Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermercredi 2 juillet 2014 à 19h41

On connaît les plafonds de loyer parisiens


Cliquez pour plus de détails
Cliquez pour plus de détails
Cliquez pour plus de détails (©Capital.fr)

L'encadrement des loyers à Paris, qui doit entrer en vigueur à l'automne, se fera sur la base de loyers médians compris entre 19,4 et 28,7 €/m², selon une information de Capital.

(LaVieImmo.com) - Attention, les informations suivantes ont été mises à jour ici >>

Selon Capital.fr, le loyer médian devant servir de base à l’encadrement des loyers parisiens s’échelonnera entre 19,4 et 28,7 €/m².

Le niveau retenu variera d'un quartier administratif à l'autre (cliquez sur la carte pour les détails)*

Le site, qui s’est procuré un document de travail de l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap, l’organisme chargé de déterminer le niveau des loyers de référence de la région), précise que « des données fiables et affinées » seront bien disponibles « à la fin de l’été », et ce pour « tous les quartiers » de la capitale.

Entrée en vigueur à l'automne

Alors que le flou persiste quant à l’application de la mesure dans le reste de l’Île-de-France autant que dans les autres grandes agglomérations, le Premier ministre, Manuel Valls, a confirmé la semaine dernière que les loyers seraient encadrés à Paris à l’automne (Plus de détails ici >>).

La loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) précise que les loyers pratiqués dans une zone donnée ne pourront pas dépasser le loyer médian de plus de 20 %, sous peine d’être abaissés à la prochaine reconduction du bail. Une action en réévaluation pourra à l'inverse être engagée par les bailleurs dans le cas de loyers inférieurs de plus de 30 % au niveau médian.

*Chaque arrondissement comprend quatre quartiers administratifs

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

E. S. - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 10/07/2014 à 19:21 par Michel

    je cite "Des types qui louent au black ne percoivent pas d'allocations familiales"
    De quel droit le fait de payer en liquide sont loyer vous interdit de percevoir des allocations familiales, soigner ses gosses?
    Maintenant si le bailleur ne déclare pas l'argent perçu en liquide c'est son problème.
    il y aura toujours des fraudeurs mais ils laissent des traces exploitables.

  • 0 Reco 09/07/2014 à 20:45 par MisterHadley

    Des types qui louent au black ne percoivent pas d'allocations familiales, di d'APL, donc, tes fichiers ne servent à rien...

    C'est d'ailleurs bien pour ça que l'on appelle ça l'économie souterraine....

    Et qu'il est, toujours actuellement, impossible de chiffrer avec précision les sommes colossales qui échappent à tout contrôle, justement, sinon que c'est au minimum 50 milliards d'euros chaque années minimum...

    ;)

  • 0 Reco 08/07/2014 à 18:57 par Michel

    c'est oublier le croisement des fichiers impôts sur revenu, Taxe habitation, CAF sécurité sociale, Edf... c'est devenu tellement facile de pister un fraudeur ;-) il y a même des logiciel qui font remonter automatiquement ce genres d'anomalies

  • 0 Reco 08/07/2014 à 01:46 par @michel

    Et les perdants seront les locataires, et l'état, puisque ça va louer au black non déclaré!

    Pendant que des utopistes croiront encore ces balivernes, et tenteront d'obtenir vainement un logement avec leur beau dossier à moitié bidonné et essayer d'avoir un "loyer plafonné", d'autres, avec que dalle comme dossier, mais qui paieront cash et au black, pourront donc louer en direct, avec des règles très simples:

    Tu payes, t'es logé, tu payes plus, tu dégages.

    Et tout le monde sera content, sauf les "locataires" utopistes qui resteront encore et toujours sur le carreau, et l'état qui ne verra pas la couleur des loyers.

    Surtout à paris.

  • 0 Reco 07/07/2014 à 21:26 par Michel

    Pour qu'il y ai des gagnants il faut des perdants.

  • 1 Reco 06/07/2014 à 14:24 par LibDub

    En même temps, celui qui a jamais fait de sa vie, il risque pas de perdre quelque chose..

  • 1 Reco 06/07/2014 à 07:36 par Hilva

    @854378
    Votre réaction est particulièrement comique.. Vous nous annoncez donc le plus sérieusement du monde que pour protester contre la faible rentabilité de votre investissement (il est vrai un peu hasardeux. .) Votre mesure de rétorsion sera. .. de supprimer totalement le peu de revenus qu'il dégage et d'en faire une source nette de coût.. Un hara kiri de l'investisseur en quelque sorte !
    En effet le gouvernement doit faire dans son froc

  • 0 Reco 04/07/2014 à 18:52 par Alain

    Quand tu en auras marre de payer des impôts et taxes pour un logement qui perd de sa valeur tu vendras.

    l'adage se couper la main tout de suite ou le bras un peu plus tard prendra tout son sens.

