Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobiliermardi 26 février 2013 à 15h08

Location : La mobilité résidentielle en berne


Les loyers devraient progresser de 1,5 à 1,6 % en 2013 selon ClameurLes loyers devraient progresser de 1,5 à 1,6 % en 2013 selon Clameur (©dr)

Le marché de la location privée reste grippé en ce début d'année, selon la dernière note de conjoncture de l'observatoire Clameur.

(LaVieImmo.com) - Une mobilité résidentielle au plus bas et un effort d’amélioration et d’entretien des biens en déclin. « Le marché locatif privé n’est pas au mieux de sa forme », a lancé d’emblée ce mardi matin Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris Ouest et directeur scientifique de Clameur*.

Durant les deux premiers mois de l’année, le marché a « confirmé son retournement », a estimé Michel Mouillart. Sur le front des loyers, d’abord : après une hausse de 2,2 % en 2012 – à peine 0,2 point de plus que l’inflation, les loyers ont imprimé une baisse de 0,8 % en février. Le loyer mensuel moyen s'élève désormais à 718 €, soit 12,60 €/m².

Pour retrouver l'évolution des loyers au m², cliquez ici.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

Un mouvement particulièrement perceptible sur les loyers des studios et 1 pièce, qui baissent en moyenne de 2 % ce mois-ci. Désormais, seuls les 4 pièces ont des prix orientés à la hausse, entre +0,5 % et +1,4 %. L’observatoire montre par ailleurs que les loyers ont augmenté de 1,6 % depuis 2006 – « une progression contenue qui, bon an mal an, ne dépasse pas l’inflation », selon l'économiste.

Dans le détail, seuls quatre grandes villes de métropole ont vu leurs loyers augmenter en 2013. Brest (+6,9 %), Reims (+6,6 %), Lille (+2,8 %) et Angers (+2,1 %). Lyon, Marseille et Strasbourg sont restées stables ou en très légère baisse (respectivement -0,7 %, -0,1 % et -0,8 %). La contraction plus marquée, en revanche, pour Paris (-4,1 % contre +4,8 % sur l'ensemble de l'année 2012), Bordeaux (-4,1 % contre +3,1 % en 2012) ou Le Havre (-5,6 %).

La mobilité résidentielle à bas niveau

Autre tendance notable, les locataires ne déménagent plus. Le taux de mobilité résidentielle, dont l'observation montre qu'il s'affaiblit d'année en année, est tombé à 27 % en 2012, contre plus de 30 % en 2004. Ce qui ne semble pas près de s’inverser cette année : l'observatoire constate que celui-ci perd encore 1 point début 2013. Plus basse que la moyenne française, la mobilité des locataires parisiens (17,6 %), est quant à elle « descendue à un niveau jamais connu », ajoute Michel Mouillart. Ainsi, en pratique dans la capitale, un locataire en place reste dans le même logement pendant plus de 6 ans. On assiste depuis 2006 à une baisse de l’offre locative privée de 95 000 unités, soit une contraction de plus de 10 %. « Si cela se confirme, entre 2011 et 2013, nous pouvons nous attendre à une perte d’activité de l’ordre de 15 000 unités », selon M. Mouillart.

Les loyers devraient poursuivre leur décrue en 2013. En vertu des prévisions d'inflation à 1,9 %, l'économiste estime qu'ils devraient progresser entre 1,5 et 1,6 %.

Les loyers dans les vingt premières villes de France

  • Brest : 9,3€/m² en février (+6,9 % sur un an)
  • Reims : 11,8€/m² (+6,6 %)
  • Lille : 14,3€/m² (+2,8 %)
  • Angers : 10,7€/m² (+2,1 %)
  • Nantes : 11,8 €/m² (+0,4 %)
  • Dijon : 11,1€/m² (+0,1 %)
  • Toulouse : 11,8€/m² (+0,0 %)
  • Marseille : 12,5€/m² (-0,1 %)
  • Montpellier : 13,6€/m² (-0,4 %)
  • Lyon : 12,5€/m² (-0,7 %)
  • Strasbourg : 12,5€/m² (-0,8 %)
  • Saint-Étienne : 8,7€/m² (-0,8 %)
  • Grenoble : 11,8€/m² (-1 %)
  • Toulon : 10,4€/m² (-1,7 %)
  • Le Mans : 8,4€/m² (-2 %)
  • Nice : 13,6€/m² (-3,8 %)
  • Paris : 23,2€/m² (-4,1 %)
  • Bordeaux : 11,9€/m² (-4,1 %)
  • Rennes : 10,8€/m² (-4,7 %)
  • Le Havre : 9,8€/m² (-5,6 %)

*Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux (Clameur)

Léo Monégier - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 27/02/2013 à 20:11 par Michel Mouillart

    Mais non mais non, si vous reprenez les articles des années 90 quand la bulle explosait on a vécu exactement les mêmes situations, facile donc de voir ce qui nous attend...

  • 0 Reco 27/02/2013 à 12:37 par Gironimo

    si les ais coulent... les autres emplois suivront.

  • 0 Reco 27/02/2013 à 12:36 par Gironimo

    le problème pour trouver un logement c'est la GLI qui le pose

    en effet un logement loué avec une assurance loyer impayé c'est que les critères de solvabilité du locataire, critère retenu par l'assurance sont abusifs.

    en effet il faut pour pouvoir prendre un logement à 800 euro par exemple que le locataire soit en cdi sans période d'essai et gagne (en salaire net hors prime) plus de 3 fois le montant du loyer charges incluses.

    autant dire une minorité de locataire sur le territoire français.

    A quand le retour de la caution physique qui permettait de passer tous les dossiers ... enfin ceux qui présentaient une caution.

  • 0 Reco 26/02/2013 à 16:44 par hé-hé

    aaahh-hahaaa !!! Les investisseurs ))))) !!! Où est votre fiérté de pouvoir louer n'importe quoi à n'importe quel prix dans PARIS monsieurs, dans PARIS ! Paris n'a pas de prix !!! ))))) mdr

    c'est que le début. Ne bougez surtout pas ! Il faut vraiment éliminer cette caste d'investisseurs des gros vers blancs qui plombe l'économie de tout le pays.

  • 0 Reco 26/02/2013 à 16:00 par antoine

    Vu que les loyers du marché dans les agences sont 20 à 30% au dessus du loyer actuel des locataires pour des apparts similaires et situés aux memes endroits, Vu les honoraires astronomiques des agences immobilières (un mois de loyer soit du 1000 euros de moyenne en IDF), a quoi bon s'étonner???

    si les Ais coulent, ils l'auront amplement mérité!