Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierlundi 5 octobre 2015 à 19h00

L'impact de l'encadrement des loyers commence à se faire sentir


Des baisses de 15 à 20% pour les petites surfaces, selon le JDD
Des baisses de 15 à 20% pour les petites surfaces, selon le JDD
Des baisses de 15 à 20% pour les petites surfaces, selon le JDD (©dr)

En vigueur depuis le 1er août, l'encadrement des loyers parisiens a conduit à une baisse des prix allant jusqu'à 20%. Au grand dam des propriétaires, qui n'hésitent pas à contourner la loi...

Deux mois après sa mise en place à Paris, l’encadrement des loyers commence à porter ses fruits. Cette mesure, qui devrait bénéficier à un appartement sur cinq selon les professionnels, touche en premier lieu les petites surfaces.

"Ces loyers [studios ou 2 pièces inférieurs à 35 m², ndlr] baissent en moyenne de 15% à 20%", a estimé ce week-end François Davy, président de Foncia, dans le Journal du Dimanche.

"Pour un studio, un locataire économise entre 50 euros et 150 euros par mois selon le quartier, la surface et l’année de construction de l’immeuble", a précisé le dirigeant.

Les très grandes surfaces, qui disposent de loyers de référence relativement bas, ne sont pas en reste. Ainsi, les locataires aisés de grands appartements font des économies de plusieurs centaines d’euros par mois, estime le JDD.

François Davy explique que "les locataires se renseignent et se préparent avant de visiter". Les propriétaires, "désorientés", déplorent un manque à gagner pouvant parfois atteindre plusieurs milliers d’euros par an.

Les bailleurs désorientés

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Dans ce contexte, certains bailleurs peuvent être découragés et ainsi se détourner de la pierre, comme le craignent bon nombre d'intervenants.

"Environ un sur quatre hésite à remettre le bien en location", assure Laurent Vimont, le président de Century 21 cité par le journal. Dans l’Est parisien, un agent d’Orpi souligne quant à lui l’attentisme des propriétaires qui peuvent mettre "un ou deux mois avant de relouer leur bien, pour voir comment évolue le marché".

Moins patients, d’autres n’hésitent pas à demander des compléments de loyer, prétextant disposer d'un bien particulièrement bien situé ou d'une terrasse. Mais ces derniers étant difficiles à justifier, certains propriétaires préfèrent louer sur Internet, sur des sites comme Leboncoin ou PAP.

En vigueur depuis le 1er août à Paris, le dispositif d'encadrement des loyers suscite beaucoup d'interrogations chez les professionnels du secteur.

La principale association de professionnels de la gestion locative, Plurience, a récemment déclaré que "sur les quelque 20.000 baux concernés de notre portefeuille, ce sont 25% des logements qui seront rabotés lors de leur relocation ou renouvellement, avec un montant moyen de réduction de loyers de l’ordre de 10%, avec de grandes disparités et dispersions des quartiers".

Retrouvez notre dossier complet sur l'encadrement des loyers ainsi que notre carte interactive >>

J. M.
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 12 Reco 08/10/2015 à 20:42 par LaurentCRIADO

    Diatribe : critique amère et violente (Larousse).

    Argumenter : présenter un ensemble d’arguments pour soutenir, étayer une idée.

    A mon commentaire, documenté et argumenté, vous opposez donc une diatribe qui ne démontre rien, vous contentant de m’attaquer personnellement à dessein de discréditer mes propos. Je ne dénonce que les bailleurs de biens douteux, si prompts à se plaindre et à louer très cher tout en mégotant sur des investissements aussi dérisoires qu’un simple abattant pour WC (cas vécu sur un chantier).

    Je n’éprouve ni jalousie ni haine envers les propriétaires. Je ne fais que mettre certains profiteurs face à leurs contradictions.

    Vous me prêtez le statut de redresseur de tort. N’est-ce pas ce que vous faites en disant, je vous cite : « (…) vous allez finir par dormir dehors ! » Si vous trouvez que le fait de dormir sous une tente est un sujet de plaisanterie, je suis bien triste pour vous.

