Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierjeudi 7 avril 2011 à 11h00

La Fnaim ne croit plus à une hausse des prix immobiliers


Les agents craignent une pénurie de biens
Les agents craignent une pénurie de biens
Les agents craignent une pénurie de biens (©Fotolia)

Le bilan des trois premiers mois de l’année laisse penser que les prix de l’immobilier resteront stables cette année. La hausse des taux et les pressions inflationnistes amènent la Fédération à écarter tout risque de surchauffe, et à réviser ses prévisions annuelles en légère baisse.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

(LaVieImmo.com) - L’immobilier français serait-il devenu raisonnable ? La dernière note de conjoncture de la Fédération nationale de l’immobilier montre que le marché n’a pas connu au premier trimestre le même emballement que l’année dernière. Certes, tous types de logements confondus, les prix des logements ont encore progressé de 1,9 % en moyenne nationale par rapport aux trois derniers mois de 2010. Ceux des maisons se sont même appréciés de plus de 4 %. Mais la Fnaim ne voit dans cette progression qu’un simple mouvement de rattrapage, les prix des maisons ayant augmenté deux fois moins vite que ceux des appartements l’année dernière (+3 % en moyenne, contre +7,6 %). De fait, les prix des appartements, en moyenne nationale toujours, se sont stabilisés au cours des trois premiers mois de l’année (-0,3 %). Ils ont même légèrement reculé dans certaines régions. C’est le cas en Bretagne (-0,7 %), dans le Languedoc-Roussillon (-1,3 %), en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (-1,8 %), en Île-de-France (-2 %) ou Alsace, où le repli constaté approche les 6 %. Ces régions sont celles qui avaient connu les hausses les plus fortes l’année dernière. Les prix y restent généralement « supérieurs aux niveaux observées du printemps 2009 au début de l’année 2010 », tempère la Fnaim, toujours aussi soucieuse de ne pas sonner trop « baissière ».

Pas de surchauffe

En variation annuelle moyenne*, les prix de l’ancien s’affichent en hausse de 2 %. Une preuve supplémentaire, selon la fédération, de l’absence de « surchauffe » sur le marché de l’ancien. Un sondage mené en interne auprès des agences fédérées montre d’ailleurs que pour 58 % des professionnels, les prix de vente sont restés stables au premier trimestre, quand 30 % ont le sentiment qu’ils ont plutôt augmenté. Les mêmes agents sont 61 % à anticiper une stabilisation des prix au cours des six prochains mois, tandis que 20 % seulement misent sur une hausse, alimentée par une pénurie de biens disponibles (ressentie par 28 % des sondés).

Une solvabilité sous pression

La Fnaim, qui tablait en janvier sur une hausse de prix comprise entre 3 et 6 % sur l’ensemble de l’année, juge aujourd’hui le scénario d’une stabilisation autour des 2 % plus probable. « Dans un contexte de pénurie d’offre de plus en marqué, la pression de la demande devrait se traduire par de nouvelles poussées des prix, indique-t-elle. Mais il ne fait aucun doute aujourd’hui que ce mouvement naturel sera contrarié par la remontée des taux d’intérêts », dont la fédération calcule qu’elle a déjà fait reculer la solvabilité des ménages de 3,2 % au seul premier trimestre. Sans oublier les effets des pressions inflationnistes : « Les augmentations des prix de matières premières entraînent déjà des tensions importantes sur les factures énergétiques et alimentaires, et suffisent déjà à ponctionner le pouvoir d’achat de façon significative », conclut la Fnaim.

A titre de comparaison, on rappellera que le réseau Century 21, qui a récemment communiqué son bilan trimestriel, a maintenu sa prévision d’une hausse de l’ordre de 3 % des prix de vente en moyenne nationale, « avec des déséquilibres très forts en fonction des différents marchés locaux ».

*les douze derniers mois par rapport aux douze précédents

Emmanuel Salbayre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 2 Reco 11/04/2011 à 14:51 par MisterHadley

    Les acquéreurs disposant déjà de plusieurs biens immobiliers et qui achètent sur Paris le font pour ensuite loger leurs enfants...

    Tout comme les adeptes du krach, eux aussi veulent faire des "études" à Paris...

    La différence, c'est que leurs darons y auront pensé lorsqu'il le fallait pour qu'une fois en age de prétendre à les faire, ces "études", les "deux pièces" et assimilés soient donc totalement payés, et plus qu'amortis, par les locataires qui se seront,eux, jusque-là battus pour les louer...

