Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermardi 3 janvier 2012 à 13h09

Immobilier : Les professionnels envoient des signaux divergents


Malgré des prévisions différentes, les deux acteurs excluent un effondrement
Malgré des prévisions différentes, les deux acteurs excluent un effondrement
Malgré des prévisions différentes, les deux acteurs excluent un effondrement (©dr)

Les prix de l’immobilier vont-ils baisser ou continuer de progresser en 2012 ? A partir des mêmes éléments, la Fnaim et Century 21, donnent des réponses très différentes à cette question…

(LaVieImmo.com) - La Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) a présenté mardi matin sa dernière note de conjoncture immobilière. Hasard du calendrier, elle l’a fait quelques heures à peine après le réseau Century 21 France, qui a dévoilé en tout début de matinée les chiffres d’activité annuelle de ses agences. Une fois n’est pas coutume, les deux acteurs dressent un constat similaire : la hausse des prix de l’immobilier a été plus forte sur l’ensemble de l’année 2011 qu’en 2010. Mieux, les variations observées par l’un et l’autre sont, à l’épaisseur du trait près, comparables. Ainsi, la Fnaim constate, en moyenne nationale, une hausse de 7,3 % sur l’ensemble de l’année, quand Century fait état d’une croissance de 6 %. A ceux qui jugeraient l’écart trop important, on rappellera qu’il y a un an, la Fnaim annonçait une hausse de 1,5 % des prix en 2010 (révisée à +2 % en deuxième lecture), six fois moins importante que celle constatée quelques jours plus tôt par Century…

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

2012 : Une hausse de 2 à 3 % selon Century

S’ils s’accordent également sur le fait que « des tensions » ont pesé sur le marché en fin d’année, période marquée par un retournement des prix, les deux acteurs retiennent des scénarios divergents pour 2012. Chez Century, on attend une hausse « de 2 à 3 % » sur douze mois, la détérioration économique, les mesures prises dans le cadre du plan de rigueur (suppression du PTZ+ dans l’ancien, durcissement de la taxation des plus-values immobilières) et l’attentisme avant l’élection présidentielle du mois de mai, entretenant la pénurie d’offre de logements en incitant les ménages à retarder la mise en vente de leur bien. Dans un entretien à LaVieImmo.com, Laurent Vimont, président du réseau, précisait ce matin que cette hausse de prix ne serait « bien évidemment pas homogène » et, qu’il y aurait « un certain nombre de marchés en baisse – ceux qui commencent à peine à connaître une contraction en termes de volumes ».

Contre une baisse de 5 % pour la Fnaim

Le ton est sensiblement différent chez la Fnaim, qui exclut toute nouvelle progression en moyenne nationale, et anticipe « une baisse de l’ordre de 5 % » sur l’ensemble de l’année. Le président de la fédération, René Pallincourt, fait valoir que plus du tiers* des logements anciens vendus l’année dernière ont été acquis par des primo-accédants bénéficiant d’un prêt à taux zéro, dispositif désormais réservé aux seules opérations dans le neuf. Un autre tiers correspond à des biens locatifs ou des résidences secondaires, qui tomberaient sous le coup du durcissement de la fiscalité appliquée aux plus-values s’ils étaient vendus cette année. « Cela ne veut pas dire que le nombre de transactions chutera d’autant cette année, mais on peut raisonnablement penser que les ventes chuteront très fortement », explique le dirigeant. Et si M. Pallincourt retient lui aussi l’argument de la pénurie de l’offre et de son effet sur le niveau des prix, c’est pour expliquer que « la baisse ne devrait pas excéder 5 % ».

*plus de 300 000 » sur un total d’environ 800 000.

François Alexandre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 12/01/2012 à 08:57 par greg

    Les professionnels n'ont aucune visibilité mais donnent les signaux qui les arrangent.
    Selon notre baromètre bientotproprio.com, le marché de l'immobilier en 2012 va se gripper. Ce sont les délais de commercialisation qui vont augmenter mais une baisse de sprix n'est pas à prévoir immédiatement. Il faudra attendre le 2ème semestre et les éventuelles aides de l'état pour relancer le marcher afin de faire des pronostics de baisse.
    www.bientotproprio.com

  • 0 Reco 07/01/2012 à 00:09 par Gino ancien agent immobilier

    Chers acheteurs,

    Je vous conseille, si vous nêtes pas pressés, d'attendre le résultat de ces fameuses élections présidentielles. Il est clair que de grandes décisions seront prises par le nouveau gouvernement en terme de logement, de taxes, de librations de terrain à batir.