    Je prêche pour ma paroisse ? Avançant sous mon vrai nom, j’assume tous mes écrits. Afin de permettre aux lecteurs de me connaître, je communique une adresse web où toutes les informations me concernant sont disponibles ; ils peuvent également m’y poser leurs questions, gratuitement. Que me reprochez-vous sinon d’informer des personnes désireuses de s’éloigner du spectre de la rue que vous agitez comme une menace de mauvais goût ?

    Vous dites encore : « L'immobilier, quand on connait pas, on en parle pas! ». Quels est donc votre degré d’expertise pour que vos écrits, pleins de vide rhétorique, soient plus précieux que les miens ? Quant à Monsieur Buzy-Cazaux, je crois que son parcours parle pour lui, qu’il mérite d’être écouté et se montre plutôt de bon conseil.

    Je ne fais allégeance à aucune formation politique, votre glose est comme tout le reste : du blabla sans fondement. Finalement, la seule violence, la seule haine que je relève ici, c’est la vôtre.

    C’est toujours un plaisir d’échanger, aussi, à bientôt pour discuter dans les règles de la courtoisie

  • 1 Reco 08/10/2015 à 17:24 par peppymiller

    Cher Laurent Criado
    Cette diatribe anti propriétaire est médiocre.
    Votre jalousie et votre haine ne vous valorise pas.
    Les faits sont qu'à force de presser les bailleurs prives comme des citrons, vous allez finir par dormir dehors!
    Remarquez, en général, la distribution de Queshua est gratuite.
    La France tire vers le bas et il ne faut pas s'en réjouir

    En fait, sous couvert de vous montrer le redresseur de tort, vous prêchez pour votre paroisse en faisant de la pub pour votre guide.

    L'immobilier, quand on connait pas, on en parle pas!

    quand a Buzy cazaux, belles paroles comme toujours, socialo demago....

    Message édité 08/10/2015 à 17:25

  • 3 Reco 06/10/2015 à 18:38 par franckblack

    +1) pour ton commentaire

  • 16 Reco 06/10/2015 à 11:24 par LaurentCRIADO

    Les propriétaires désorientés… Vraiment ?

    Certains déplorent un manque à gagner de plusieurs milliers d’euros par an et Laurent Vimont, président de Century 21, témoigne du fait que « 1 propriétaire sur 4 hésite à remettre le bien en location ». Un agent d’Orpi souligne l’attentisme des propriétaires qui peuvent mettre "un ou deux mois avant de relouer leur bien, pour voir comment évolue le marché".

    La grande question concerne ces champions de la rentabilité qui se plaignent d’une mesure qui soit-disant les privent de précieux euros et qui ne remettent pas le bien qu’ils possèdent en location.

    Quelle est la rentabilité d’un bien qui ne rapporte aucun loyer ?

    N’est-ce pas là le signe évident que certains propriétaires se goinfrent sur le dos des locataires et qu’en attendant de voir si leur bronca leur permettra d'effacer cette mesure et de remettre leur bien sur le marché à un prix « zénithal » ?

    C’est donc pour ce genre d’individus siphonneux que l’on doit avoir une quelconque compassion ? Ceux-là même qui écrasent les autres et qui font d’un besoin fondamental, se loger, un produit de pure spéculation.

    Pour mémoire, voici quelques déclarations tirées de la vidéo lors su salon Patrimonia :
    http://www.lavieimmo.com/ prix-immobilier/immobilie r-est-ce-vraiment-le-mome nt-d-acheter-32530.html

    « La profitabilité, la rentabilité ne s’effondre pas, ça n’est pas vrai ». Henri Buzy-Cazaux au sujet du plafonnement des loyers.

    « Qu’est-ce que c’est qu’un investissement locatif ? (…) C’est quelque chose avec des êtres humains ». Henri Buzy-Cazaux.

    « L’impayé de loyer, ça c’est le cancer de l’investissement ». Henri Buzy-Cazaux.

    A ces propriétaires peu scrupuleux, je conseille d’écouter la partie où Henri Buzy-Cazaux parle de l’investissement locatif qui est quelque chose avec des être humains. L’humanité, une valeur inconnue dans le monde sans pitié des spéculateurs ?

    Laurent CRIADO

    Message modéré 15/10/2015 à 17:55


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...