Prix immobilier
LaVieImmo.com
Prix immobilierPrix immobiliermardi 5 avril 2011 à 13h49

Premier coup de mou pour l'immobilier francilien


14 600 logements ont changé de mains à Paris entre novembre et janvier
14 600 logements ont changé de mains à Paris entre novembre et janvier
14 600 logements ont changé de mains à Paris entre novembre et janvier (©dr)

L’immobilier francilien poursuit sa hausse, mais a connu une légère accalmie en début d’année, selon les derniers chiffres de la Chambre des Notaires. Simple pause conjoncturelle ou début de véritable retournement ?

(LaVieImmo.com) - Début mars, les Notaires de Paris-Île-de-France, estimaient qu’une stabilisation des prix de l’immobilier allait « logiquement s’installer » dans la région courant 2011. « Au niveau atteint par le prix des logements anciens [proches de 8 000 euros du mètre carré en moyenne au dernier décompte, NDLR], toute hausse des taux d’intérêt aura une incidence particulièrement forte », prévenait la Chambre, tout en continuant d’exclure un scénario de baisse.

+17,2 % sur un an à Paris

Les chiffres présentés ce matin semblent confirmer le pronostic d’une lente stabilisation des valeurs, déjà perceptible en lointaine banlieue, tandis que Paris et sa petite couronne affichent des hausses plus mesurées que par le passé. En moyenne, les prix dans la région n’ont progressé que de 2,2 % sur la période novembre 2010 – janvier 2011, contre une hausse de 3,4 % au trimestre précédent. Le ralentissement est perceptible partout, avec des hausses ramenées de 5,2 à 4,3 % à Paris, de 3,2 à 2,6 % en première couronne, et de 2 à 0 % dans la grande couronne.

Estimez votre bien
Estimez votre bien

Type de bien :

En rythme annuel la hausse des prix reste élevée : les Notaires enregistrent des taux de croissance de 11,9 % en Île-de-France, avec des écarts toujours importants entre Paris (+17,2 %), la petite couronne (+12,5 %), et la grande couronne (+6,7 %).

Une situation « à surveiller »

Côté transactions, l’heure est également au ralentissement. 10 000 appartements et maisons anciens ont changé de mains en janvier, contre 12 600 en moyenne pour un mois de janvier sur la période de référence 1999-2007. Un ralentissement que les notaires tiennent à relativiser. « Des achats d’anticipation avaient dopé l’activité en fin d’année 2010 », les acheteurs cherchant à bénéficier du crédit d’impôt sur les intérêts immobilier, suspendu le 1er janvier dernier. « Cela devait conduire, par contrecoup, à une légère accalmie sur les volumes de ventes en début d’année », explique la chambre.

Rien d’alarmant donc. Pour le moment du moins, car, de l’aveu de Maître Frédéric Labour, notaire à Corbeil-Essonnes et membre de l’équipe de conjoncture immobilière à la Chambre des Notaires, la situation est « à surveiller. Ce ralentissement était prévisible, mais si le marché n’a pas redémarré d’ici la fin du premier semestre, ce sera le signe que 2011 ne sera pas une année aussi faste que 2010… », ajoute-t-il.

Sans aller jusqu'à annoncer un retournement du marché, les Notaires se montrent donc plus mesurés que la Fnaim. La semaine dernière, la chambre francilienne de la Fédération nationale de l'immobilier a estimé que les prix progresseraient de 6 % cette année à Paris intra-muros, et de 3 à 6 % en moyenne dans la région.

François Alexandre - ©2016 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 06/04/2011 à 14:04 par Dadi

    Dans les zone tendues, il y aura peut être baisse du déséquilibre offre-demande, mais jusqu'où? A la réponse correspondra le niveau de la baisse...
    => ca ne veut pas dire qu'il y aura forcement baisse, peut être pas voire même une hausse tout depend de l'offre et de la demande locale.

  • 0 Reco 05/04/2011 à 21:43 par Dadi

    On n'est d'accord, les prix sont très élevés. Mais dire que c'est pas une réalité économique c'est nier le marché. tant qu'il il y a commerce de biens il y a un marché immobilier. Ca ne veut pas dire que ça ne va pas baisser. Dans les zone tendues, il y aura peut être baisse du déséquilibre offre-demande, mais jusqu'où? A la réponse correspondra le niveau de la baisse...
    Par ailleurs, la baisse en soit n'est une mauvaise chose, même pour ceux qui viennent d'acheter pour se loger au prix fort, pour peut qu'ils aient acheté au bon prix (du marché) donc attention aux coups de cœur les amis...

  • 0 Reco 05/04/2011 à 15:57 par MisterHadley

    :)

  • 0 Reco 05/04/2011 à 15:50 par UFFA92

    Certains achats programmés fin 2010 ont été reportés au début 2011 faute de dossier bouclé à temps. Après la "fièvre acheteuse" de fin 2010, vu le niveau des prix, il ne doit plus y avoir beaucoup de clients solvables sur le marché. La fausse naïveté des notaires concernant les raisons de ce ralentissement me fait rire (jaune hélas !). Les prix ont atteints un tel niveau que plus personne n'a les moyens d'acheter.... Encore quelques mois et la baisse des prix suivra la baisse des ventes. Le marché immobilier ne pourra pas éternellement échapper à la réalité économique d'autant plus qu'il a perdu une de ses béquilles : les taux bas. Il lui reste encore les "aides à la pierre" comme le PTZ mais celà ne suffira pas d'autant plus que les candidats à l'achat ont pris conscience de la nouvelle donne du marché. Pas les vendeurs encore...

  • 2 Reco 05/04/2011 à 14:39 par Tapie

    Allez les taux, faut faire exploser tout ça!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...