    Je pense que la situation va se déploquer à ce moment là (vers Juin 2012). je pense qu'il vaut mieux attendre car il est dommage de se précipiter sur un bien qui vous plaise moyennement, alors que les opportunités vont se multiplier, notamment à la rentrée de septembre 2012, notamment en terme de terrains à batir et de constructions neuves plus généralement.

    Enfin, l'ancien va probablement baisser et les vendeurs excédés devront lacher prise tot ou tard. il est souvent préférable d'acheter dans l'ancien car les surprises sont moindres ainsi que le stress, tandis que le choix est souvent bien plus large. Mais pour cela il faut se montrer patient, et négocier car les prix sont bien trop élevés par rapport au pouvoir d'achat actuel des Français. Je ne pense pas que les taux exploseront. Ils monteront peut-etre mais pas au delà de 5.5%.

    Il est donc urgent d'attendre: d'an l'ancien car les prix sont trop élevés, et dans le neuf en ce moment il ya peu d'offres mais cela devrait se décanter quand les gens n'auront plus peur de la faillite des banques ainsi que grace aux nouvelles lois de 2012 et taxes qui inciteront à la vente.

  • 0 Reco 06/01/2012 à 23:52 par Tweakee

    Quoi qu'en dise certains la pierre est une valeur sûre. Même si les prix baissaient un peu les gens pourraient attendre pour revendre en proposant le bien en location...Et pendant ce temps l'offre diminuerait sur le marché. Ensuite n'oublions pas qu'en France la démographie est dynamique d'où une demande sans cesse croissante.

  • 0 Reco 06/01/2012 à 17:38 par cube

    On a depuis 1 trimestre beaucoup d'articles incitant les vendeurs particuliers à envisager une baisse plus ou moins sévère du prix de vente de leurs bien... On s’interroge souvent sur l'origine de ces commentaires baissiers, y compris des pros du secteur, dans leur majorité.

    La raison qui semble la plus probable : les grands investisseurs privés ont maintenant écoulé leur stock de biens, vendus au prix fort, et cherchent à se repositionner, en voulant racheter évidemment moins cher que ce qu'ils ont vendu...
    Il faut se dire qu'en règle générale, les médias généralistes ont leurs informations (distillées par les services de communication des pro) plusieurs semaines à l'avance, ce qui signifie que les baisses prévues pour 2012 sont en réalité déjà préparées depuis mi-2011, si ce n'est encore avant.

    Bref, ce sont maintenant les biens de vendeurs particuliers, ne cherchant pas nécessairement à "se faire de l'argent" sur le dos de l'acheteur, mais plutôt à pouvoir rembourser sans tarder leur prêt relais etc..., qui restent en vente.

    Ces vendeurs ont évidemment l'inconvénient d'être moins proche des bonnes sources d'informations et d'aide à la décision que les investisseurs professionnels (les vrais, pas ceux qui n'ont qu'un demi-million dans la poche...), et doivent se rabattre sur les AI spécialisés dans le conseil aux achats-ventes entres particuliers, qui ont intérêt à ce que la hausse continue (car elle favorise leur propre augmentation de salaire).
    Etant moins bien conseillé, ils tentent encore de vendre leur bien au prix de ceux qui ont été vendu 6 mois avant par les professionnels du secteurs, et s'étonnent de voir les nouveaux accédants réchigner à jouer un jeu qui a déjà plusieurs mois de retard (car entre temps, les médias font leur travail de sape, "complices" involontaires des gros investisseurs, et les acheteurs suivent cette nouvelle donne).

    Finalement, la conclusion est que le marché immobilier est en tout point équivalent à tout marché spéculatif...

