Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliervendredi 20 décembre 2013 à 11h09

L'immobilier parisien s'installe dans la torpeur


Le m² s'échange en moyenne à 8 240 €
Le m² s'échange en moyenne à 8 240 €
Le m² s'échange en moyenne à 8 240 € (©dr)

La mise à jour mensuelle des chiffres des notaires de Paris-Île-de-France confirme l'absence de mouvement dans la capitale. Côté volumes de vente, l'année se termine sur une note un peu moins mauvaise qu'anticipé.

(LaVieImmo.com) - Paris bouge-t-il ? Selon le dernier pointage de la chambre des notaires d’Île-de-France, le mètre carré dans la capitale s’échangeait à 8 240 € à la fin du mois d’octobre*, en baisse de 0,4 % sur trois mois et en repli limité de 1,6 % sur un an. « Dans la continuité de ce que nous observons depuis plus de deux ans, les prix oscillent toujours dans un couloir étroit, résistant à la baisse malgré un nombre de ventes faible », peut-on lire dans la note de conjoncture publiée vendredi matin. Pour mémoire, le mètre carré parisien ne s’est plus négocié à moins de 8 000 € depuis le mois de mai 2011.

Les prochains mois devraient consacrer cette absence de tendance, alors que « les indicateurs avancés sur les avant-contrats anticipent la poursuite de la stagnation des valeurs ».

7 000 ventes en trois mois

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Côté volumes de vente, le nombre de transaction reste donc « faible », même si « la timide amélioration observée depuis la fin du printemps s’est prolongée ». 7 150 biens, quasi-exclusivement des appartements, ont changé de mains entre le 1er août et le 31 octobre, soit 15 % de plus qu’à la même période un an plus tôt. Selon le principe du verre à moitié plein, les notaires constatent que « les volumes de ventes 2012 et 2013 pourraient être assez proches », tout en reconnaissant que « l’activité n’a pas pour autant retrouvé de véritable dynamisme ».

Un constat qui vaut à l’échelle de la région, où les ventes réalisées d’août à octobre reculent de 4 % par rapport à août-octobre 2011 et de 16 % par rapport à la même période entre 1999 et 2007, les années fastes d’avant la crise immobilière.

Volumes et prix à fin octobre*

Tous types de logements (ventes / prix)

  • Paris : 7 150 ventes (+15 %) / prix en baisse de 1,6 % en comparaison annuelle
  • Hauts-de-Seine : 5 230 ventes (+12 %) / prix en baisse de 1,3 %
  • Seine-Saint-Denis : 3 020 ventes (+4%) / prix en baisse de 1 %
  • Val-de-Marne : 3 940 ventes (+10 %) / prix en baisse de 1 %
  • Seine-et-Marne : 4 120 ventes (+11 %) / prix en baisse de 0,7 %
  • Yvelines : 3 940 ventes (+10 %) / prix en baisse de 1,3 %
  • Essonne : 3 680 ventes (+18 %) / prix en baisse de 1,3 %
  • Val-d’Oise : 3 000 ventes (+6 %) / prix en baisse de 0,9 %

Appartements anciens

  • Paris : 7 120 ventes (+15 %) / 8 240 €/m² (-1,6 % en comparaison annuelle)
  • Hauts-de-Seine : 4 410 ventes (+9 %) / 5 320 €/m² (-1,5 %)
  • Seine-Saint-Denis : 1 880 ventes (+4 %) / 3 280 €/m² (-0,5 %)
  • Val-de-Marne : 2 860 ventes (+11 %) / 4 260 €/m² (-0,9 %)
  • Seine-et-Marne : 1 360 ventes (+13 %) / 2 730 €/m² (-0,5 %)
  • Yvelines : 2 000 ventes (+10 %) / 3 830 €/m² (-2,1 %)
  • Essonne : 1 660 ventes (+16 %) / 2 730 €/m² (-1,6 %)
  • Val-d’Oise : 1 250 ventes (-4 %) / 2 800 €/m² (-1,3 %)

Maisons anciennes

  • Paris : ns / ns
  • Hauts-de-Seine : 810 ventes (+27 %) / 578 800 € (-0,4 % en comparaison annuelle)
  • Seine-Saint-Denis : 1 150 ventes (+3 %) / 272 900 € (-1,6 %)
  • Val-de-Marne : 1 070 ventes (+7 %) / 354 200 € (-1 %)
  • Seine-et-Marne : 2 760 ventes (+10 %) / 240 600 € (-0,8 %)
  • Yvelines : 1 940 ventes (+11 %) / 370 100 € (-0,7%)
  • Essonne : 2 020 ventes (+20 %) / 287 800 € (-1 %)
  • Val-d’Oise : 1 750 ventes (+14 %) / 277 600 € (-0,7 %)

*à fin octobre, soit sur la période août-octobre

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 26/12/2013 à 14:10 par gregoire Moulin

    La droite c'est celle qui a créé cette bulle qui maintenant va accuser la gauche de détruire le marché de l'immobilier...

