Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermercredi 24 mars 2010 à 09h28

L'immobilier surévalué selon le Crédit Foncier


Le Crédit Foncier ne prédt pas de reprise pérenne des volumes de vente
Le Crédit Foncier ne prédt pas de reprise pérenne des volumes de vente
Le Crédit Foncier ne prédt pas de reprise pérenne des volumes de vente (©dr)

Le retournement de l’immobilier n’est pas pour tout de suite. Dans sa dernière note de conjoncture, le Crédit Foncier décrit un marché toujours morose et attentiste. La baisse des prix, plus marquée dans l’ancien que dans le neuf, semble encore insuffisante pour redynamiser pleinement la demande.

(LaVieImmo.com) - Environ 513 000 transactions ont été enregistrées l’année dernière dans l’immobilier ancien, soit près de 15 % de moins qu’en 2008. Cette baisse, qui cache une nette accélération du volume d’activité du secteur en fin d’exercice, fait également apparaître d’importantes différences entre le marché de la primo-accession, soutenu par le nouveau prêt à taux zéro (PTZ), et celui de la seconde accession, durement touché en début d’année par des conditions de crédit défavorables et par le recul de la distribution de crédits relais. Une reprise s’est néanmoins manifestée à l’automne « avec la baisse des taux et un plus grand volume de financements bancaires », assure le Crédit Foncier.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Les ventes de logements neufs ont progressé de plus de 30 %, à 106 000 unités contre 80 000 en 2008, largement soutenues par les mesures mises en place dans le cadre du plan de relance. 65 000 logements ont ainsi été commercialisés dans le cadre du dispositif locatif de défiscalisation Scellier.

Maintien des prix du neuf, baisse de ceux de l'ancien

Affichant une baisse de seulement – 1,2 %, le niveau des prix s’est bien maintenu dans le neuf dans l’ensemble de l’hexagone, toutes surfaces confondues. La note précise que les prix des petites surfaces se sont stabilisés tandis que ceux des grandes surfaces baissaient légèrement. Une bonne tenue qui s’explique là encore par les mesures du plan de relance gouvernemental prises sur le marché de l’accession comme sur celui de l’investissement locatif dans le neuf : doublement du nouveau prêt à 0 % et dispositif Scellier. L’étude indique en revanche que le marché de la seconde accession dans le neuf a connu une faible activité « compte tenu du niveau des prix affichés, d’une activité particulièrement ralentie sur le secteur des maisons et appartements familiaux et d’un climat d’attentisme général, tant chez les acheteurs que chez les vendeurs ».

Les prix de l'ancien ont pour leur part rencontré une baisse plus soutenue. En province, de manière générale, la contraction s'élève ainsi à - 7,5 % sur les appartements et à - 8,5 % sur les maisons. En Ile-de-France, le recul est encore un peu plus marqué avec une baisse de - 7,5 % pour les appartements et - 9,5 % pour les maisons.

En matière de prévision, le Crédit Foncier indique qu’il « semble difficile de prévoir une reprise pérenne des volumes et des prix tant que le pouvoir d’achat immobilier n’aura pas retrouvé son niveau des années 2000, ni tant que la conjoncture économique, notamment le marché du travail, ne se sera pas améliorée ». Et de conclure en notant que « les prix sont encore proches du haut du cycle et de ce fait inadaptés au niveau du revenu des ménages ».

Marc Fleury - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 15/04/2010 à 15:12 par boic5530

    et si , entre pays, on remplaçait l'argent par le troc ?

  • 0 Reco 15/04/2010 à 15:11 par boic5530

    à qaund une guerre mondiale qui liquide la crise larvée qu' on vit depuis la dévaluation du Dollar par rapport au Mark (en 1971) ? _ _ _ _ on sait que le cycle est : après une guerre, il y a une embellie ... puis une crise ... qui se résoud dans une nouvelle guerre !

  • 0 Reco 29/03/2010 à 12:15 par immobilier sous perfusion

    Nos chers politiciens feront tout pour maintenir artificiellement les prix de l'immobilier. Cela ne les dérange pas de plomber les finances de l'Etat au risque de le faire imploser!

  • 0 Reco 26/03/2010 à 19:02 par Neurotic12

    Oui la bulle se dégonfle, et va s'enplifiée
    Mais faire croire que çà va repartir à la hausse, dans 5 ou 10 ans, c'est utopique !
    La bulle globale de l'argent c'est +1000 B$.
    Certes mais la croissance... oui mais le pic-oil !
    L'immobilier limite sa chute car c'est la monnaie qui descent plus vite (voir prix Or).
    Bonne chance...