    Là est toute la différence... ;)

    Et cela ne s'arrête pas là, puisque les toliers auront surement aussi préparé leurs successions, et en ayant aussi envisagé de laisser, soit de leurs vivants en donations et assimilées, soit lorsqu'ils seront vraiment kanés, ces mêmes "deux pièces" à leurs mêmes gamins afin qu'ils aient ainsi de quoi "débuter" dans leurs vies...

    Exemple : un tolier achète à son rythme trois appartements...

    Il a trois gamins...

    Devinez la suite...

    ;)

    Message édité 11/04/2011 à 14:58

  • 0 Reco 11/04/2011 à 10:46 par midève

    @kinder. Je viens de chercher sur le site des notaires et ne trouvent pas la page avec les chiffres que vous donnez concernant le profil des acquéreurs. De plus lorsque j'ai acheté récemment, mon notaire ne m'a posé aucune question sur le fait de ce que je voulais faire de l'appartement, ni si j'avais déjà d'autres biens. Comment les notaires pourraient donc sortir ces chiffres?

  • 0 Reco 11/04/2011 à 09:48 par kinder

    Tu trouveras tout sur le site des notaires, dans les historiques : les ordres de grandeur à Paris, c'est, en dehors du parc public (hors logements HLM) : seulement 35% de propriétaires résidents, 60% des logements de deux pièces et moins et la même proportion pour les transactions, 60% des acquéreurs déjà propriétaires de un ou plusieurs biens à Paris ou en province, seulement 6% de primo accédants, acquéreurs majoritairement de plus de 45 ans.
    A toi d'en tirer les conclusions et d'oser affirmer que 60% des acquéreurs déjà propriétaires d'un ou plusieurs biens décident à plus de 45 ans d'acheter un deux pièces pièces pour se loger ...
    :)

  • 3 Reco 08/04/2011 à 20:26 par midève

    @analyste Ceux qui achètent à Paris (hormis les chambres de bonne) achètent principalement pour se loger. A moins que vous ayez des statistiques fiables prouvant le contraire.

  • 0 Reco 08/04/2011 à 00:34 par Analyste

    Mr one neurone : c'est quoi la proportion d'investisseurs à Paris ? 60% 70% 80% du marché ? Celui qui achète pour du locatif à Paris - soit la majorité du marché - fait une grosse grosse connerie actuellement. Si j'étais toi, je vendrais fissa avant que ça plonge, vu que ce marché ne tient que sur les taux. Tous les banquiers dans toutes les banques, la BdF, tous les Etats Majors des établissements financiers le savent que ce marché est pourri. La seule chose qu'on ne sait pas, c'est le moment où ça va décrocher. La seule chose qu'on sait, c'est que tous les facteurs sont là.
    Celui qui achète pour se loger : quand il emprunte sur 25 ou 30 ans, alors que demain le même bien à la vente ne vaudra que 15 ans de crédit, oui, il fait une grosse connerie.
    Ne jamais acheter en haut de cycle.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 22:48 par RasLaCasquette

    Mister Hadley: Ras-La-Casquette fichtre !!

  • 5 Reco 07/04/2011 à 20:12 par MisterHadley

    Regardes l'indice PAP...

    Pourquoi est-il bien plus fiable..?

    Parce que eux, n'ont pas de stock à reconstituer, ils ne sont pas intermédiares...

    ;)

    Et quoi que tu puisses dire sur moi, ça ne changera plus rien à ce qui est maintenant bien compris du bon peuple, tu n'y pourras plus rien, quoi qu'il arrive...

    Eh oui..!

    "baisseimmo"...

    :)

    Message édité 07/04/2011 à 20:12

  • 0 Reco 07/04/2011 à 20:09 par MisterHadley

    Sur TF1 à l'instant, ils te contredisent aussi, dis-donc..!

    :)

  • 0 Reco 07/04/2011 à 20:03 par Baisseimmo

    Sûr qu'aux USA ou en Espagne, on trouvait des Mistermachin...

  • 5 Reco 07/04/2011 à 19:53 par MisterHadley

    Sauf que lorsqu'ils auront concrétisés leurs intentions d'achats, ça "n'augmentera" plus pour eux, justement, alors que pour les autres, si..!

    Et même en HLM, vu que les augmentations de loyers y sont sacrément élevées en comparaison du secteur privé...

