Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierjeudi 24 juin 2010 à 13h01

Le coût de l'immobilier tertiaire augmente pour les utilisateurs


La hausse de l'immobilier tertiaire a atteint 3,7 % en 2008
La hausse de l'immobilier tertiaire a atteint 3,7 % en 2008
La hausse de l'immobilier tertiaire a atteint 3,7 % en 2008 (©dr)

Le coût total de Surface utile brut locative (SUBL) de l’immobilier tertiaire s’est élevé en 2009 à 417 €/m² contre 402 €/m², soit une hausse de 3,7 % en 2008, selon une étude d’IPD, spécialiste en immobilier d’investissement.

(LaVieImmo.com) - En dépit de la baisse du coût de la construction (ICC) de -2,7 % en 2009, les loyers de la base utilisateurs ont augmenté de 3 %. IPD juge ce résultat cohérent avec les croissances des loyers courus observés chez les investisseurs en 2009. La baisse des loyers courus de bureaux n’est intervenue qu’au second semestre et n’a pas compensé la hausse du premier trimestre.

La catégorie des services aux bâtiments, qui représente le second poste le plus important après les coûts d’occupation est resté stable en 2009 (+0,8 %), « ce qui est cohérent avec le niveau d’inflation ». On observe en revanche une hausse des coûts de travaux de +9,4 % liée aux opérations de rénovation et de densification de l’espace.

Un coût global par occupant de 10 050 euros

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

IPD précise que le coût global par occupant, déterminé en combinant le coût par mètre carré à l’analyse de l’utilisation de l’espace était de 10 050 euros en 2009 contre 9 440 euros en 2008. Il reflète des résultats très différents selon les typologies d’immeubles : 10 528 euros pour les bureaux et 7 164 euros pour les locaux d’activités.

Concernant la performance environnementale, on constate cette année que la consommation en énergie finale du parc immobilier consommé s’élève à 277 kWh/m² SHON. Cet indicateur est en légère baisse (-0,7 %) due essentiellement à une réduction importante des consommations d’énergies fossiles (gaz et fuel) de -7 % au profit des énergies issues des réseaux urbains. Cette modification de la structure énergétique a un impact direct sur les émissions de CO2 qui diminuent de 2,4 % et s’établissent cette année à 30 kg de CO2 par m² SHON.

Guillaume Viard - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...