Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermercredi 3 octobre 2012 à 15h34

Immobilier : Paris n'a pas encore atteint ses plus hauts


Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

(LaVieImmo.com) - 8 410 euros. C’est, selon le dernier pointage de la chambre des notaires de Paris, le prix moyen du mètre carré dans la capitale sur la période mai – juillet 2012, en hausse de 0,2 % sur trois mois et de 2,1 % en comparaison annuelle.

Soit un nouveau record absolu, qui pourrait cependant tomber très prochainement, les notaires confirmant, sur la base des derniers avant-contrats de vente, leur prévision d’une « légère hausse dans les deux prochains mois ». Relevant au passage l’estimation dégagée le mois dernier, la chambre pronostique que le prix au mètre carré devrait culminer à 8 580 euros pour la période juillet – septembre, avant de repartir « en très léger recul », à 8 550 euros à fin octobre.

« Au-delà de ces variations, modestes au demeurant, c’est bien la stabilisation des prix qui domine », commentent les notaires, qui se refusent toujours, en dépit de la chute prononcée des volumes de vente (-20 % sur un an), à prédire une baisse du marché.

F. A. - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 05/10/2012 à 23:45 par MisterHadley

    http://www.bfmtv.com/econ omie/consequences-nefaste s-prix-forts-limmobilier- entreprises-350326.html

    Les fortes hausses des prix des logements des ménages auraient des conséquences directes pour les entreprises. C’est, en tout cas, le constat établi dans le rapport économique, social et financier préalable au projet de loi de finances 2013.
    ...
    L'épargne davantage orientée vers les crédits immobiliers

    Cette inflation immobilière a pour conséquence directe de pénaliser les ménages. Entre 1990 et 2011, la part des dépenses courantes de logement dans le revenu disponible brut des ménages est passée de 17,6 % à 21,2 %, soit une augmentation de 3,6 points. Mais cette hausse pèse aussi sur les entreprises. Selon une étude du Credoc, les problèmes de logement des salariés compliqueraient le recrutement, freineraient la mobilité interne des salariés et diminueraient leur productivité.

    De plus, la hausse des prix des logements anciens peut également avoir eu un impact sur l’activité économique en orientant davantage l’épargne vers les crédits immobiliers plutôt que vers le financement des entreprises. Ainsi on observe entre 1993 et 2012 que la part des crédits aux entreprises dans les crédits au secteur privé (entreprises et ménages) a diminué de 13 points au profit des crédits à l’habitat.

    Et cette hausse des crédits immobiliers a pour conséquence un accroissement du risque pesant sur le secteur bancaire (notamment en cas de baisse importante des prix).

  • 0 Reco 05/10/2012 à 23:11 par MisterHadley

    http://www.bfmtv.com/econ omie/consequences-nefaste s-prix-forts-limmobilier- entreprises-350326.html

    Les conséquences néfastes des prix forts de l'immobilier sur les entreprises

    La hausse des prix immobiliers pour les particuliers pénalise certes les primo-accédants et les locataires, mais également - de manière indirecte- la compétitivité des entreprises.

  • 0 Reco 04/10/2012 à 23:57 par fidalgo

    delanoe cette tapette a bien enkulé les classes moyennes de paris !

    maintenant les gens vont voter à droite...et ils seront pas decus du voyage non plus !

    10 ans de gangbang gay....je me marre !

  • 0 Reco 04/10/2012 à 23:54 par fidalgo

    et comment ça baisserai ? l'etat va encore apporter 80 milliiars d euro au soutien de la bulle l'an prochain !

    politicards de mairde...vivement une bonne canicule !

  • 0 Reco 04/10/2012 à 23:21 par MisterHadley

    Utilises ton pseudo au lieu du miens pour sortir tes bétises, multipseudo, tu seras bien urbain.

  • 0 Reco 04/10/2012 à 22:48 par MisterHadley

    Ca va se casser la gueule, reste à savoir quand et de combien.

    :D

  • 0 Reco 03/10/2012 à 23:06 par Pigeons

    16/05/1990 : Une étude de la Chambre des notaires : la hausse du prix moyen des logements à Paris se poursuit inexorablement
    « On pouvait raisonnablement espérer que le prix moyen des logements anciens, à Paris, allait s’arrêter de grimper follement, pour atteindre un palier inévitable après plusieurs années de forte hausse. Il n’en est rien. L’espoir de pouvoir se loger dans Paris s’évanouit, même pour des cadres au salaire confortable, d’autant plus que la flambée des prix de vente se traduit inévitablement par une flambée du montant des loyers. »

  • 0 Reco 03/10/2012 à 23:02 par Immondice Immo

    Vous vous souvenez du discours des notaires en 91 ? Non, forcément vous avez la mémoire courte...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...