Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermercredi 23 avril 2014 à 10h00

Immobilier : Un début d'année sans grande tendance selon Laforêt


L'immobilier en 2014 dans le prolongement de 2013 selon Laforêt
L'immobilier en 2014 dans le prolongement de 2013 selon Laforêt
L'immobilier en 2014 dans le prolongement de 2013 selon Laforêt (©Fotolia)

Les acheteurs n’ont pas déserté le marché au premier trimestre, profitant d’une baisse de prix généralisée sur le territoire, selon la dernière note de conjoncture de Laforêt. Mais les ventes se concluent difficilement, et les biens avec défaut restent sur le carreau.

(LaVieImmo.com) - Difficile de dégager une tendance dans la pierre française en ce début d'année, « dans le prolongement de 2013 » selon le réseau. Les prix de l’immobilier restent orientés à la baisse, de 3 % entre le premier trimestre 2014 et le quatrième trimestre 2013. Un repli davantage marqué en région et en Ile-de-France, où les prix affichent respectivement -3 et -4 %. Paris est plus mesuré, les prix y baissent de 1,5 % en moyenne sur cette période, avec 8 099 €/m².

De quoi continuer à attirer des primo-accédants, qui selon Laforêt « reviennent de manière sensible », portés par le niveau favorable des taux de crédit. Le réseau note que « Paris intra-muros reste dynamique et voit sa demande progresser de 34 % en ce début d’année. L’Ile-de-France (hors Paris) progresse de 2,5 % et les régions de 3 % ».

Mises en vente « dictées par la nécessité »

Prix Immobilier

Les prix au m2 de votre ville

Mais la raréfaction des mises en vente, déjà observée les mois précédents, continue à s'accentuer. Celles-ci restent « dictées par la nécessité », appuie Laforêt. « Morosité économique, tempête fiscale, baisse des prix… les vendeurs deviennent plus réalistes sur une éventuelle plus-value ». De nombreux propriétaires choisissent ainsi de se détourner du marché locatif, mettant en vente leurs biens de petite taille. Mais côté transactions, les zones urbaines tirent là encore leur épingle du jeu. Sur un trimestre, les ventes ont ainsi progressé de 11 % à Paris, et de 9 % en Ile-de-France. A l'inverse en zone rurale, la demande est sur la pente raide.

Mais dans tous les cas, « chaque transaction se réalise au prix de nombreuses tractations, visites… Les acquéreurs détiennent le pouvoir de faire fléchir les vendeurs. Les biens qui ont des défauts sont marchandés ». En moyenne, une vente se conclut en 114 jours, soit 2 jours de moins qu’au trimestre précédent, conclut la note.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 24/04/2014 à 08:41 par Krevard

    En fait, plus précisément, 3% de baisse en 1 trimestre, cela s'extrapole grossièrement en 12% de baisse en 1 an. Je vois là au contraire 'une grande tendance'...

  • 0 Reco 23/04/2014 à 17:42 par Rébanne

    Achetez mes jonpis, achetez !

  • 1 Reco 23/04/2014 à 16:46 par Hicham

    On titre "sans grande tendance" et derrière on explique que ça baisse en province,en Idf et paris !!!!!! Bravo pour le l'acrobtie ;-)
    Moi je retiens : "Les prix de l’immobilier sont en baisse de 3 % entre le premier trimestre 2014 et le quatrième trimestre 2013. Un repli davantage marqué en région et en Ile-de-France, où les prix affichent respectivement -3 et -4 %. Paris est plus mesuré, les prix y baissent de 1,5 %"


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...