  • 0 Reco 26/03/2010 à 17:51 par Jimmy

    Et qu'est ce qu'il arrive aux grosses bubulles à force de grossir? boum! ça pête! oulala, ça fait bobo....les prix repartent à la baisse plus ou moins violemment....2 ans, 5 ans, 10 ans pour remettre un peu d'ordre dans tout ça, redonner un peu de raison aux vendeurs et aux acheteurs et hop c'est reparti pour un tour à la hausse....jusqu'aux prochains exces, la prochaine bubulle..rigolo, non???

  • 0 Reco 26/03/2010 à 17:48 par Jimmy

    sur le long terme, ami Pignouf, l'immobilier a quand même nettement tendance à rester le seul investissement qui progresse à la hausse...par contre le marché n'est pas un long fleuve tranquille...il suit la loi de l'offre et de la demande et est souvent source de la gourmandise spéculative de tout vendeur qui se respecte...laquelle spéculation engendre des exces qu'on appelle du joli nom de bulle

  • 0 Reco 26/03/2010 à 09:58 par pat35

    ce que vous dites est faux walter!contrairement aux idees recues,la france ne manque pas de logements,ils restent inoccuppés certes pour beaucoup,votre argument est celui que nous tiennent les vendeurs immobiliers depuis dix ans afin de vendre des biens a des prix ne correspondant pas aux revenus des ménages!!voir la courbe de jacques friggit,economiste specialiste de l'immobilier.

  • 1 Reco 25/03/2010 à 17:51 par Walter

    En 1991, les prix avaient chuté de près de 23% et le notariat avait licencié 15 000 salariés. Pratiquement rien ne se vendait. En 1995, ce fut la remontée jusqu'en 2007. Pourquoi ? Parce que l'offre est insuffisante. La France ne construit pas suffisamment de logements. Au terme de 7 ans le marché s'est retourné. Quand le besoin d'acheter se fait sentir, on attends pas un hypothétique plongeon !

  • 1 Reco 25/03/2010 à 17:25 par Solstice

    Tant qu'il y aura un gros écart entre le prix de l'immobilier et la valeur locative, il y aura un problème.

  • 2 Reco 25/03/2010 à 11:41 par pignouf

    Comment est ce possible, j'ai toujours entendu dire que l'immobilier augmentait toujours, et c'est des professionnels qui le disaient, ils se seraient trompés ??????

  • 0 Reco 25/03/2010 à 10:58 par Tracker Immo

    Installez le plugin "petits cailloux" pour le navigateur Fire Fox !!!
    Vous allez vous rendre compte a quel point les vendeurs se moquent de nous, acheteurs potentiels. Continuez de rêver messieurs et mesdames les vendeurs, et conservez vos magnifiques demeures ...
    Acheteurs, soyez aux aguets des ventes pressées (Divorces, saisies etc). Ce sont les seules bonnes opportunités actuelles !

  • 2 Reco 25/03/2010 à 10:43 par cr34

    En clair, plus de 100% de progression en 10 ans... donc ce n'est pas avec les quelques % de baisse que ça va changer! si celle-ci est "significative", plus de 20/25% là peut être que les oreilles se mettront en mouvement...

    Pour l'instant, attendez!

  • 3 Reco 24/03/2010 à 18:43 par pat35

    acheteurs attendez c'est bientot la grande braderie!!dés que les taux vont remonter plus l'arret du doublement a taux zero et c'est parti pour les bonnes affaires!!plus rien ne se vend,les chiffres donnés sont faux uniquement pour inciter a acheter!!ils ont peur de perdre les recettes publicitaires qui sont fortement liées a l'immobilier!!

  • 0 Reco 24/03/2010 à 15:44 par mackidockie

    Tant que les acheteurs et les vendeurs ne s'entendront pas, le marché restera b.l.o.q.u.é

  • 0 Reco 24/03/2010 à 15:20 par H i b o u 2

    Nuance. Ce n'est pas le meilleur moment pour vendre . Ou pour faire de la promotion.

  • 1 Reco 24/03/2010 à 12:42 par lapoliss

    le Crédit Foncier indique qu’il « semble difficile de prévoir une reprise pérenne des volumes et des prix tant que le pouvoir d’achat immobilier n’aura pas retrouvé son niveau des années 2000, ni tant que la conjoncture économique, notamment le marché du travail, ne se sera pas améliorée ».

    ça fait plaisir de voir des "spécialistes" qui disent ça

    moralité = pas de précipitation !

  • 2 Reco 24/03/2010 à 12:30 par matou92

    enfin des gens realistes !!!! c'est pas le moment d'acheter ...lol


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...