  • 1 Reco 04/07/2014 à 15:31 par 854378

    Très bien. J'ai acheté un studio de 10m2 il y a 3 ans pour 95000 € avec des remboursements mensuels de prêt à 560 euros sans parler des impots et les charges de la coproprio. On va m'obliger à le louer à 200 euros par mois? il sera vide comme les biens de tous les autres propriataires qui se trouvent dans cette même situation. Ca va améliiorer la penurie de logement ça...

  • 3 Reco 04/07/2014 à 13:28 par el manici

    A 20 euros le m², les chambres de bonnes de 10m² vont se louer 200 euros par mois ? chouette et tant pis pour les marchands de sommeils baby-boomers :)

  • 0 Reco 03/07/2014 à 21:41 par LibDub

    "il y a les "vieux" rentiers qui peuvent même baisser le loyer dans les secteurs détendus"
    ??

  • 0 Reco 03/07/2014 à 20:52 par Alain

    il y a les "vieux" rentiers qui peuvent même baisser le loyer dans les secteurs détendus

  • 1 Reco 03/07/2014 à 17:37 par Gégé

    @libdub : il y a les "vieux" rentiers et ceux qui rêvent un jour de le devenir...

    Certains s'en balancent effectivement, pas les autres.

  • 0 Reco 03/07/2014 à 14:10 par Gégé

    Kiwala, essaie de synthétiser un peu stp!

    Mais sur le principe, oui il y a de la demande à Paris pour les petites surfaces ! Pour le reste, c'est largement jouable, mais faut mettre le prix. C'est de toute façon plus rentable que l'achat pour les primos...

  • 0 Reco 03/07/2014 à 12:59 par Kiwala

    Il est clair que, à Paris intra-muros, les loyers sont chers, puisque les prix de cession comme les prix de rénovation et les charges, eux aussi, sont élevés : je crois que c'est connu de tous ceux qui désirent venir y habiter – mais qui peuvent, aussi, choisir d'habiter un peu plus loin, pour un peu ou beaucoup moins cher.
    Mais il est vrai que la demande SOLVABLE est, elle, beaucoup plus limitée que la demande tout court, voire que nombre de demandes totalement irréalistes, pour des bailleurs privés qui ne sont pas des bailleurs "sociaux", et ne peuvent donc prendre les mêmes risques.
    Partant de cela : un candidat locataire qui rentre à 100 % dans les conditions émises par le bailleur a, à mon avis et en ce qui me concerne, en tout cas, 100 % de chances de pouvoir signer le bail qu'il souhaite signer. Pour ma part, je ne "choisis" pas mon locataire, mais laisse jouer l'ordre d'arrivée des demandes. Toute demande répondant à 100 % aux conditions émises dès l'annonce ou dès ma première transmission d'infos est suivie d'une proposition de RV.
    Et toute personne qui a pu ainsi visiter ce que je loue est susceptible de pouvoir signer le bail, si elle le souhaite – sauf si, bien sûr, elle ne peut justifier, le jour J, les réponses "100 % OK" qu'elle m'a faites par mail précédemment, en vue de "décrocher" le RV !
    Je ne crois pas "me la péter" ni "prendre de haut" les personnes qui répondent à mes annonces : je dis clairement mes conditions de location, et toute personne qui y correspond à 100 % peut signer. Pour les autres, je "trie" selon mon ressenti, mais... vu que j'ai toujours loué au premier visiteur, finalement, c'est surtout l'affluence qui fait qu'un candidat locataire peut effectivement "ne pas être sûr" d'avoir l'appart qu'il vise, même si son dossier correspond à 100% : Jérôme, vous oubliez juste que les bailleurs ne sont pas responsables du manque de logements à louer, sur Paris notamment... En achetant le vôtre, vous en avez retiré un de plus :-)