    Nan parce que si les taux immobiliers augmentent, TOUS les autres taux vont AUSSI augmenter..! ;)

    Tout comme TOUTES les dépenses augmenteront AUSSI, vu que TOUTE l'économie est basée sur le crédit...

    Et eux, auront donc cet immense avantage, quand d'autres ne rembourseront qu'en se saignant les propriétés des autres...

    Hé hé hé hé hé...

    Eh oui..!

    Pour qu'il y ait un locataire, il faut OBLIGATOIREMENT un propriétaire...

    PAS L'INVERSE..!

    Eh oui..!

    Hé hé hé hé hé hé...

    Message édité 07/04/2011 à 19:55

  • 0 Reco 07/04/2011 à 19:47 par Baisseimmo

    Ceux qui pensent que le marché va supporter les hausse de taux invévitables des prochaines années peuvent acheter, on ne les retiens pas.

    ha ha ha ha ha

  • 5 Reco 07/04/2011 à 19:43 par MisterHadley

    En gros, pour faire court, le bon peuple aura expérimenté de lui-même une grande "nouveauté", à savoir, la sécurisation de son patrimoine, et en le faisant lui-même, et de lui-même...

    Il l'a fait de façon fort à propos et à bon escient en 2008-2009 en différant, voir en annulant purement et simplement, ses intentions d'achat-revente...

    Et maintenant que les AI tentent le tout pour le tout afin de reconstituer leurs stocks de biens à vendre afin d'essayer de contrer cette "nouvelle" faculté à disposition du bon peuple, à savoir, celle de retirer de la vente ses biens immobiliers, ne laissant ainsi qu'une misère en stock pour les AI, ce qui veut dire pour eux la dèche, faute de stocks et de vente de ces stocks, le bon peuple, une fois qu'il aura "figé" cette grosse dépense de logement pour toute la durée de son emprunt, sera le double grand gagnant quoi qu'il arrive...

    1 - il aura "figé" cette grosse dépense et "gagnera" donc de l'argent quand les autres pleureront que tout augmente, surtout leurs loyers...

    2 - les prix ne s'effondreront donc pas s'il décide encore une fois, comme il l'aura fait en 2008-2009, de sécuriser son patrimoine en ayant le contrôle de celui-ci...

    C'est comme ça, va falloir s'y faire, maintenant...

    Même les AI vont devoir s'y faire... ;)

    Message édité 07/04/2011 à 19:46

  • 5 Reco 07/04/2011 à 19:30 par MisterHadley

    A l'heure où les sondages effectués pour telle ou telle question "politique" sont outrageusement orientés pour infléchir les réponses, vous retardez sérieusement sur les "tout est dit", hein...

    Ha ha ha ha ha..!!!

    A la limite, il y a trois ans, ça aurait pu encore faire vaguement illusion, mais maintenant, hein...

    Les éternels adeptes du "krach" qui n'ont toujours pas compris que ce n'est pas encore demain la veille...

    ... surtout quand le Portugal demande officiellement à bénéficier d'un soutien financier européen...

    Eh oui...

    ;)

  • 0 Reco 07/04/2011 à 19:24 par midève

    Franchement entre nous, y a-t-il sur ce forum, une seule personne qui peut dire qu'elle regrette d'avoir acheté son bien même si elle l'a payé au sommet de cette fameuse bulle 1990 ou 2007 dont vous parlez?
    Aujourd'hui elle est gagnante! Non?
    Je ne parle pas évidemment de ceux qui pris par le chant des sirènes du scellier sont allés investir à Agen? Je parle de tous ceux qui ont acheté parce qu'il fallait se loger.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 19:17 par Baisseimmo

    20% seulement misent sur une hausse.

    Tout est dit...

  • 5 Reco 07/04/2011 à 18:42 par MisterHadley

    Sinon, un indice pour déjà "gagner" une bonne cinquantaine d'euros de plus chaque mois :

    N'allez pas changer votre i-pomme quand les gourous du marketing vous en intiment l'ordre mercantile...

    ... ça fait déjà ça de plus à dépenser utilement dans votre mensualité "figée"...

    50€, c'est déjà ça tous les mois, et sur l'ensemble de la durée, c'est toujours un plus de les y mettre plutôt que de les claquer aussi bêtement, vu que ce n'est pas votre i-pomme qui payera votre retraite ensuite, ni quoi que ce soit, d'ailleurs...