  • 0 Reco 05/01/2012 à 15:37 par Tony de kohlanta 2

    et pour ceux qui n'ont pas les bonnes informations, voici quelques documents officiels :

    http://www.cgedd.developp ement-durable.gouv.fr/IMG /pdf/prix-immobilier-mai- 2011_cle551bd9.pdf

    et ensuite un extrait d'un document du Centre d'Analyse Stratégique de 2011 qui écrit noir sur blanc :

    "Si la première phase de hausse pouvait paraître cohérente avec la baisse des taux d’intérêt, il semble aujourd’hui probable que celle-ci ait biaisé les anticipations à la hausse, créant une bulle sur le marché immobilier français. Il n’est pas impossible que cette surévaluation soit confortée par les ménages déjà propriétaires qui sont en quelque sorte « immunisés » contre l’augmentation, tandis que les nouveaux entrants connaissent plus de difficulté. "

    http://www.strategie.gouv .fr/content/note-d%E2%80% 99analyse-221-l%E2%80%99e volution-des-prix-du-loge ment-en-france-sur-25-ans -1

  • 0 Reco 05/01/2012 à 15:30 par Tony de kohlanta 2

    évidemment que cela est bullesque au possible!
    regardez cette courbe
    http://fr.wikipedia.org/w iki/Fichier:Bulle_specula tive_phases.svg

    et comparez avec la courbe actuelle des prix à paris depuis 1980...
    http://www.meilleursagent s.com/prix-immobilier/par is-75/

    tiens c'est étrange... mais bon vous savez les prix qui grimpent jusqu'au ciel ça arrange bien les agents immo. pour leurs commissions au %...

  • 0 Reco 05/01/2012 à 09:38 par tomitoma

    Les ventes de prestige ne sont pas prisent en compte dans les calculs des notaires...
    Trop de profane qui diffusent leurs sciences ici...

  • 1 Reco 05/01/2012 à 09:22 par tristangwb

    Mais à quoi ça sert de nous sortir des généralités pareiles? On s'en fiche de la bagarre pour trouver la juste moyenne, ce qui compte c'est de savoir ce qui monte et ce qui déscends et pourquoi.
    Si la moyenne des transactionj a augmenté 2011 ce n'est probablement pas pour cause de l'immobilier qui devient plus cher (Paris et quelques coins excepté) mais plutôt le type d'objet mis en vente qui fait augmenter la moyenne. Il suffit de regarder la saturation du marché de résidences secondaires de prestige dans par ex. les Alpilles, le Lubéron, la Camargue et d'autres pour comprendre pourquoi la valeur des transactions augmente, même si les prix baissent (il n'y a presque plus de demande et après l'exode des anglais ces dernières années, d'autres vont suivre). D'ailleurs il suffit de regarder les statistiques sur la carte "Prix immobilier ville par ville" de la France pour le constater, prennez par ex le prix d'appartement en Vaucluse, les transaction sont passés de 550€/m2 en 2010 à 950€/m2 en 2011, non ce n'est pas le prix qui a augmenté de 80% en une année, c'est le type de bien en vente qui a changé.

  • 0 Reco 04/01/2012 à 16:44 par CaBaisse

    Tiens le Pro des pros, je te remets un lien pour info (évolution des prix de l'immo sur 159 ans mais en tenant compte de l'inflation (doohh).

    http://imageshack.us/phot o/my-images/341/articleim mo.jpg/

    Autre question? Je peux...?

  • 0 Reco 04/01/2012 à 16:42 par CaBaisse

    Le "pro" de l'imo : 561%.... On t'a pas appris à l'école de pros qu'il fallait raisonner avec des chiffre défalqués de l'inflation....? Ca devient grave là. Et expliquer la teneur de certains de tes posts.

  • 0 Reco 04/01/2012 à 16:42 par Antoine

    cher pro, les salaires ont-il suivi????
    et que fut l'inflation??

    Il ya une bulle point barre!

  • 0 Reco 04/01/2012 à 16:32 par pro de l'immo

    à l'attention de ça baisse:
    561% d'augmentation entre 1978 et 2008 ( malgré les crises)
    140 % d'augmentation entre 1998 et 2008
    (source Perval des notaires de france)
    il vaut mieux tenir que courir la pierre on la maitrise, la bourse non.

