Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobiliervendredi 19 octobre 2012 à 17h28

L'immobilier victime de "l'attentisme fiscal"


Le CSN ne croit pas à une forte baisse des prixLe CSN ne croit pas à une forte baisse des prix (©Fotolia)

Le Conseil supérieur du Notariat vient de mettre à jour ses prévisions immobilières. S’il confirme la chute des volumes de vente, il maintient ses prévisions en termes de prix, et se montre plus optimiste que la Fnaim.

(LaVieImmo.com) - 650 000 transactions dans l’ancien, 75 000 dans le neuf - au mieux. Les Notaires de France ont à nouveau abaissé leurs prévisions cette semaine, forcés de constater à l’approche de la fin de l’année que le marché, qui tournait déjà au ralenti, est un peu plus grippé qu’il n’y paraissait l’été dernier. « L’attentisme pré-électoral s’est mué en attentisme fiscal », explique le Conseil supérieur du Notariat (CSN) dans sa dernière note de conjoncture, dévoilée cette semaine. Et cette situation pourrait bien « perdurer au-delà du calendrier budgétaire. En effet, les lois de finances rectificatives ont eu tendance à se multiplier et les annonces anticipées peuvent déjà influer sur les comportements ».

Effet d’aubaine sur la plus-value ?

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Ainsi, ce ne sont pas 740 000 logements anciens qui devraient changer de mains cette année, ni même 700 000 comme estimé au mois de juillet, mais bien 650 000 environ. « Bien loin des 800 000 ventes des années 2000 à 2007 et 2011 », écrit le CSN. Et plus si loin du « très mauvais score de 2009 » (594 000 ventes), lequel pourrait bien être enfoncé si les vendeurs potentiels, anticipant une nouvelle réforme de la fiscalité sur les plus-values immobilières, décidaient de reporter de quelques mois la mise en vente de leur bien. L’article 10 du projet de loi de finances (PLF), qui vient d’être examiné par l’Assemblée nationale, prévoit en effet l’application d’un abattement de 20 % sur les plus-values immobilières* réalisées en 2013. Cette mesure ne concernant pas les prélèvements sociaux, elle permettrait, si elle était effectivement validée, un adoucissement de l’impôt de l’ordre de 11 %. Suffisamment selon les Notaires, pour inciter les vendeurs à attendre quelques mois avant de mettre leur bien sur le marché.

La révision n’est pas aussi drastique dans le neuf, le CSN n’anticipant plus que 75 000 ventes en groupé (hors maisons individuelles), contre 80 000 en juillet. Certes, « les réservations des primo-accédants et des investisseurs ne sont plus toujours suffisantes pour atteindre l’objectif de 40 % de pré-commercialisation » nécessaire au lancement d’un projet de promotion. Mais le secteur semble bénéficier de « la non-remise en cause, désormais acquise, du maintien de l’avantage fiscal (en BBC) sans autre modification que le plafonnement des niches fiscales à 10 000 euros », poursuivent les Notaires. Le vrai coup dur, dans le neuf, pourrait donc n’avoir lieu qu’en 2013, le CSN doutant que « le chiffre de 40 000 ventes à des investisseurs puisse [alors] être atteint ». Dans l’ancien, il semble acquis que les ventes n’excèderont pas les 600 000 unités, « à moins que l’annonce d’un retour du PTZ [prêt à taux zéro, ndlr] ne se concrétise » dans les prochaines semaines, soutenant la demande des primo-accédants.

-10 % en deux ans… sur les marchés non dynamiques

Malgré ces révisions, les Notaires restent plutôt mesurés en termes de prévisions de prix. Pour ne pas dire flous. Comme la Fnaim en début de semaine, ils insistent sur la résistance générale. Mais, là où le syndicat des professionnels de l’immobilier dit tabler sur une baisse comprise « entre 1 et 1,5 %, au maximum » en moyenne annuelle pour 2012, le double à Paris et en Île-de-France, le CSN, lui, continue d’anticiper « une stabilisation des prix, ou une très légère variation à la hausse ou à la baisse » dans les grandes villes et « une baisse plus ou moins accentuée » sur les autres territoires. Ce même schéma devrait se reproduire en 2013, « ce qui signifie que, sur les marchés non dynamiques, la baisse des prix à fin 2013 devrait être d’environ 10 % sur deux ans », la tendance restant globalement stable dans les zones tendues. A titre de comparaison, on notera que l’économiste Olivier Eluère, chargé des questions immobilières au Crédit agricole, anticipe pour sa part une correction de 10 % entre la fin 2011 et la fin 2013, mais, lui, à l’échelle du pays.

