser les prix : tant pis pour les grandes institutions financières et les rentiers, ils n'avaient été que trop protégé par Sarkozy et sa clique.

    Les actions du gouvernement Hollande commencent à peine à faire leurs effets, et on voit bien que leur objectif est de faire chuter les prix. Espérons qu'ils agissent vite. Les particuliers peuvent attendre, les grands groupes peuvent attendre, mais les petites agences elles crèvent la gueule ouverte à cause du poids trop lourd de la finance sur leur marché.

  • 1 Reco 18/10/2012 à 11:51 par crogiez

    le PTZ+ n'est pas supprimé dans l'ancien. il est toujours possible pour gros travaux

  • 3 Reco 18/10/2012 à 11:22 par antoine

    Le rythme de baisse est a peu pres le meme que celui des années 90! entre 91 et 99 (8 ans de baisse), on a vu une chute de 30%!

    dnc chers vendeurs ou vous attendez come des anes 8 ans que ca chute de 30%, ou vous vendez tres vite.... Libre à vous!