  • 0 Reco 03/07/2014 à 12:31 par Kiwala

    @Gégé et @Caillou : je confirme, en tout cas pour Paris. J'ai reloué un studio, via une annonce très détaillée, en période creuse (avril) : environ 150 demandes par mail, dont plus de la moitié ont donné suite à mes premières informations ou questions. Mais j'opère ensuite une sélection sur dossiers pour ne pas multiplier les espoirs ou visites inutiles, puis ne propose que très peu de rendez-vous de visite individuels et échelonnés "par vagues" : maxi 4-5 pour le même jour, et j'attends d'en voir les résultats pour fixer éventuellement une nouvelle "vague" de rendez-vous aux personnes suivantes, selon l'ordre des mails. Cela dit, depuis 8 ans que je pratique la location, j'ai reloué chaque fois à la première personne qui a visité et dès sa première visite.
    Soit beaucoup de travail en amont (je réponds à tous les mails, bien sûr...), mais, ensuite, très peu de rendez-vous, finalement !
    Je préfère que mes "candidats"-locataires puissent visiter tranquillement, prendre le temps de faire un peu connaissance, eux de moi et moi d'eux, et eux du quartier, de l'immeuble, et évite plutôt de leur faire ressentir qu'il y a du monde qui attend derrière eux : qu'ils ne prennent pas leur décision dans l'angoisse me semble préférable.
    En clair : comme, je crois, nombre de petits propriétaires bailleurs privés, j'essaie de privilégier le côté "humain", certes après une inévitable sélection en amont, pour éviter de perdre mon temps, et d'en faire perdre à ceux qui recherchent.

    Que les visites soient individuelles ou groupées, il y a, de toute façon, énormément de gens qui cherchent, beaucoup moins, c'est vrai, de personnes remplissant les conditions – notamment financières, "mais pas que"... (pour cette location-là, j'avais une petite dizaine de demandes avec des dossiers "nickel", plus 15-20 personnes remplissant "à peu près" les conditions, à qui j'aurais accepté de louer tout aussi bien), mais leur nombre reste important, et, chaque fois, un seul "élu

  • 0 Reco 03/07/2014 à 12:26 par @caillou

    1) "il n'est pas rare d'avoir 50 dossiers"
    Pas besoin d'être sur Paris pour avoir ce genre de problème! Avoir 50 dossiers c'est de la mauvaise gestion et de la perte de temps entièrement due à l'incompétence du bailleur. Limiter les visites et donc les dossiers est parfaitement faisable. A Toulouse, lors de la dernière mise en location de mon appartement, j'ai eu 20-25 demandes de visites. Au téléphone ou par mail, j'ai commencé à filtrer pour ne faire "que" 6 visites. Six visites qui ont donné 6 dossiers mais seulement 2 étaient VRAIMENT sérieux! Bref, on ne mesure pas la demande au nombre de visites ou dossiers récoltés!!

    2) "tout autant de demande"
    On avait tellement entendu ce genre de discours et depuis tellement d'années. Tant est si bien que lorsque ma sœur (24 ans, à la recherche d'un emploi et son conjoint, 24 ans et un emploi) sont montés sur Paris en Novembre 2013, tout le monde les a prévenus des difficultés à trouver un logement. Bilan : 5 visites, 2 dossiers déposés, 2 réponses positives. Ils habitent dans le 15eme à 200m du métro convention, dans un appartement, certes cher, mais très bien fichu.

    Bilan : A Paris comme dans la plupart des grandes villes française, la demande est là, mais la demande SOLVABLE, elle, est bien moins présente. Surtout à PAris où un grand nombre de français rêvent d'habiter. Comme ailleurs, pour louer, il faut des moyens financiers ...
    On ne peut donc mesurer la pression locative au seules "demandes de visites"!!

  • 1 Reco 03/07/2014 à 12:10 par Jérome

    Gégé cest sur que en tant que celibataire cest plus facile pour toi de trouver une chambre de bonne. Mais pour une famille, trouver un appart pas cher avec deux chambres voire trois voire 4, cest IMPOSSIBLE!

  • 0 Reco 03/07/2014 à 12:08 par Jérome

    "Ah oui, il ne le dit pas, mais Jérôme est un féru des reportages TF1 et du JT de JP Pernault! Alors forcément, il gobe tout."

    non cest juste du vécu. Obtenir un appart sur Paris et petite couronne, cest plus dur que de trouver un boulot: faut postuler, avec dossier complet, et meme si le loyer est ultra cher , on nest meme pas sur de l'avoir: les bailleurs se la petent, te meprisent, te prennent de haut....

    Moi jai dit STOP a ces enflures et j'ai acheté! Mais bon yq encore des masos qui aiment ces situations.