    ;)

  • 5 Reco 07/04/2011 à 18:38 par MisterHadley

    Les cigales sont agréables, elles, au moins...

    Nan parce que les mauvais habituels, ça fait des années qui nous chantent le même refrain d'loosers, quand même, et ça n'a pas le même charme du tout que celui d'la Provence...

    Ha ha ha ha ha ha..!!!

    ;)

  • 3 Reco 07/04/2011 à 18:30 par midève

    @ MH entièrement d'accord avec vous. L'emprunt même cher la première année le sera un peu moins la seconde par rapport aux autres dépenses et ainsi de suite. Et pour ceux qui préfèrent râler plutôt que d'investir, tant pis pour eux. Je ne leur prêterai pas mon mouchoir quand l'hiver sera venue. Au moins la cigale chantait pendant que la fourmi épargnait. Elle ne râlait pas, elle!

  • 5 Reco 07/04/2011 à 18:22 par MisterHadley

    Ce que je vais dire une fois de plus "kinder", c'est que si tu n'as pas envie d'acheter, bah n'achètes pas...

    Si tu n'as pas envie d'emprunter, n'empruntes pas...

    Si tu n'as pas envie d'être proprio de ta RP, ne le sois pas...

    Et rien que pour toi, je rajouterai ce qui est une évidence pour toute personne responsable et un tant soit peu adulte :

    S'assurer de "figer" une part importante de ses dépenses, celle consacrée au logement, par une mensualité d'emprunt qui, elle, n'augmentera pas pendant vingt ans, est un immense avantage, quand, et il suffit bêtement de suivre l'actualité pour le comprendre en plus de le payer dans sa vie quotidienne, l'énergie augmente, essence, gaz, électricité...

    Les matières premières en tout genre augmentent encore plus aussi, particulièrement dans l'alimentation...

    Les assurances augmentent, les mutuelles augmentent, les impositions augmentent, les charges diverses et variées augmentent...

    Les loyers augmentent...

    Alors, oui, j'affirme bien haut et fort qu'il serait complètement stupide de payer en pure perte un loyer qui augmente et augmentera encore pour payer la propriété de quelqu'un d'autre, alors que l'on peut s'assurer de "figer" sur vingt ans une dépense conséquente afin d'être soi-même propriétaire de sa RP, et ainsi, augmenter son "pouvoir d'achat" par cette simple mesure de bon sens, puisque si cela reste "figé" pendant que tout le reste augmente, c'est de l'argent qui ne sera pas dépensé par rapport au cout de la vie, donc, de l'argent de gagné...

    Après, chacun fait ce qu'il veut, hein...

    Hein, kinder..!?

    Ha ha ha ha ha..!!!

    Je n'ai jamais accordé le moindre crédit à la FNAIM lorsqu'elle disait l'inverse, je ne vais donc pas commencer, moi, à leur en accorder maintenant...

    Les bidons restent bidons, sauf pour les girouettes qui retournent leurs vestes...

    Hein, kinder..!?

    ;)

    Message édité 07/04/2011 à 18:26

  • 4 Reco 07/04/2011 à 18:12 par midève

    En tout cas dans mon quartier , les appartements partent, pour la plupart, en moins de 3 semaines. Et les prix sont à la hausse, c'est à ne plus rien comprendre, ni qui croire.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 17:28 par Agent I

    Ohhh. La Fnaim ne croit plus a rien décidéement.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 14:55 par TRICHET

    Ils ont peur que le marché se bloque...

  • 0 Reco 07/04/2011 à 14:12 par kinder

    Bingo, BCE vient derelever de 25bp, anticipation taux court à 2% d'ici décembre, TEC 10 qui frôle le 3.8 et anticipation à 4.5% d'ici quelques semaines.
    Mr H va-t-il encore nous expliquer que l'immo, ça monte jusqu'au ciel ? Vu qu'il n'y a aucune pénurie de biens en France (juste des biens thésaurisés), une bonne petite taxation des PV à 41% et un blocage des loyers vont enfin aider, avec la hausse des taux, à resolvabiliser les français (comprendre, à faire en sorte que les français s'enrichissent avec leurs salaires et non en spéculant à crédit sur l'immobilier). Sus aux AI !

