Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierjeudi 30 août 2012 à 17h38

Paris : L'immobilier de luxe donne des signes de fatigue


L'ouest parisien reste prisé, mais seuls les biens irréprochables partent à prix d'orL'ouest parisien reste prisé, mais seuls les biens irréprochables partent à prix d'or (©dr)

Paris Ouest Sotheby’s International Realty, agence spécialisée dans les transactions immobilières de prestige dans l’ouest parisien, décrit, pour la première fois, un marché « à deux vitesses ».

(LaVieImmo.com) - L’immobilier de prestige parisien commencerait-il à pâtir de la crise ? Dans son dernier point de conjoncture, publié jeudi, l’agence Paris Ouest Sotheby’s International Realty confirme certes « la vitalité » du secteur et l’appétence des acheteurs fortunés, notamment internationaux, pour les charmes de la Rive gauche, mais constate également un début de ralentissement sur le segment des « biens de prestige de milieu de gamme ». Un terme un peu ampoulé qui regroupe les appartements vendus entre 2 et 5 millions d’euros, dont l’agence indique qu’ils restent désormais un mois et demi en moyenne sur le marché, dès lors qu’ils sont mis en vente au bon prix. Soit deux fois plus longtemps qu’au début de l’année.

Crise économique et attentisme

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

« Les causes [de cet allongement] sont multiples », analyse Paris Ouest Sotheby’s IR. Dans un marché contraint par la crise économique et marqué par un certain attentisme post-électoral, les acheteurs potentiels se font plus rares et plus réfléchis. Cette tendance devrait s’affirmer d’ici la fin de l’année. Cars, si « l’immobilier haut de gamme à Paris reste un investissement sûr […], le « rattrapage » sur l’ISF et les incertitudes de la conjoncture économique vont continuer à peser sur le nombre de transactions », prédit l’agence. Sans la chiffrer, elle anticipe une baisse du nombre de ventes des « biens comportant des freins structurels forts », mal orientés ou de faible standing architectural, notamment.

Le segment du très haut de gamme, lui, devrait tirer son épingle du jeu. « Nos acheteurs, essentiellement internationaux, n’hésitent pas à débourser plusieurs millions d’euros, sans négociation, pour des biens uniques qui correspondent à leurs rêves parisiens », assure Frank Sylvaire, directeur associé de Paris Ouest. Les clients français n’ont pas déserté le marché pour autant : l’agence vient de boucler la vente de deux hôtels particuliers historiques de plus de 16 millions d’euros à de « vieilles familles françaises », poursuit le dirigeant. Ce style de transactions, on s’en doute, reste somme toute assez rare…

Jusqu’à 15 % de baisse de prix

Côté prix, Paris Ouest Sotheby’s International Realty, table sur une baisse « allant jusqu’à 15 % » sur les biens « de milieu de gamme », et anticipe une stabilisation sur des niveaux « moyens assez forts » sur le très haut de gamme.

A l’heure actuelle, les prix moyens au mètre carré dans l’ouest parisien peuvent varier entre 10 000 et 15 000 euros dans les 16ème et 17ème arrondissements, et dépassent parfois les 20 000 euros pour les biens d’exception du Triangle d’or. A Neuilly, les prix s’étagent entre 11 450 et 14 000 euros/m² près du Bois de Boulogne, et 10 250 à 12 000 euros/m² dans le quartier des Sablons.

François Alexandre - ©2014 LaVieImmo
Donnez votre avis
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 01/09/2012 à 16:50 par antoine

    allons bon mee les gars du quatar sont au couranht et ne sont plus de gros pigeons.... ca sent le roussi les gars.. Chers AI, changez de boulot tant qu'il ets encore temps!!!

  • 0 Reco 01/09/2012 à 12:35 par bran van

    Ce qui m'étonne, c'est que "des « biens comportant des freins structurels forts », mal orientés ou de faible standing architectural, notamment" puissent se vendre entre 2 et 5 millions d'euros.
    Les gens sont fous ?

  • 1 Reco 31/08/2012 à 18:08 par Lapoliss

    Salut Immondice. Avez-vous lu l'article que vous citez ? On y lit que "Nous observons toutefois une baisse de demande dans le prestige pour les biens entre 1 et 3 millions d’euros, qui correspondent à des achats le plus souvent effectués par des Français. Mais le segment de l’exceptionnel, dans lequel les acheteurs sont des étrangers, n’est pas impacté. "

    Soit, si j'ai bien lu, la même chose qu'au-dessus...

    Moi je suis toujours étonné par le discours des agents immo et autres "professionnels", toujours très optimistes, mais sur ce coup là, Sotheby's et Coldwell Bankers disent exactement la même chose.

  • 0 Reco 31/08/2012 à 16:34 par Immondice Immo

    Je vous laisse apprécier le contenu de cet article et le comparer à l'un de vos articles récents titré : "la baisse de prix sur l'immo de luxe est un fantasme".

    C'est bien de colporter les propos des uns et des autres, proposer une analyse et être cohérents c'est mieux...