  • 1 Reco 26/12/2013 à 07:39 par cétait

    les résultats de la merveilleuse politique de droite , qui tenez-vous bien, va sauver le pays en 2017

  • 1 Reco 24/12/2013 à 13:49 par Immondice Immo

    Même torpeur que pour les acteurs immo en France qui ont laissé la bulle se former sans rien faire, sans prévenir des risques et de l'issue forcément inéluctable que nous sommes en train de connaitre? Ah non, c'est vrai qu'il s'agit plus la de coma que de torpeur...

  • 0 Reco 24/12/2013 à 09:21 par nobody

    Je constate la même chose que Mick en Région. La marge de négo est un fait quasi généralisé, avec une amplitude variable selon la qualité du bien (et elles sont rares dans de nombreux cas). De 5 à 10% pour les meilleurs, à plus de 50% du prix local pour les bien isolés avec travaux et urgence). Le coût des travaux et le poids de la fiscalité (incertitude) est de plus en plus présent dans l'esprit des gens.

  • 0 Reco 23/12/2013 à 17:07 par John dow

    Entièrement d'accord avec mick au sujet des stats : elles sont complètements bidons, sous échantillonés....mais elles ont le mérite de donner un chiffre qui va dans le sens qui conforte tout le monde : Reagrdez ! l'immo résiste...

    Pauvre moutons français qui continuent de sacrifier leur avenir pour du parpaing...

  • 0 Reco 23/12/2013 à 16:27 par Au royaume des aveugels

    tire pas des généralités d'une seule annonce, mec. C'est tout le pb, tous les mecs font ça depuis des lustres, y en a pas un qui y voit plus claire que l'autre....

  • 2 Reco 23/12/2013 à 16:12 par mick

    N'oublions pas que les statistiques des notaires sont complètement bidons depuis 2 ans environ.
    En effet avant leur statistiques étaient basées sur le prix de la transaction entre l' acheteur et le vendeur.
    Aujourd’hui elles sont basées sur le prix hypothétique, délirant et bullesque du prix affiché en agence immobilière.

    Et tout le monde sait qu'il y a toujours une négociation d'au moins 10 à 20 % sur le prix affiché.

    Perso j'habite à Chaville (92) et j'ai vu une annonce de l'agence Orpi de Chaville (92) où un appartement à Jouy en Josas est vendu 420 K€ de 116m2 (il y a un an il était en vente à 500 K€).
    => Ce qui fat en 1 an plus de 19% de baisse sur le prix affiché => sachant qu'il y a 10 à 15 voire 20% de baisse potentiel ensuite après la négo ...

    Mais à part ça c’est le moment où jamais pour acheter, dépêchez-vous c'est bientôt la fin des soldes, il n'y en aura pas pour tout le monde, et puis c'est bien connu l'immobilier ça ne peut que continuer à monter ....

    L'immobilier ne peut pas faire fi des contraintes économiques actuelles de notre pays qui sont :
    1) Les salaires baissent
    2) Le nombre de chômeurs augmentent (même si le taux de chômeur se stabilisent ou baisse un peu à cause ds emplois aidés de Anormal 1er et des radiations en fin de droit au bout de 2 ans ....)
    3) Les impôts augmentent

    Nous sommes donc dans un environnement déflationniste, et dans un environnement déflationniste il est impossible d'avoir une inflation durable des prix de l'immobilier. D'ailleurs ça n'a jamais existé et cela n'existera jamais (i.e aucun pays au monde dans un environnement déflationniste a connu une hausse continu des prix de l'immobilier).

    Alors ce n'est qu'une question de temps, il est urgent d'attendre la baisse qui a déjà commencé et qui ne peut que s'amplifier pour le bien de notre pays.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...