Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierjeudi 27 janvier 2011 à 13h27

Immobilier : Taxer les plus-values et faire chuter les prix ?


Les prix pourraient chuter de plus de 20 % en deux ans, selon les choix post-électoraux
Les prix pourraient chuter de plus de 20 % en deux ans, selon les choix post-électoraux
Les prix pourraient chuter de plus de 20 % en deux ans, selon les choix post-électoraux (©dr)

Christine Lagarde sera-t-elle responsable de la chute du marché immobilier ? Selon Marc Touati, économiste chez Assya Compagnie Financière, l’idée d’une taxation des plus-values sur les résidences principales, avancée par la ministre de l’Economie, pourrait accélérer le retournement du marché.

(LaVieImmo.com) - Le débat qui fait rage, jusqu’au sein du gouvernement, autour de la réforme de la taxation des plus-values immobilières pourrait prendre une autre tournure. Marc Touati, chargé de la recherche économique, financière et stratégique d’Assya Compagnie Financiere, estime que l’idée, avancée par Christine Lagarde, de soumettre à l’impôt la plus-values réalisée au moment de la vente d’une résidence principale a les moyens de « stopper, voire de réduire » le « décalage historique » entre les prix des logements et les revenus des ménages.

Ardeurs

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

« Certes, il ne s’agit que d’une piste de réflexion », et cette nouvelle taxe ne porterait que sur les biens supérieurs à 1,2 millions d’euros », reconnaît l’économiste. « Il n’empêche : le simple fait d’évoquer la mise en place de cette taxation devrait concourir à calmer certaines ardeurs ». Et ce d’autant plus que la rumeur, non confirmée par le gouvernement, d’une éventuelle levée de l’exonération sur les plus-values sur les résidences secondaires détenues depuis plus de quinze ans, court également depuis quelques semaines. Une perspective jugée « finalement très logique » par l’économiste : « à un peu plus d’un an des élections présidentielles, les dirigeants du pays cherchent à sortir du piège du bouclier fiscal et du bourbier de l’ISF, sans pour autant baisser les dépenses publiques. Dès lors, il faut bien trouver des sources de revenus quelque part, explique-t-il. La flambée des prix des logements et les plus-values mirobolantes ainsi réalisées tombent à pic pour apaiser la soif de recettes de l’Administration publique ».

-5 à 10 % d’ici les élections

Marc Touati, qui est certainement l’un des observateurs les plus « baissiers » du moment, tablait déjà sur un retournement du marché avant qu’une possible réforme de la taxation des plus-values soit évoquée par le gouvernement. Dans un entretien à LaVieImmo.com, il estimait au mois de novembre qu’on était « en train d’assister au dernier baroud d’honneur de l’immobilier français » - un marché surévalué selon lui « d’environ 20 % ». Il affine aujourd’hui son pronostic. Sous l’effet conjugué de la hausse des taux d’intérêt, de la poursuite d’une embellie boursière qui remet en question la « stratégie de refuge vers la pierre », et d’une « augmentation, même modeste, de la fiscalité immobilière dès l’été prochain », les prix de l’immobilier en France devraient connaître une baisse de l’ordre de 5 à 10 % d’ici le printemps 2012. Soit une correction limitée, qui pourrait cependant prendre de l’ampleur après le scrutin présidentiel. « Si les élections débouchent de nouveau sur une stratégie d’augmentation des dépenses publiques et de la pression fiscale, la baisse pourrait s’accélérer et dépasser les 20 % à l’horizon 2013 », prédit l’économiste.

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 13/02/2011 à 07:00 par volapuk

    Baisse des prix dans certaines villes

    On parle beaucoup de reprise du marché de l’immobilier, mais celle-ci ne profite pas à tout le monde. Dans certaines villes de France, les prix auraient plutôt tendance à s’afficher à la baisse : jusqu’à 8% sur un an dans près d’une quinzaine de villes moyennes.

    Le cabinet Immogroup Consulting a réalisé une étude parue en décembre 2010, qui dresse un état des lieux des variations des prix de l’immobilier sur l’année écoulée et met en lumière les villes où la reprise tarde à se faire sentir. Il apparaît que les replis frappent avant tout les communes où la reprise économique est la plus difficile : comme en témoignent les chiffres relevés à Besançon (-7,2%), Vichy (-8,5%) ou Béziers (-8,6%). À Metz, le recul atteint 3,6%, mais il est consécutif à une baisse de 25% entre 2007 et 2009 !


    La décote semble toucher surtout les quartiers les plus excentrés, et les habitations des années 60-70 ou les biens fixés à plus de 300 000 euros. Par ailleurs, selon le site capital.fr, commanditaire de l’étude, « les périphéries et les quartiers populaires des grandes agglomérations sont loin de leur niveau d’avant crise. Depuis janvier, les prix du quartier de la gare Saint-Charles à Marseille ont, par exemple dévissé de plus de 15%. De même, les prix quartiers périphériques de Bellevue et de Beauséjour à Nantes, reculent de près de 7% depuis le début de l’année. »

  • 0 Reco 10/02/2011 à 15:29 par Gigi

    Bonjour,
    je pense que ca va baisser. c'est la peur de la bourse qui a conduit les investisseurs en masse vers l'immobilier. Plus de 60% des acquéreurs sont des investisseurs, maintenant que la bourse va mieux, que les intérêts d'emprunts augmentent, que le rendement locatif baisse, l'immobilier perd de son attractivité. De plus les prix sont délirants ! c'est une bulle qui va éclater, reste à savoir quand ? après peut-être, selon les souhaits de M. Sarkozy, à savoir 70% de propirétaires (aliénés à leurs dettes, à leur lieu de résidence et à leur patron qui peut les rendre corvéables à merci, sans que ces derniers ne puissent broncher, pour cause d'endettement). Bises à tous et désolée pour ce clin d'oeil pessimiste.

  • 0 Reco 03/02/2011 à 13:49 par LPNY

    L'avis de Marc Touati me fait doucement sourire.

    N'avait-il pas prédit, peu de temps après son introduction en bourse, que l'action Natixis avait un potentiel d'évolution proche des 30 euros ?

    Les prix de l'immobilier parisien ne font que rejoindre les prix des plus grandes villes du monde. Ils ne baisseront pas.

  • 0 Reco 27/01/2011 à 14:53 par Julian

    J'adore quand les gens se prennent pour les Madames Irma de l'immobilier...
    Qui avait vu venir la hausse violente des prix dans Paris en 2010 ? mis a part les agents immobiliers personne...
    comment peut on poser des thèse sur des variations de prix liées a une taxation des plus values sachant que c'est à l'état de projet, qu'aucune notion de duree de propriété n'est évoquée (15 ans comme la RS ou RL). Alors baisse des prix si je ne dois très peux de taxes sur la plus value je ne crois pas. pour l'instant on parle des ventes au delà de 1.2M€, je serai curieux de savoir combien de ventes en province et en IDF sont concernées ?!?!
    tant que l'argent sera historiquement aussi bas, alors les prix continueront d augmenter surtout l'offre est largement inférieure à la demande.

  • 0 Reco 27/01/2011 à 14:31 par Agent I

    Encore une expertise de gens qui connaissent si peu le terrain que pour eux l'immobilier c'est que des chiffres ? Pour moi c'est de l'humain et l'humain ça se régit pas.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...