Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermardi 16 juin 2015 à 09h52

"Le flou du décret de l'encadrement des loyers"


La fronde des professionnels contre l'encadrement des loyers
La fronde des professionnels contre l'encadrement des loyers
La fronde des professionnels contre l'encadrement des loyers (©dr)

L'Union des syndicats de l'immobilier (Unis) prend la parole après la publication du décret sur l'encadrement des loyers à Paris. Une mesure qui, selon le groupement, va « freiner brutalement l’investissement locatif ».

« Le décret du 10 juin 2015 relatif aux modalités du dispositif d’encadrement du niveau de certains loyers a été publié le 12 juin 2015, en application de l’article 17 de la loi du 6 juillet 1989 modifiée par la loi Alur (24 mars 2014).

Ce décret survient à une période où est constatée une baisse générale des loyers à Paris, et paraît donc à contre-courant du marché.

L’Unis ne peut que confirmer ce qu’elle répète depuis la promulgation de la loi Alur : cet encadrement provoquera une baisse des hauts loyers, et une augmentation des bas loyers. Il va freiner brutalement l’investissement locatif.

L’Unis estime en outre, que ce décret ajoute des imprécisions et risque d’avoir des conséquences irréparables. Les critères retenus entretiennent en effet un flou dommageable à la fluidité du marché.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Ainsi, concernant la possibilité laissée aux locataires de contester les loyers devant les commissions départementales de conciliation : cette disposition va entretenir une période d’incertitude pour chaque propriétaire. L’Unis demande que la période soit plus courte et non suspensive. Ce droit à contestation ne vient que confirmer l’acharnement d’un système contre la liberté contractuelle, laquelle subit une érosion constatable depuis une quarantaine d’années. Il s’agit d’un mauvais signal pour les investisseurs.

Ce décret apporte cependant des précisions sur une clause ambiguë pour déterminer le « complément de loyer ». L’Unis rappelle que le Conseil Constitutionnel avait invalidé la loi Alur sur ce point et précisé que les caractéristiques de localisation et de confort du logement n’ont pas à être « exceptionnelles ».

Concrètement, ce décret laisse la possibilité aux parties de les apprécier contractuellement et aux bailleurs d’en apporter la preuve. L’Unis n’est pas satisfaite de cette évolution : les professionnels sauront certes apporter leur valeur ajoutée pour fixer le juste montant des loyers, compte tenu de leur expertise et de leur connaissance du marché locatif, mais le risque de requalification et de contentieux apparaît aujourd’hui comme bien trop élevé pour qu’ils puissent exercer sans inquiétude.

Toute réglementation supplémentaire sur le marché de l’immobilier ne peut que pénaliser le secteur du logement : cette hyper-réglementation freine les investisseurs immobiliers et fait fuir les propriétaires du marché locatif.

Dans une période où la Mairie de Paris souhaite développer les surfaces locatives à Paris pour les jeunes et les familles, la mise en application de ce décret ne pourra donc que contrarier cette louable intention. Dans le prolongement de la manifestation organisée le 18 mars dernier, l’Unis maintient donc sa vigilance sur un secteur trop réglementé, et se réserve le droit d’exercer un recours judiciaire. »



Retrouvez les loyers moyens au m² ville par ville, partout en France >>

Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...