Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierlundi 17 février 2014 à 18h00

L'étiquette énergétique influe sur les prix de l'immobilier


Impact de l'étiquette énergie sur le prix des maisons selon la zone climatique
Impact de l'étiquette énergie sur le prix des maisons selon la zone climatique
Impact de l’étiquette énergie sur le prix des maisons selon la zone climatique (©EdEn)

Les logements disposant d’une mauvais DPE peuvent se vendre 30 % moins chers que les logements moins énergivores. Explications.

(LaVieImmo.com) - On s’en doutait, l’association Dinamic vient de le prouver : en fonction de sa bonne ou mauvaise performance énergétique, un logement voit sa valeur appréciée ou dépréciée. Le DPE (diagnostic de performance énergétique), document qui doit obligatoirement figurer en marge de chaque transaction immobilière, comprend deux « étiquettes » classant le logement sur une grille d’évaluation en 7 classes, de A, la meilleure note possible, à G, la plus basse. Or, selon une étude de cet organisme créé par le Conseil national du notariat, les biens dotés de la plus mauvaise étiquette énergétique DPE (G) peuvent se vendre jusqu'à 30 % moins cher que ceux qui sont bien notés (classes A et B).

La zone géographique joue aussi

L’écart de prix peut être plus ou moins fort en fonction de l’état du marché, ajoute l’étude. Dans une zone géographique où le marché immobilier est détendu (où la demande et l’offre sont équilibrées), Dinamic note « environ 10 % de dépréciation du bien ». A l’inverse, un marché tendu peut engendrer un écart de 50 %. L’étiquette la plus fréquente en France, D, serait quant à elle neutre.

Primes éco énergie
Prime éco énergie

Calculez le montant de votre remboursement en euro :


m2

Mais pour autant, les critères du DPE peuvent être améliorés, d’après Dinamic. Car la petite étiquette « énergie » raisonne en énergie primaire – c’est-à-dire énergie naturelle avant toute transformation, donc hors coûts engendrés durant la chaîne de transformation. Ce qui « déclasse mécaniquement d’une catégorie un logement chauffé à l’électricité par rapport à un logement chauffé au gaz ». L'association Equilibre des énergies, qui regroupe consommateurs, professionnels du bâtiment et industriels, demande ainsi « une révision du DPE pour que ce dernier soit redéfini en fonction de factures normatives exprimées en euros (…), ce qui correspond aux réelles préoccupations des occupants d’un logement ».

Quoi qu'il en soit, les résultats de l’étude devront être confortés. De nouvelles variables devraient être ajoutées lors de la prochaine édition, comme le type d’énergie principale, l’équipement en énergie renouvelable, le type de vitrage, le type de matériaux utilisés pour le gros œuvre du logement, de même que le label de construction, BBC ou autre.

Léo Monégier - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
    Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...