  • 0 Reco 04/01/2012 à 14:21 par CaBaisse

    oui et non ConseillerDOsam. En immobilier (surtout à ces prix...) les gens ne sont pas obligés d'acheter. En revanche, parmi les vendeurs, certains sont obligés de vendre (successions, par ailleurs de + en + nombreuses, divorces, changement d'emplacement prof,....). La baisse devrait bientôt passer à la vitesse supérieure (note déjà une baisse de 6% (oui, six) sur le dernier semestre à Paris).

    De toutes façons, certains vont apprendre à leurs dépend qu'en 2012, il n'y a pas de marché "sur". L'immo est en réalité l'un des moins sur qui existe : jusqu'à présent, les pouvoirs publics ont massivement aidé la pierre, faisant monter les prix de façon grotesque. Aujourd'hui les caisses sont vides de chez vide, et hop, la loi change du jour au lendemain et apparition de taxe sur la plus valu des res secondaires. Et ce n'est qu'un début. sauf qu'en cas de changement comme ça, votre investissement est figé, au sens littéral du terme!! Pas moyen de le lâcher comme ça, contrairement aux actions !! Les investisseurs le savent parfaitement, et c'est la raison pour laquelle sur le long terme la bourse augmente TOUJOURS plus vie que la pierre (les années 2000-2011 ne sont que des exceptions qui seront largement corrigées).

  • 0 Reco 04/01/2012 à 12:49 par ConseillerDOsam

    Il y a un facteur à prendre en compte, c'est que les acheteurs sont, souvent, des vendeurs, et vice versa. Ainsi, le marasme économique incite les propriétaire qui n'ont pas d'impératif de relocalisation à différer leur projet, ce qui veut dire moins de biens en vente, donc : rarefication de l'offre (accentuée par la remise en locations de biens sur lesquels les propriétaires ne veulent pas payer la nouvelle taxe sur la plue value..). il faut aussi prendre en compte les déceptions du marché boursier duquel beaucoups d'investisseurs se désengagent pour acheter de la pierre. A coté de cela des taux bancaires qui augmentent, un ptz qui disparait, un pouvoir d'achat qui stagne face à des prix toujours soutenus. Il y a donc autant de raisons de voir le marché en hausse qu'en baisse ! D'où la difficulté à se faire une idée précise. Comme ma boule de cristal est en panne, je mise sur un marché un peu mou comme on a eu en 2011. Le nombre de transactions pourraient baisser légèrement, mais les prix devraient rester stables.

  • 0 Reco 04/01/2012 à 09:22 par tonton

    ils arrivent même pas a se mettre d'accord entre AI ?

  • 0 Reco 03/01/2012 à 22:42 par Mika

    C'est beau les agences qui gesticulent en priant que leur pipo fera repartir les ventes.
    Genre n'attendez plus pour achetez, toute façon ça ne baissera pas, ou très peu... sauf que partout le volume de vente se casse la gueule du à des prix trop élevé.

  • 0 Reco 03/01/2012 à 20:39 par Friand

    Pour être honnête, et au vu de la conjoncture, c'est une baisse de plus de 5% qui nous attend.
    Désolé pour les propriétaires qui pensaient attendre tranquillement que ça augmente encore...
    Que voulez-vous... ils pouvaient déjà faire une méga plus-value, mais l'envie de gratter toujours...

  • 0 Reco 03/01/2012 à 14:47 par lolilesque

    Les signaux sont divergents car le marché est en pleine dissonance cognitive, après cette phase, la baisse pourra commencer

  • 0 Reco 03/01/2012 à 14:47 par Jérome

    bien vu chère et douce Juju!

  • 0 Reco 03/01/2012 à 14:23 par Jérome

    cest moins 25 %! On en reparlera dans un an tout rond si on est pas mort d'ici là!

  • 0 Reco 03/01/2012 à 13:29 par Juju

    Les signaux sont peut être divergents parce que les "professionnels" n'en sont pas ?

  • 1 Reco 03/01/2012 à 13:25 par lolilesque

    Pour ceux qui veulent réfléchir à partir de faits INCONTESTABLES
    La vérité se trouve sur le site gouvernemental suivant:

    http://www.cgedd.developp ement-durable.gouv.fr/pri x-immobilier-1200-2011-r1 38.html


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...