Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobiliervendredi 15 février 2013 à 11h50

Les loyers parisiens se sont envolés en 2012


Les loyers parisiens supérieurs à l'inflationLes loyers parisiens supérieurs à l'inflation (©dr)

Sur les 12 derniers mois en France, les loyers ont progressé moins vite que l’inflation. Sauf à Paris, où ils sont de 0,8 point supérieurs, n'ayant pas pleinement bénéficié de l'encadrement des loyers.

(LaVieImmo.com) - En hausse de 0,45 % en 2012, les loyers tous types de biens confondus - lors du changement de locataire ou d’un renouvellement de bail existant - n’ont pas suivi l’inflation, selon une étude de Century 21 publiée ce vendredi. La hausse des prix étant de 1,4 %, les loyers ont donc subi un retrait de 0,95 % « en euros constants », selon le réseau. Une tendance à laquelle a toutefois échappé Paris, où les loyers ont montré une progression de 2,2 %. Quid de l'encadrement des loyers ? « le système introduit par Cécile Duflot s'est mis en place dans le courant, et n'a pas eu le temps de toucher les 3/4 des locations à Paris en 2012, explique Laurent Vimont, président de Century 21, qui conçoit qu'il y a des chances que cela ne soit pas appliqué »...

Des revenus en hausse de 11,5 % à Paris

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Les finances des nouveaux entrants n’ont pas forcément suivi. L’an dernier, leurs revenus étaient en effet « nettement moins élevés que ceux constatés chez les personnes ayant loué en 2011 ». Une baisse que Century 21 chiffre à 7,2 %. Le taux d’effort des locataires a ainsi augmenté de 2 %, passant de 24,3 % en 2011 à 26,3 % en 2012.

Excepté, là encore, à Paris, où les revenus des locataires ont augmenté de 11,5 %. Logiquement, leur taux d’effort « diminue sensiblement », de 28,8 % en 2011 à 26 % en 2012, mais se rapproche du niveau observé sur le plan national. « Ce n’est pas une surprise : bien que les loyers parisiens augmentent plus vite que l’inflation, la demande reste très soutenue », salaire supérieur aidant, souligne l’étude.

De plus en plus de jeunes et de locataires âgés

La majorité des locataires a moins de 30 ans : 50,6 % en 2012 contre 50,2 % en 2011. Une tranche d’âge dont les revenus ont par ailleurs baissé de 9,6 %, précise l’étude. Mais la part de locataires âgés a elle aussi progressé, de 2,4 %. Les plus de 60 ans ont représenté 6,8 % du marché en 2012, contre 6,4 % en 2011. Les 30-50 ans ont quant à eux baissé de plus de 2 %, se tournant vers l’accession ou restant dans le logement qu’ils occupent.

André Figeard - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 19/02/2013 à 19:47 par Pro de la quoi

    A 6333 € le m2 on est loin de la moyenne des lobbys immo....belle perte

  • 0 Reco 19/02/2013 à 13:25 par Pro de la promotion

    Je parle d'un exemple concret puisque c'est mon appartement que je viens de vendre : F2 45 m² balcon parking cave , dans le 18 eme, proche porte de la Chapelle (et oui c’est pas une quartier qui fait rêver même si l'appart est très bien), estimé il y a peine deux ans 255.000 euro, je viens de le vendre sans forcer 285.000 euro et cela en moins de 15 jours ...

  • 0 Reco 19/02/2013 à 10:17 par Du grand nimporte quoi...

    Paris a toujours eu des salaires plus élevé, des postes de plus haut niveau, a toujours eu plus d'attraction que n'importe quelle ville en France..la gentrification ne tient pas, tout comme la pénurie de logement. Ce sont de fausses explications pour tenter de justifier l'irrationnel du marché parisien qui s'auto-alimente.
    Les 3 vecteurs qui ont contribués à la bulle (taux, aides, banques) se sont dérobés sous les pieds des vendeurs, la fête est finie, comme en 2009 mais cette fois-ci pour longtemps.

