Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobilierlundi 21 septembre 2015 à 11h36

Les professionnels de l'immobilier gardent le moral


63% des professionnels optimistes quant à l'avenir du marché immobilier
63% des professionnels optimistes quant à l'avenir du marché immobilier
63% des professionnels optimistes quant à l'avenir du marché immobilier (©dr)

Les professionnels de l’immobilier se montrent globalement optimistes pour 2016 après quatre mois d’activité jugés satisfaisants sur le plan commercial, dans un marché du logement qui s’est plutôt stabilisé. C’est ce que révèle le dernier baromètre Crédit Foncier/CSA publié ce lundi.

(LaVieImmo.com) - Interrogés sur l’évolution de leur secteur de mai à août, 38% des agents et autres promoteurs immobiliers déclarent que celui-ci s’est stabilisé, soit bien plus qu’en début d’année où seulement 29% avaient perçu une accalmie, indique le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l’immobilier.

Par ailleurs, 36% d'entre eux ont senti une amélioration dans leur région. Une perception cependant moins visible en Ile-de-France, comparé au Nord-Est de la France, où 8% des répondants pensent que le marché s’est "fortement amélioré". Seul 1% de leurs homologues franciliens ont exprimé un tel sentiment d’optimisme.

En effet, l’Ile-de-France compte plus d’un tiers de professionnels affirmant que la pierre s’est détériorée au cours de ces quatre derniers mois, soit plus que la moyenne nationale (25%). Parmi eux, 10% disent même percevoir une forte détérioration de l’immobilier dans la région.

Mais d'une manière générale, une grande majorité des professionnels de l’immobilier ont décelé une tendance à la stabilisation voire à l’amélioration du marché.

La confiance règne

Et lorsque qu’on leur demande de se projeter, 63% d’entre eux se déclarent optimistes quant à l’avenir du marché du logement pour les 12 prochains mois, montre l’enquête du Crédit Foncier.

Cette confiance ne cesse d’ailleurs d’augmenter depuis le début de l’année, puisque la première vague de janvier ne comptabilisait que 35% d’optimistes. Pour justifier leurs choix, ces derniers évoquent surtout l’évolution des taux d’intérêt, qui restent encore attractifs, et celle des prix de l’immobilier.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Parallèlement, la part de "pessimistes" n’a fait que diminuer, passant de 64% en janvier 2015 à 34% en septembre. Selon eux, l’immobilier résidentiel n’a pas vraiment de beaux jours devant lui en raison du contexte économique et de l’évolution du pouvoir d’achat des ménages.

Côté prix, la stabilité devrait encore perdurer, aussi bien dans l’ancien que dans le neuf. Toutefois, la tendance est plus marquée dans le logement neuf où 64% des personnes interrogées tablent sur une stabilité des prix, contre 48% dans l’ancien.

Ceux qui anticipent une baisse des prix dans les 12 mois à venir sont en revanche bien plus nombreux dans l’ancien (36% contre 15%). A noter que la majorité d’entre eux tablent sur une diminution des tarifs comprise entre 2 et 5%.

Enfin, s’agissant des transactions immobilières dans l’ancien, plus d’un professionnel sur deux pronostique une stabilité, souligne l’étude, alors qu’ils sont 47% à faire une telle prédiction pour le neuf.

L’optimisme semble donc se confirmer et ce dans toutes les régions. Et si l’Ile-de-France compte le moins d’optimistes quant aux perspectives du marché du logement à court terme, par rapport au reste de l’Hexagone, ils sont tout de même 60% à exprimer un tel sentiment.

La "palme de l’optimisme" est détenue par deux régions, le Nord-Ouest et le Sud-Est de la France (65%), qui sont donc un peu plus optimistes que la moyenne nationale (63%). Dans la profession, les constructeurs de maisons individuelles et les gestionnaires de patrimoines se montrent un peu plus optimistes que les agents immobiliers et les promoteurs…



Retrouvez les prix au m² ville par ville, partout en France >>

Julien Mouret - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 23/09/2015 à 11:47 par Ancien199556

    Acheteur, avant de vous lancer dans l’achat, comparer la solution achat vs solution location.
    Dans de nombre cas, il est plus avantageux d’être locataire que propriétaire.

    Message modéré 06/10/2015 à 15:05

  • 0 Reco 23/09/2015 à 09:03 par sentury23

    Avec le papy-boom, le chômage>10%, la précarisation des emplois, la fuite des jeunes qualifiés à l'étranger, il ne reste pas assez peu de jeunes travailleurs solvables (en CDI) qui restent dans le pays pour racheter les biens des vieux. Le turn over ne se fait plus.

    Si en plus on rajoute Bâle3, les rares solvables se veront preter moitié moins, tirant de manière supplémentaire les prix vers la moitié de ce qu'ils étaient avant.

    Après, dans les rares cas restants, il ne reste pas assez de fous pour acheter sachant tous ces paramètres.

    L'indice de tension immobilière est déjà à 0,4 en France. 0,4 acheteur par vendeur, cela signifie 2,5 vendeurs par acheteur!!!

    Comme j'ai déjà lu quelque part: la grande braderie commence tout juste.

    Les vendeurs n'arrivent déjà plus à vendre. Le moment où les vendeurs réaliseront, qu'en plus, la montée des taux va leur faire perdre des sommes conséquentes lors de la revente (éventuelle - s'ils ont de la chance) sera le coup de grâce pour ces malheureux.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...