*autres que des terrains à bâtir, soumis à une autre fiscalité plus avantageuse

Emmanuel Salbayre - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 2 Reco 22/10/2012 à 10:57 par lsga

    @Bernie
    'Faire preuve d'aptitude à répéter ce que disent les autres'

    Vos réflexions sur le forum sont d'une banalité sans fin. Votre pensée est on ne peut plus politiquement correcte, bêtement réactionnaire. Ne faites donc pas de leçon d'originalité aux autres

    'Ceux qui affirment cela font de la lecture de la boule de cristal.'
    Non, ceux qui affirment cela FONT LEUR TRAVAIL, contrairement au secteur immobilier.
    La croissance démographique est parfaitement prévisible, et le secteur immobilier devrait utiliser ces données comme base de leur travail. La question posée par le secteur ne devrait pas être : ' avons nous fait plus de chiffre d'affaire qu'en 2009 ? ', la question devrait être : ' Comment allons nous fournir les logements dont la population française a besoin ? '

    Aujourd'hui, il manque déjà plus d'1 Million de logements en France, ce qui en soit suffit à démontrer l'inefficacité (et donc la sur-rémunération) des acteurs du secteur. En Espagne et aux USA, à l'inverse, le nombre de logement est beaucoup trop important. On se rend donc compte que les acteurs privés sont :

    - Incompétents
    - Inefficaces
    - Surpayés
    - Incapable de répondre aux besoins de la Nation.

    Cet article en est une parfaite illustration. L'intelligence économique et stratégique de ces acteurs consistent à prévoir leurs profit sur 6 mois, voir un an. Non seulement des données comme la croissance démographique ne font pas partie de leurs réflexions, mais en plus on voit bien dans cet article que leur centre d'intérêt principal est la rentabilité à court termes.

    Pendant ce temps là, les pays Socialistes ayant nationalisé leur Finance et administrant leur économie font plus de 7% de croissance, et sont capable de faire surgir de nulle part des mégalopoles :
    fr.wikipedia.org/wiki/She nzhen

  • 0 Reco 20/10/2012 à 11:19 par Bernie

    "LA POPULATION FRANÇAISE EN 2050 SERA DE 70 MILLIONS D'HABITANTS !
    70 MILLIONS ! 70 !"

    Faire preuve d'aptitude à répéter ce que disent les autres excluent de facto sa propre réflexion et ses connaissances au niveau des prévisions sur long terme faites, il y a des années, par des "scientifiques" soit par des politiques et jamais devenues réalité .......

    Ceux qui affirment cela font de la lecture de la boule de cristal.

    Au train où va l'humanité (pollution, soins médicaux en diminution, tuberculose en recrudescence dans sa forme résistante aux antibiotiques et donc létale, baisse de niveau de vie et de confort, le stress omniprésent, additifs alimentaires, incidents centrales nucléaires, gaz de schiste, sans parler de conflits mondiaux éventuels) on n'atteindra jamais ce chiffre de 70 millions.......

    Message édité 20/10/2012 à 11:27

  • 1 Reco 19/10/2012 à 19:43 par lsga

    ptite coquille sur le lien Wikipedia :
    http://fr.wikipedia.org/w iki/Shenzhen

    Shenzen : voilà un projet qui est d'une telle ampleur que seul un Etat stratège et ordonné est capable de le réaliser. C'est autre chose que les 'gigantesques' lotissement d'à peine quelques milliers de maison que construisent vos prétendues 'grandes' entreprises.

    Il nous faudra plus de 10Millions de nouveaux logements d'ici 2050. Au lieu de pleurer comme des fillettes sur la chute de vos profits, mettez vous au travail. Ici vous êtes en France, le peuple français n'a pas l'habitude de laisser longtemps des incompétents aux commandes.

  • 2 Reco 19/10/2012 à 19:16 par lsga

    C'est toujours assez amusant de voir l'absence complète de stratégie de long terme de l'ensemble des acteurs du marché immobilier....

    Les prix sont maintenus artificiellement élevés pour favoriser la situation de rente de quelques grands oligarques et de leurs entreprises, provoquant l'effondrement du nombre des transactions et la faillite de nombreuses petites agences....

    Mais non, vos analyses restent vissées au planché des vaches, votre visibilité est d'à peine 6 mois, et pour vous l'écroulement des transactions est nécessairement du à la réforme fiscale d'un gouvernement trop à gauche au goût des petits bourgeois que vous êtes.

    Pendant ce temps là... la Chine, grâce à son système financier nationalisé (Bank Of China est d'ailleurs la banque la plus importante du monde, très loin devant les banques américaines ou européenne), met en place des stratégies de très long terme dans l'objectif de devenir la première puissance mondiale....

    Pour rappel, puisque pour vous, 6 mois semble loin :
    LA POPULATION FRANÇAISE EN 2050 SERA DE 70 MILLIONS D'HABITANTS !
    70 MILLIONS ! 70 !

    Si notre système économique basé sur le marché est INCAPABLE de produire les logements nécessaires à cette évolution, alors il sera nécessaire de prendre exemple sur les pays dont l'économie va bien et qui connaissent une forte croissance : c'est à dire les pays socialistes tels que la Chine ou le Vénézuela qui (plus de 7% de croissance).

    Il est grand temps de se débarrasser des cadres incompétents des entreprises privées qui ne cherchent qu'à maximiser leur profit à court terme. Il est grand de se hisser à hauteur de la Chine, et de se doter d'une armée de fonctionnaires stratèges capables de remettre le pays debout sur ses deux jambes.

    La vérité, c'est que ni Kaufman ni Bouygues ni aucune des 'grandes' entreprises du secteur ne sont capables de réalisé un projet d'une telle complexité :
    http://fr.wikipedia.org/w iki/Shenzhen
    Vous êtes OUT, vous êtes Has Been, admettez le.