  • 2 Reco 18/02/2013 à 18:35 par Felix

    les spéculateurs de la baisse n'ont n'en pas encore fini d'attendre !
    arrêtez de faire des prévisions sur ce que vous espérez qu'il arrive, regardez la réalité en face, plus de 8 ans que chaque année la baisse est pour demain, on voit le résultat.
    Ouvrez les yeux, cette ville s'est gentrifiée a vitesse grand V et ce n'est pas fini, regardez l'augmentation des revenus

  • 1 Reco 17/02/2013 à 12:44 par Pigeons

    @col et au ptetre, le roi du jeu de mots...Prouvez nous que les prix parisiens n'ont pas baissé. Navré pour vos esperance de plus-values...

  • 0 Reco 15/02/2013 à 21:56 par hé-hé

    les -4% n'est pas un mythe. Il y a des biens sur seloger qui restent depuis un ans, aujourd'hui j'ai vu un grace à petits cailloux j'ai vu que le bien est un ligne depuis 1 an et il a perdu 55 000 au prix initial de 360 000 euros. Il n'est toujours pas vendu.

    Et des biens comme ça il y a des tonnes...

    En ce qui concerne les chiffres plus rapprochés de la réalité, tout en parlant de la moyenne, même si elle est biaisée par l'absence de volumes de ventes homogènes dans tous les secteurs de Paris...

    Je note tout ce qui publie le baromètre des Meilleurs agents.
    Le prix maximum du mètre constaté en mai 2012, 8487, le prix actuel constaté au février 8336 (vous pouvez aller le voir sur le site). Cela dit en moyenne le décrochage sur 9 mois : 1,78 %. En moyenne. Par quartier il y a plus de disparité... Tout en sachant que le volume est en baisse de 40 % je pense qu'on est pas loin de 4 % annuel.

    Voili voilà

  • 0 Reco 15/02/2013 à 17:50 par Col et au p'têtre

    D'un chapeau magique ! comme tous ces pros de l'immo qui savent tout sur tout ! la seule qui ait jamais eu raison dans ce bas monde c'est tante Marguerite.

  • 0 Reco 15/02/2013 à 17:22 par Lapoliss

    @FredB.
    Vous le tirez d'où le -4 % à Paris au 4ème trimestre ?
    Cdt

  • 0 Reco 15/02/2013 à 17:16 par FredB.

    Wahou, +0,8 point par rapport à l'inflation, ca c'est effectivement de l'envolage!

    Par contre, la baisse de quasiment 4% des prix immo parisiens sur le dernier trimestre auquel il faut ajouter l'inflation, c'est juste une "correction" ou une "légère baisse".

    Ces articles pro-haussier sont vraiment risibles quand on lit au travers des lignes.

  • 0 Reco 15/02/2013 à 16:46 par hé-hé

    c'est ça la phrase clé : restant dans les logements qu'ils occupent ! Parfait comme ça.

    Personnellement j'ai essayé de chercher un nouveau logement l'an dernier. Et les loyers m'ont vite découragé. Même en ayant gagné considérablement plus que l'année précédente je ne suis pas du tout prêt à verser un sou de plus dans les poches de bailleurs. Hormi la progression lié à l'IRL inévitable. Cette année par toute logique l'IRL ne va pas "s'envoler" ... donc restons où nous sommes. Un déménagement c'est coûteux après tout...

  • 0 Reco 15/02/2013 à 15:46 par Pigeon parisien

    Le blocage des loyers est une très bonnes chose, cela va empêcher les loyers de "rattraper" les prix immo et donc de tuer le rendement locatif, ce qui est une très bonnes choses pour libérer les apparts parisiens.
    dehors les investisseurs!
    Deuxième chantier : défavoriser l'immobilier de bureau et permettre la reconversion en logement.
    Là on aura des logements abordables dans Paris.

  • 0 Reco 15/02/2013 à 14:43 par antoine

    je croyais qu'ils etaient bloqués? On nous aurait menti?