  • 0 Reco 07/04/2011 à 14:08 par UFFA92

    Pas de surchauffe ? Encore un déni pour cette Fédération qui avait volontairement nié la baisse des prix en 2008 afin de ne pas "affoler le marché" ! Dans ces conditions, si cette fédération, qui fait la pluie et le beau temps dans l'immobilier, annonce des baisses de prix c'est que l'immobilier est au bord du gouffre. L'immobilier a perdu une de ses béquilles, les taux bas, il lui reste encore les largesses du gouvernement comme le PTZ +, le Scellier, etc. Mais celà ne suffira pas car l'histoire de la poule aux oeufs d'or est en train de se reproduire, à force de "toujours plus" il n'y a plus beaucoup d'acheteurs solvables. Quand on sait que des achats programmés fin 2010 ont du être reportés au début 2011 pour cause de dossier non bouclé, il faudra attendre le deuxième trimestre 2011 pour avoir une idée exacte du marché. A partir de cet été, il va y avoir de très bonnes affaires sur le marché... pour les acheteurs pas pour les vendeurs.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 12:39 par chebi

    @Etienne
    +4,5 % par rapport au premier trimestre 2010...

  • 0 Reco 07/04/2011 à 12:30 par Etienne

    Pourtant la FNAIM annonce une hausse de 4% sur le T1 2011

    Logements anciens:hausse de 4,5%
    AFP
    07/04/2011 | Mise à jour : 11:16 Réagir Les prix des logements anciens (appartements et maisons) ont augmenté de 4,5% en France au premier trimestre 2011, par rapport au trimestre correspondant de 2010, selon une étude publiée jeudi par la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim).

    Les prix des appartements (3.06O euros/m2 en moyenne) ont progressé de 4,9% au premier trimestre 2011 comparé aux trois premiers mois de 2010, selon cette étude réalisée à partir d'un échantillon de 14.513 compromis de vente, collecté auprès de 1.416 agences, signés au premier trimestre. La progression est toujours plus forte en Ile-de-France (5,3%) qu'en province (+4,6%).

    Avec un prix moyen de 2.515 euros/m2, les maisons enregistrent, au premier trimestre, une hausse de 4,2% par rapport à la même période de 2010.

    Après deux années de baisse pendant la crise (-3,1% en 2008 et -4,9% en 2009), les prix des logements anciens avaient à nouveau progressé de 1,5% en 2010, selon la Fnaim.

    A Paris, les prix des logements anciens à Paris avaient même bondi de 17,5% en 2010, par rapport à 2009, avec un nouveau record de 7.330 euros/m2 en moyenne, selon la Chambre des notaires de Paris et de l'Ile-France.

    La bonne tenue actuelle du marché s'explique en partie, selon la Fnaim, par le fait qu'un tiers des transactions réalisées dans l'ancien, par le biais des agences immobilières, concernent l'achat, notamment par des seniors, de résidences secondaires et de logements pour les louer afin de s'assurer des revenus complémentaires.

    Mais la Fnaim, écartant "tout mouvement de hausse généralisé à l'ensemble du marché", estime que la progression des prix des logements anciens, sur l'ensemble de la France, ne devrait pas excéder 3% en 2011 par rapport à 2010.

    http://www.lefigaro.fr/fl ash-eco/2011/04/07/97002- 20110407FILWWW00440-logem ents-ancienshausse-de-45. php

  • 0 Reco 07/04/2011 à 11:55 par midève

    Pour une fois, on nous parle d'une baisse en Ile de France et rien sur Paris. A se demander si cela ne cache pas quelque chose? Des fois que Paris aurait augmenté et qu'il ne faut pas en parler pour ne pas donner du grain à moudre à ceux qui veulent vendre trop cher.

  • 0 Reco 07/04/2011 à 11:35 par Lapoliss

    @doms
    "Le retour du PS n'a pas fini de créer des problèmes de logements..."
    On n'y est pas encore, attendons les élections !

  • 0 Reco 07/04/2011 à 11:29 par doms

    Le PS n'est pas encore au gouvernement qu'il veut déjà bloquer les loyers. Cela ne va pas aller dans le sens de l'investissement locatif et il va etre de + en + difficile de se loger

    Rappelez vous au début des années 80, Mermaz avait bloqué les loyers. Du coup, les banques et assurances ont vendu à la découpe leurs grands immeubles parisiens mettant dans l'embarras de très nombreux locataires. Depuis cette époque d'ailleurs, les prix n'ont pas arrété de monter dans la capitale. Le retour du PS n'a pas fini de créer des problèmes de logements...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...