Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobiliermardi 26 février 2013 à 17h02

Location : Inquiétudes sur l'amélioration-entretien des logements


L'effort d'amélioration et d'entretien des logements est de 35,6 % à LyonL'effort d'amélioration et d'entretien des logements est de 35,6 % à Lyon (©Wikimedia Commons)

L’effort d’amélioration et d’entretien des logements lors d’un changement de locataire « a dangereusement fléchi en 2012 », selon la dernière note de conjoncture de l’observatoire Clameur*. Malgré une légère amélioration au début de l'année, la situation reste préoccupante...

(LaVieImmo.com) - Après être descendu à 27 % en 2012, l’effort d’amélioration et d’entretien s’est « ressaisi » début 2013, pour remonter à 31,1 %. Un rebond habituel en début d'année, date à laquelle les bailleurs effectuent traditionnellement des travaux, mais qui reste loin des 37,2 % enregistrés à la même époque en 2012, explique l'observatoire Clameur. « Sur un marché déprimé, le constat inquiète pour l’avenir (dégradation du parc, détérioration des conditions de logements, …) ».

Au-delà du constat, la moyenne cache d’importantes disparités selon les territoires, « ce qui pose problème pour le devenir du parc ailleurs que dans les grandes villes », explique Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris Ouest et directeur scientifique de Clameur. Ainsi, bien en-deçà de cette moyenne, on retrouve des villes petites et moyennes, telles Bruyères (88), Carmaux (81), Saint-Brieuc (22) ou Cherbourg (50), qui voient respectivement leur taux d’effort passer à 11,1 %, 9,3 %, 7,2 % et 9 %. En comparaison, la capitale se situe juste au-dessus de la moyenne avec un niveau de travaux de 27,7 %, tandis que Nantes et Lyon affichent 32,3 % et 35,6 % selon Clameur.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Un tel écart peut s'expliquer par les différences de niveaux de revenus d’activité salariée par habitants, qui induisent des disparités dans la capacité de financement des travaux. Ainsi, par exemple, ce niveau est « deux fois plus élevé en Ile-de-France qu’ailleurs » selon l'Insee, rappelle l’économiste. Dans la capitale, celui-ci est par d'un tiers supérieur au reste de la région.

*Connaître les loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Léo Monégier - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 25/04/2013 à 11:31 par Coccinnelle

    Il faudrait bien séparer les biens dans les grandes villes, et les biens dans les campagnes. Quand vous louez une maison de village 350 € en campagne, combien pour le loyer de la ville ? Et effectivement, le cout des artisans est moindre, pas pas réellement proportionnel à la relation cout des travaux - loyer.

  • 0 Reco 28/02/2013 à 17:37 par schwattels

    le retour sur investissement de travaux est négatif, les bailleurs se retrouvant bloqué avec un bien trop longtemps, mieux vaut se contenter de laisser le logement se defraichir et ne pas tabler sur une plus-value a la revente. La fiscalité sur les plus value va conduire de nombreux bailleurs a faire le minimum et plus le nécessaire. Il s agit d un constat et non d un jugement de valeur...