  • 0 Reco 03/07/2014 à 11:35 par Kiwala

    Entre 19.4 et 28.7 le mètre carré ??? Et quid des petites surfaces, qui se vendent depuis des années à prix d'or, et se louent, au prix du marché, pas loin de 40 €/m², avec une rentabilité, déjà, à peine positive pour leur propriétaire, qui doit s'acquitter chaque année de dépenses en constante augmentation – impôts locaux, charges de copropriété, rénovations ou réparations fréquentes, vu le turnover important et les dégradations que les locataires laissent souvent à sa charge, etc. ?
    Je crains fort que, dans les années qui viennent, les étudiants ne trouvent plus que des taudis à louer, ou plus du tout à se loger, vu le véritable racket qui se prépare, apparemment, sur les revenus locatifs de beaucoup de propriétaires bailleurs "honnêtes", soit qui ont acheté ou rénové des logements au prix fort, pour pouvoir proposer à la location des biens de qualité en se contentant déjà d'une rentabilité minimale, pour ne pas dépasser le niveau de loyer "de marché" : si le gouvernement s'emploie maintenant à faire baisser drastiquement le niveau de loyer de marché, eh bien... tous ces propriétaires bailleurs en seront pour leurs frais, et, ne pouvant plus rentabiliser leurs investissements, voire ne pouvant plus payer leurs mensualité de crédit et leurs charges 1/ vont plomber d'impayés les copropriétés hébergeant leurs biens, et 2/ vont devoir revendre massivement – mais on peut s'attendre à ce qu'ils ne revendent pas à de nouveaux investisseurs locatifs, qui ne vont pas se bousculer au portillon, vu le niveau de loyer prévu, si l'on en croit cet article ! Qui aura encore intérêt à investir ? Une bonne part des petites surfaces parisiennes vont ainsi changer de mains, pour se retrouver dans celles de nouveaux propriétaires occupants...
    Pour les autres, ceux qui ne voudront pas acheter, eh bien, trouver une petite surface "à louer", correctement rénovée, ça va devenir encore davantage l'enfer ! Les loyers seront plus bas, mais... les petites surfaces disparaîtront...

  • 1 Reco 03/07/2014 à 11:05 par Caillou

    @Gégé : Lorsque que je loue des petites surfaces il n'est pas rare d'avoir 50 dossiers... Les queues il y en a uniquement quand des gens font des visites grouper en publiant sur des sites d'annonces gratuites. Ce que les proprios font de moins en moins. Donc il y a moins de queue mais tout autant de demande croyez moi !

  • 0 Reco 03/07/2014 à 09:58 par Gégé

    Ah oui, il ne le dit pas, mais Jérôme est un féru des reportages TF1 et du JT de JP Pernault! Alors forcément, il gobe tout.

    En 5 ans de loc à Paris, je n'ai jamais eu de concurrence sérieuse sur une location...

  • 1 Reco 03/07/2014 à 07:47 par jérome

    "Les locataires ne sont ni idiots, ni maso."

    et quand tu as de file d'attentes de 10 locataires au moment des visites d'appart, tu crois qu'ils vont faire la fine bouche??

  • 0 Reco 02/07/2014 à 22:30 par dawei

    @frederic
    je crois que tu as raté le passage de la loi sur la rénovation énergétique obligatoire pour les bâtiments d'habitation (à l'occasion des ravalements principalement). A Paris, on est aux alentours de 400E/m2 (quelques exemples de réalisation disponibles sur le net) pour du années 60-70 et du 600E/m2 pour du haussmanien. Rajoute les +5% pour le fonds travaux et +3-4% pour les nouvelles obligations des syndics (paperasse ALUR, site web....).
    Va falloir revoir les business plans...

  • 1 Reco 02/07/2014 à 18:38 par @Frédéric

    Vous vous trompez ...
    Si cette loi est appliquée, le "plafond" va devenir la norme pour les biens les plus prisés (bbc, proximité métro, ...). Pour les autres biens cela veut dire que les loyers seront (bien) en dessous de ce plafond.
    Ce "plafond" ne va pas lisser les prix. Pourquoi un locataire paierait 24€/mois pour un RDC sur rue sans confort et sans luminosité alors que, selon votre facon de réfléchir, le même appartement rénové et 5 étages plus haut aurait le même loyer?! Les locataires ne sont ni idiots, ni maso.

  • 0 Reco 02/07/2014 à 17:28 par john

    Si un loyer est inférieur de plus de 30% du loyer médian, je crois que le bailleur peut l'augmenter pour arriver à -30% mais ce n'est pas une obligation comme semble le dire l'article

  • 4 Reco 02/07/2014 à 17:22 par Frédéric

    Super, plus aucun intérêt à avoir un logement bien entretenu pour pouvoir le louer un peu plus cher que les autres. Puisque les loyers sont plafonnés, les proprios se contenteront des obligations légales, puisque pour un taudis ou un BBC neuf ce sont les même prix.

  • 2 Reco 02/07/2014 à 17:00 par Bernard

    Bonne initiative cet encadrement, reste plus qu'à éradiquer la location saisonnière, réajuster les taxes locales et on est bon pour une correction brutale....

  • 0 Reco 02/07/2014 à 15:45 par Richard

    Alllez à 24€ du m², pour un studio ca fait du 30 * 24 € soit 720€ de loyer.

    quand on sait que ce genre de surface se paye du 9000€ ou 10 000€ du m², ca fait du bon bon investissement tout ca!

    vivement que ca rentre en vigueur que le marché continue naturellement la purge des vieux rentiers....


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...